Comment les Safer font des affaires - commentaires Comment les Safer font des affaires 2019-08-19T17:48:59Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/comment-les-safer-font-des-affaires#comment81768 2019-08-19T17:48:59Z <p>Oui ! Une belle utopie qui me fait rêver.<br class="autobr" /> Nous pouvons toujours y penser, mais quelles sont les moyens pour s'en approcher ?<br class="autobr" /> Le mépris, la violence, le laisser faire, la communication, l'éducation.</p> Comment les Safer font des affaires 2019-07-29T14:39:09Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/comment-les-safer-font-des-affaires#comment81624 2019-07-29T14:39:09Z <p>C'est pas des CESU c'est des TESA</p> Comment les Safer font des affaires 2019-07-27T21:28:34Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/comment-les-safer-font-des-affaires#comment81608 2019-07-27T21:28:34Z <p>Hélas c'est tellement vrai !!</p> Comment les Safer font des affaires 2019-07-24T18:37:58Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/comment-les-safer-font-des-affaires#comment81563 2019-07-24T18:37:58Z <p>dans le rappel des déclarations du ministre de l'agriculture du 13 septembre 1961, il est question de fermiers. <br class="autobr" /> Aujourd'hui, je ne connais pas le nombre de fermiers encore existants. Il ne faut pas qu'ils restent les esclaves des propriétaires. le fermage était un héritage du pouvoir de la noblesse avant la révolution de la bourgeoisie. C'est pourquoi il vaut mieux permettre aux exploitations moyennes de vivre de leur production et de les protéger à condition de respect environnemental et de lutte contre la souffrance animale pendant leur vie, en recadrant les grosses exploitations pour rendre les petites et moyennes moins tributaires des gros groupes et des assujettissements financiers. le paysan aime l'autonomie de décision, garder son libre arbitre en la matière et se permettre de l'exercer pour se sentir acteur de son travail et le comprendre dans son intégralité avec les autres. Je crois que ces fermages ne font qu'encourager la dépendance et l'exploitation abusive sans garde-fous et n'encourage pas le commerce équitable. Des chartes humanistes d'équité devraient être alors écrites à conditions qu'elles soient respectées et que la représentativité les fassent respectées....à moins que celle -ci soit encore défaillante dans ce domaine aussi...</p> Comment les Safer font des affaires 2019-07-24T17:35:05Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/comment-les-safer-font-des-affaires#comment81562 2019-07-24T17:35:05Z <p>les propriétés agricoles devraient toutes être limitées à 100 hectares en France, en sachant que celles limitées à 5O hectares, si elle gère bien leur production sans mettre tous les oeufs dans le même panier, peuvent vivre de leur production et nourrir à 50% de leur production la population, en ayant trois enfants . <br class="autobr" /> Mais il ne faudrait pas que les paysans cèdent aux miroirs aux alouettes de la surconsommation de matériel que le Crédit Agricole leur vend pour les endetter... les paysans actuels propriétaires doivent aussi faire un méa-culpa pour mieux gérer leur exploitation ; Il y a des coopératives de matériel qu'ils peuvent utiliser une ou deux fois par an et qui leur permet d'éviter de se faire submerger par la finance, encore faudrait-il que les formateurs et institutions de formation insistent la dessus dans leur cursus de formation professionnelle. Des arnaqueurs de la finance , il y en aura toujours, et en particulier quand la Constitution ou les lois permettent tout aux banques alors que tout est contrôlé pour les citoyens sédentaires.