Une jeunesse allemande - commentaires Une jeunesse allemande 2019-08-30T04:51:19Z https://la-bas.org/la-cinematheque-de-la-bas/documentaires/une-jeunesse-allemande#comment81904 2019-08-30T04:51:19Z <p>Je n'ai aucun doute sur leur assassinat. La chose est tellement grotesque...<br class="autobr" /> Le premier assassin est l'état et de cela aussi je ne doute pas. Oui il préfère défendre les bruts sanguinaires mais argentées plutôt que le prolétaire, question de fric. La démocratie est du blablabla pour les mafieux milliardaires, elle n'est qu'un outil qu'ils manipulent à l'envie. Et nous nous jouons ce jeu avec une grande naïveté. Il n'y a pas de liberté mais une coercition plus ou moins forte selon les états. Pour cela de multiples outils existent qui vont du parlementarisme dit "représentatif " et qui ne l'est pas, aux boulots de fonctionnaires de la république mais aussi la justice en passant par les chiens de garde pour certains plein d'arrogance et qui blessent et tue aujourd'hui en toute impunité...au fond, rien n'a changé.</p> Une jeunesse allemande 2019-08-15T11:40:30Z https://la-bas.org/la-cinematheque-de-la-bas/documentaires/une-jeunesse-allemande#comment81737 2019-08-15T11:40:30Z <p>Tout simplement ca fait du bien, bon montage, belle réalisation. Une analogie dans un des courts métrages, la séquence des explosions avec la pochette d'allumette "Jupiter" qui s'enflamme ... visionnaire !</p> Une jeunesse allemande 2019-08-15T11:34:54Z https://la-bas.org/la-cinematheque-de-la-bas/documentaires/une-jeunesse-allemande#comment81736 2019-08-15T11:34:54Z <p>Salut là-bas !</p> <p>ça demanderait combien de brouzoufs pour libérer ce film et pouvoir le proposer en accès libre ?</p> Une jeunesse allemande 2018-11-28T23:25:28Z https://la-bas.org/la-cinematheque-de-la-bas/documentaires/une-jeunesse-allemande#comment75226 2018-11-28T23:25:28Z <p>ce film m'a chamboulé ; la bande à Baader était pour moi un vieille histoire de jeunes bourgeois crétins violents point à la ligne et je n'étais pas plus que ça intéressée à visionner ce film et puis bon puisque c'est LBSJ qui le propose, allez zou on y va. Et je me retrouve devant des p'tites gueules bien sympathiques qui vont se retrouver dans un engrenage fatal et ça me fait mal de voir qu'elles n'ont eu comme porte de sortie que la mort. Suicides, vraiment ?</p> Une jeunesse allemande 2018-11-25T19:10:15Z https://la-bas.org/la-cinematheque-de-la-bas/documentaires/une-jeunesse-allemande#comment75134 2018-11-25T19:10:15Z <p>bravo ! sapristi que ca fait du bien !</p> Une jeunesse allemande 2018-11-16T06:50:11Z https://la-bas.org/la-cinematheque-de-la-bas/documentaires/une-jeunesse-allemande#comment74861 2018-11-16T06:50:11Z <p>Par ces temps de perquisitions intempestives, ça fait du bien de lire ces lignes de Jean Genet... Merci !</p> Une jeunesse allemande 2018-11-06T15:58:16Z https://la-bas.org/la-cinematheque-de-la-bas/documentaires/une-jeunesse-allemande#comment74609 2018-11-06T15:58:16Z <p>merci pour ce film et tout le reste</p> Une jeunesse allemande 2018-11-06T15:57:25Z https://la-bas.org/la-cinematheque-de-la-bas/documentaires/une-jeunesse-allemande#comment74608 2018-11-06T15:57:25Z <p>suite again Jean Genet la RAF :<br class="autobr" /> Comme les exemples de violence nécessaire sont incalculables, les faits de brutalité le sont aussi puisque la brutalité vient s'opposer toujours à la violence. Je veux dire encore à une dynamique ininterrompue qui est la vie même. La brutalité prend donc les formes les plus inattendues, pas décelables immédiatement comme brutalité : l'architecture des H.L.M., la bureaucratie, le remplacement du mot — propre ou connu — par le chiffre, la priorité, dans la circulation, donnée à la vitesse