</p> Comment les Safer font des affaires 2019-07-24T15:06:34Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/comment-les-safer-font-des-affaires#comment81557 2019-07-24T15:06:34Z <p>bravo pour ce reportage<br class="autobr" /> Il n'y a rien d'étonnant à cette involution puisque la concentration des terres épouse de plus en plus étroitement la concentration du capital de manière accélérée dont seuls profitent et exploitent (dans tous les sens du terme) les détenteurs de capitaux qui achètent des centaines d'hectares et se les approprient pour leur seul profit. L'Etat leur sert la soupe il devient une agent exécutif des intérêts égoïstes privés. (Dans les eaux glacées du calcul égoïste)<br class="autobr" /> Si les nobles objectifs initiaux affichés par les Safer étaient de "réguler, d'orienter, d'organiser" , d'aider les agriculteurs à s'installer, on a assisté à un glissement progressif de destruction de la paysannerie avec la disparition de milliers d'exploitations de petite taille. <br class="autobr" /> La fausse croyance à la supériorité du machinisme absolu a fini par faire le reste<br class="autobr" /> D'où, comme le propose Bernard Friot, la création d'une sécurité sociale alimentaire. C'est vraiment l'avenir et il n'y a pas d'autre voie<br class="autobr" /> Bien à vous toutes et à vous tous</p> Comment les Safer font des affaires 2019-07-22T20:19:57Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/comment-les-safer-font-des-affaires#comment81535 2019-07-22T20:19:57Z <p>C'est difficile de prononcer les mots « Abolition de la propriété des terres » n'est-ce pas ? On entend bien dans la fin de l'entrevue qu'on aimerait aller plus loin, mais c'est compliqué. Et pourtant les paysans ne sont majoritairement propriétaires de leurs terres que depuis 70 ans. Avant ce n'était pas le cas, longtemps serfs, puis métayers ou fermiers, rarement propriétaires. Et bien il aura suffi de 70 ans, c'est-à-dire d'en être à la transmission de la 2ème à la 3ème génération pour voir que le système ne fonctionne pas. Entre temps on est passé de 25% de paysans à 1%, la concentration de la propriété a été vécue comme un bienfait, et puis terminé, ça ne marche déjà plus. Les fermes sont trop chères pour les jeunes non issus d'une famille propriétaire de terres, et les paysans ne savent pas à qui ils vont transmettre. Alors il faut en effet se détacher de la propriété foncière, en léguant ou en vendant à Terre de Liens par exemple. La terre est un bien commun comme les autres éléments essentiels, l'air, l'eau et la lumière du soleil. A nous d'inventer la définition du bien commun et la façon d'en faire usage, de le préserver, de le transmettre, respectueusement.</p> Comment les Safer font des affaires 2019-07-22T09:32:42Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/comment-les-safer-font-des-affaires#comment81527 2019-07-22T09:32:42Z <p>Terre de lien présente un inconvénient : elle sert des intérêts capitalistes : elle n'offre la possibilité de travailler la terre qu'à de futures installations en agriculture biologique. Or, celui qui considère que le label bio est un label d'État (européen même), qui s'oppose à ce label qui ne correspond pas à ses valeurs : celui-ci se voit refoulé. Même s'il avait des valeurs au dessus des normes du cahier des charges bio. <br class="autobr" /> D'autre part, beaucoup de gens aimeraient avoir un lopin de terre pour cultiver la terre pour eux-mêmes. Une vrai révolution serait de permettre ce type de prêt pour ceux qui veulent s' auto-gérer. Car bien souvent, les terrains non agricoles de taille suffisante pour auto-gérer une famille sont inintéressants pour l'agriculture (mauvaises terres) et inabordables financièrement (prix du constructible). Et en parallèle l'équipement des familles est lui aussi de petite qualité (ce qui fait plus de travail pour moins de résultat que ce qu'un pro de la même taille ferait avec les mêmes connaissances et le même savoir-faire). Ou encore la taille de ces terrains est trop petite pour des familles qui voudraient élever quelques animaux, et avoir quelques fruitiers en plus du potager (en vue d'une vrai production familiale globale). Terre de lien ne se donne pas cette vocation malheureusement...manque d'ambitions ? idéologie ? Dommage</p> Comment les Safer font des affaires 2019-07-21T20:10:14Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/comment-les-safer-font-des-affaires#comment81524 2019-07-21T20:10:14Z <p>Lucile Leclair propose de redonner son pouvoir à la SAFER mais c'est encore s'en remettre à l'état, or cette affaire montre bien que l'état n'est pas une garantie, dès lors que les élus ne sont plus mus par l'intérêt général ou celui des plus faibles.