sur la lenteur des piétons, l'autorité de la machine sur l'homme qui la sert, la codification des lois pré-valant sur la coutume, la progression numérique des peines, l'usage du secret empêchant une connaissance d'intérêt général, l'inutilité de la gifle dans les commissariats, le tutoiement policier envers qui a la peau brune, la courbette obséquieuse devant le pourboire et l'ironie ou la grossièreté s'il n'y a pas de pourboire, la marche au pas de l'oie, le bombardement d'Haïphong, la Rolls-Royce de quarante millions... Bien sûr, aucune énumération ne saurait épuiser les faits, qui sont comme les avatars multiples par lesquels la brutalité s'impose. Et toute la violence spontanée de la vie continuée par la violence des révolutionnaires sera tout juste suffisante pour faire échec à la brutalité organisée.</p> Une jeunesse allemande 2018-11-06T15:56:49Z https://la-bas.org/la-cinematheque-de-la-bas/documentaires/une-jeunesse-allemande#comment74607 2018-11-06T15:56:49Z <p>(Je le fait en trois fois pour la mettre en entier...Suite de cette préface de J.Genet aux correspondances D'U. Meinhof :<br class="autobr" /> Quand la violence est définie ou décrite comme plus haut, il faut dire ce qu'est la brutalité : le geste ou la gesticulation théâtrales qui mettent fin à la liberté, et cela sans autre raison que la volonté de nier ou d'interrompre un accomplissement libre.</p> <p>Le geste brutal est le geste qui casse un acte libre.</p> <p>En faisant cette distinction entre violence et brutalité, il ne s'agit pas de remplacer un mot par un autre en laissant à la phrase sa fonction accusatrice à l'égard des hommes qui emploient la violence. Il s'agit plutôt de rectifier un jugement quotidien et de ne pas permettre aux pouvoirs de disposer à leur gré, pour leur confort, du vocabulaire, comme ils l'ont fait, le font encore avec le mot brutalité qu'ils remplacent ici, en France, par « bavures » ou « incidents de par-cours ».</p> Une jeunesse allemande 2018-11-06T15:54:39Z https://la-bas.org/la-cinematheque-de-la-bas/documentaires/une-jeunesse-allemande#comment74606 2018-11-06T15:54:39Z <p>jean genet :<br class="autobr" /> Les journalistes jettent à la volée des mots qui en mettent plein la vue sans trop se préoccuper de la lente germination de ces mots dans les consciences. Violence — et son complément indispensable : non-violence, sont un exemple. Si nous réfléchissons à n'importe quel phénomène vital, selon même sa plus étroite signification qui est : biologique, nous comprenons que violence et vie sont à peu près synonymes. Le grain de blé qui germe et fend la terre gelée, le bec du poussin qui brise la coquille de l'oeuf, la fécondation de la femme, la naissance d'un enfant relèvent d'accusation de violence. Et personne ne met en cause l'enfant, la femme, le poussin, le bourgeon, le grain de blé. Le procès qui est fait à la « R.A.F. » , le procès de sa violence est bien réel, mais l'Allemagne fédérale et, avec elle, toute l'Europe et l'Amérique veulent se duper. Plus ou moins obscurément, tout le monde sait que ces deux mots : procès et violence, en cachent un troisième : la brutalité. La brutalité du système. Et le procès fait à la violence c'est cela même qui est la brutalité. Et plus la brutalité sera grande, plus le procès infamant, plus la violence devient impérieuse et nécessaire. Plus la brutalité est cassante, plus la violence qui est vie sera exigeante jusqu'à l'héroïsme. Voici une phrase d'Andreas : « La violence est un potentiel économique. »</p> Une jeunesse allemande 2018-11-05T18:54:16Z https://la-bas.org/la-cinematheque-de-la-bas/documentaires/une-jeunesse-allemande#comment74599 2018-11-05T18:54:16Z <p>BRAVO pour ce film merci à l'équipe et au réalisateur.</p>