<br class="autobr" /> Elle précise que la terre est un marché à part, mais il faut aller plus loin : la terre ne doit pas être un marché du tout !!!<br class="autobr" /> Ici, comme l'a expliqué Bernard Friot dans une de vos émissions, l'idée d'une SÉCURITÉ SOCIALE ALIMENTAIRE basée sur une cotisation interprofessionnelle montre sa pertinence. Dans ce projet, les caisses achèteraient les terres et les confieraient ( ni louées, ni prêtées) aux paysans, qui n'auraient plus à s'endetter pour le foncier. Ils n'auraient qu'à la faire fructifier par leur travail, ils en auraient la propriété d'usage, de la même façon que les soignants ont la propriété d'usage de l'hôpital mais ne le possèdent pas et ( avant les réformes de Juppé et autres) ne travaillaient pas pour rembourser un capital.<br class="autobr" /> Pour se voir confier la terre, le paysan devra être conventionné par la caisse, c'est à dire s'engager à produire du bio selon des critères élaborés démocratiquement par des représentants des producteurs, des consommateurs et toute autre partie prenante.</p> Comment les Safer font des affaires 2019-07-19T17:10:13Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/comment-les-safer-font-des-affaires#comment81492 2019-07-19T17:10:13Z <p>avec la bénédiction de la Safer ( et l'inaction de la MRAE - missions régionales d'autorité environnementale ) on voit d'un côté des jeunes issus des écoles d'agriculture qui se jettent dans des projets voués à l'échec ( à plus ou moins brève échéance) , encouragés par les filières agrobuziness et par les Régions , et de l'autre l'artificialisation de terres utilisables en bio , pour des projets d'entreprises également vouées à l'échec . <br class="autobr" /> Ceci se passe en Centre Bretagne , là où un politique a dit : " TOUT EST A VENDRE ! "<br class="autobr" /> là où , également , un jeune mareyeur est mort , non pas à cause du H2S( algues vertes ) , mais " parce qu'il avait fait la fête la veille " ... <br class="autobr" /> Circulez , y a rien à voir !</p> Comment les Safer font des affaires 2019-07-19T08:05:40Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/comment-les-safer-font-des-affaires#comment81485 2019-07-19T08:05:40Z <p>pour info leur marge sur une vente est de 4.5% contre 7 pour un agent immobilier classique. D'autre part les frais de notaire sont réduits lors d'un achat avec la SAFER. <br class="autobr" /> Et surtout la SAFER pour qu'elle puisse spéculer, il faut qu'elle achète, donc qu'elle préempte et surtout qu'elle possède la mise de départ ; donc c'est pas forcément gagné.<br class="autobr" /> Autour de la table, lors des délibérations pour l'attribution des terres et propriétés, la SAFER n'est pas seule à décider,il y a un certain nombre d'acteurs (syndicats, institutionnels, groupement forestier....)<br class="autobr" /> Sans doute, il y a eu des dérives dans certaines régions..... Après c'est un débat qui fait date au sujet de la SAFER.<br class="autobr" /> Si vous voulez aider les paysans modestes qui essaient difficilement de vivre de leur travail, acheter leurs produits en direct ou passer par des coopératives et n'allez plus chez les hypers marchés.<br class="autobr" /> Salut et Fraternité.</p> Comment les Safer font des affaires 2019-07-17T19:29:28Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/comment-les-safer-font-des-affaires#comment81472 2019-07-17T19:29:28Z <p>Bravo à La-Bas de parler de la SAFER, dont personne ne parle.<br class="autobr" /> Ces Safer sont un scandale d'Etat, des sangsues, rien d'autre et ça ne date pas d'aujourd'hui.</p> Comment les Safer font des affaires 2019-07-17T19:25:24Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/comment-les-safer-font-des-affaires#comment81471 2019-07-17T19:25:24Z <p>un sujet concret comme on en redemande</p> Comment les Safer font des affaires 2019-07-17T11:03:59Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/comment-les-safer-font-des-affaires#comment81467 2019-07-17T11:03:59Z <p>D'origine néorurale, propriétaire d'un cheval, j'ai eu affaire à la SAFER de mon département il y a 10 ans pour acheter un terrain agricole. Un combat qui a duré un an minimum, mais parce que notre conseiller nous avait à la bonne, j'ai fini par avoir gain de cause (depuis mon conseiller SAFER a été mis au placard, lui...). Aujourd'hui, pas sûr qu'on ait la même chance. Pour résumer : le gros agriculteur (paysan est trop noble) du coin a tous les droits. Il peut se rétracter, puis revenir à la charge avec son fils "jeune agriculteur", il est prioritaire : le néo est méprisé, juste bon à essorer car "un parisien, on va quand même le faire payer plus que le prix agricole !" (sic). La SAFER est une insulte à la démocratie, un état dans l'état. Un an de bagarre pour...1 ha ! Si, si ! Mieux vaut être bourré de pognon, là ne se pose plus la question de connaître notre origine paysanne ou non, bizarrement. Va-t-on faire de la France une deuxième Argentine où toutes les fermes n'appartiennent plus qu'à de riches citadins qui ne viennent jamais sur les terres ? C'est un net retour à la féodalité (et encore, les médiévistes trouvent la société médiévale moins inhumaine que la notre !). Continuez à dormir, braves gens !</p> Comment les Safer font des affaires 2019-07-17T10:57:50Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/comment-les-safer-font-des-affaires#comment81466 2019-07-17T10:57:50Z <p>Merci pour cette émission. Il aurait été bien de parler de la foncière Terre de liens qui est une vraie alternative citoyenne pour l'acquisition des terres agricoles.</p> Comment les Safer font des affaires 2019-07-17T08:38:25Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/comment-les-safer-font-des-affaires#comment81461 2019-07-17T08:38:25Z <p>Et de l'avis de mon homme paysan,aucune solidarité entre paysan...Qu'il est dur de remettre en cause la notion de propriété.</p> Comment les Safer font des affaires 2019-07-16T23:39:24Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/comment-les-safer-font-des-affaires#comment81458 2019-07-16T23:39:24Z <p>Imagine... ce que serait le Monde si l'Occident avait fraternellement sans vue d'asservissement ouvert ses frontières, partagé les fruits de ses avancées scientifiques et techniques avec les peuples des déserts arides meurtris par les guerres qu'il y crée, provoque, et soutient ou ceux des forêts d'abondance qu'il pille, tous ces pays de charniers où errent des peuples dénutris analphabètes en débrouille-récup dans des misères indicibles exponentielles sur des terres désertiques ruinées à perte de vue, ou d'autres luxuriant pillés tout autant ravagés. Il se joue là-bas des drames humains infiniment plus violents qu'en France. Les SAFER vendraient elles ses terres et bâtis sur "proprietes-rurales.com" à ses acheteurs s'ils étaient à Mossoul ? relativisons nos détresses et nos scandales. Daesh ou les ethnocides ont pourtant la même cause que le scandale des SAFER : la France récolte le fruit de son endoctrinement au profit égoïste individualiste capitaliste, tout comme celui de la violence d'un impérialisme colonial-néo colonial. Les français votants sèment et récoltent leur malheur en confiant leur politique à d'oligarques criminels. Il ne faut ni voter ni travailler pour eux pour arriver à les destituer et il faudra bien y venir pour créer une démocratie directe mondiale avec l'immensité des terres et peuples massacrés au Sud. Un monde fraternel solidaire propriétaire des terres et ressources, la seule utopie viable.</p> Comment les Safer font des affaires 2019-07-16T22:00:02Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/comment-les-safer-font-des-affaires#comment81457 2019-07-16T22:00:02Z <p>Le site des SAFER est un formidable scandale a dénoncer haut et fort quand nos campagnes françaises se meurent, car ces énormes exploitations eurent pu faire de formidables coopératives agricoles bio comme en connut la France lors du Front Populaire ou en mai 68... (fermes sociales et autogérées, bien sur, puisqu'il nous reste le droit de rêver a de viables utopies).</p> <p>Désormais, il n'y aura plus même cela pour permettre des alternatives collectives viables. On voit depuis 15 ans que de plus en plus de membres du RFEV dans les éco-hameaux s'orientent vers des montages en SCI où s'installent des adorateurs du bio vivant de stages ésotériques pour en faire de nouveaux lotissements "intergénérationnels", des lieux où l'activité paysanne n'est plus la ressource vivrière, ces "co-proprios" vivant d'autres revenus non agricoles ou connexes n'y revenant que pour jouir de leur privilège "bio" car ce la reste leur domicile (ou parfois leur lieu de villégiature ou de vacance), ils-elles recréent sur leurs SCI "bio" prétendument alternatives les mêmes inégalités de ressource, de patrimoine, et de pouvoir que celles que leurs ex-ami.es.s et eux dénonçaient ensemble depuis 1950. Bien capitalistes, ils y créeront bientôt des écovillages transhumanistes … ils y asservissent déjà leurs co-acteurs avec des baux précaires (souvent des soixantes-huitardes.ds fauché.e.s)...</p> Comment les Safer font des affaires 2019-07-16T21:58:39Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/comment-les-safer-font-des-affaires#comment81456 2019-07-16T21:58:39Z <p>Tandis que la paysannerie bio-diversifiée achève de se faire écraser par le lobby agro-industriel (déjà dévastée par les SAFER depuis 1950 par l'abattage des bocages et le regroupement extensif des terres cultivables) les actionnaires-propriétaires se payent d'énormes fermes de 100 à 10 000 hectares éhontément reconverties en "propriétés rurales", d'ou le nom cyniquement culotté du site de la SAFER qui est une entité publique financé par les deniers des impôts de la république, il faut bien se le rappeler, et dont le rôle eu dut être plus que jamais, de soutentr les candidats a l'installation, fussent-ils non adeptes de la PAC-CEE.</p> <p>Les autochtones des rudes campagnes françaises où il fait -10 a -30 degré l'hiver, amis de Jean Ferrat, dont les aïeux furent artisans/fermiers, que j'ai connu, iront s'asservir en main-d'oeuvre bon marché ou CESU a l'entretien des ces énormes fermes transformées a grand remaniement friqué en Bed & Breakfast de luxe. Ils y briqueront les parcs, golfs, suites, SPA, haras, et jacuzis pour y accueillir avec courbettes les touristes spéculateurs nantis avant de s'en retourner comme des lumpen vers la misère de leur petit habitat de hameau ou fermette, où pour sauver ce qu'il leur reste de patrimoine rural des 1000 ans de servage-fermage de leurs ancêtres, ils tenteront encore de remonter leur dossier d'installation qui sera à nouveau repoussé par les banques spéculatives, soit-disant "bio et coopératives"…</p> Comment les Safer font des affaires 2019-07-16T21:46:42Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/comment-les-safer-font-des-affaires#comment81455 2019-07-16T21:46:42Z <p>Il était temps de dénoncer l'inique manœuvre des SAFER, prétendu service public ruinant la ruralité qui donne le coup de grâce aux derniers agriculteurs. Oui, les SAFER font leur affaires, et elles le font salement, depuis longtemps. Fin mai 2015, sur bastamag.net j'avais dénoncé ce que j'observais de cette réalité rurale répondant à l'article "Censés nourrir l'humanité, ils vivent du RSA - portraits d'agriculteurs au bout du rouleau" : "A DENONCER HAUT ET FORT ! (texte retouché)<br class="autobr" /> Pendant que les jeunes agriculteurs crèvent au RSA, perdent leurs exploitations ou se suicident, nos oligarques vendent le terroir : les SAFER, qui devaient, par définition, permettre l'installation de nouveaux agriculteurs désargentés dans des campagnes désertifiées d'agriculteurs, fussent-ils "non FNSEA", revendent avec un franc culot et dans toutes les langues des pays nantis du nord (et le Quatar ?), nos plus grandes exploitations agricoles (+ centaines/milliers d'Ha) sur leur scandaleux site proprietes-rurales.com. Une énorme perte de terres et bâtis offerts aux groupes spéculatifs industriels et banques d'investisseurs, émargeant un colossal bénèf avec des prix gonflés d'1/3 sur ceux du marché immobilier local : l'estampille SAFER confère aux boursicoteurs un "Label Rouge-AOC" sur leur achat et ils ont des moyens illimités, alors SAFER se lâche sur des prix ultra-bobos..." Jean-Jean, fils d'un ethnologue des communautés rurales</p> Comment les Safer font des affaires 2019-07-16T10:07:33Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/comment-les-safer-font-des-affaires#comment81447 2019-07-16T10:07:33Z <p>Pfffffff ! On est vraiment mal barrés ! Cà spécule partout , pour tout , l'enfer pavé de bonnes intentions !</p>