Pour une nouvelle forme de salariat - commentaires Pour une nouvelle forme de salariat 2018-08-10T19:26:30Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/pour-une-nouvelle-forme-de-salariat#comment73219 2018-08-10T19:26:30Z <p>En revanche, le rapport social du fonctionnariat n'est pas un rapport contractuel marchand et ne transforme pas en marchandise l'usufruit de la force de travail. C'est un rapport social législatif défini par une délibération majoritaire des représentants du peuple. Cette délibération majoritaire peut définir un rapport social respectueux de la souveraineté personnelle des fonctionnaires. Elle peut aussi, si elle est antidémocratique, définir un statut de fonctionnaire qui ne respecte pas certains droits reconnus ou ne les garantit pas. Ce rapport social de fonctionnariat peut, néanmoins, être considéré comme un embryon des rapports démocratiques qui doivent définir une économie socialiste.</p> Pour une nouvelle forme de salariat 2018-08-10T19:25:32Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/pour-une-nouvelle-forme-de-salariat#comment73218 2018-08-10T19:25:32Z <p>Le rapport social capitaliste est un rapport contractuel particulier. En général, un rapport contractuel peut être égalitaire entre les parties contractantes. S'il ne l'est que parfois, c'est en raison des rapports de forces, des chantages des uns, des faiblesses des autres. Mais, pour le contrat de travail, la subordination de la salariée ou du salarié n'est pas une possibilité fréquente, c'est une caractéristique systématique de ce contrat puisqu'il exécute la vente à la partie patronale de l'usufruit de la force de travail de la partie salariale, le rapport de forces entre ces deux parties pouvant seulement atténuer ou accentuer cette inégalité. La nue-propriété de la force de travail reste à la personne salariée : le statut salarial n'est pas un statut d'esclave. En échange de son salaire, la partie salariée a donc abandonné au patronat l'usage de sa force de travail et le revenu qu'elle va créer : contre un "plat de lentilles" le patronat l'a placée en position subordonnée. Le contrat de travail consiste à transformer en marchandise l'usufruit de sa force de travail et à s'en dessaisir.</p> Pour une nouvelle forme de salariat 2017-08-28T23:47:20Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/pour-une-nouvelle-forme-de-salariat#comment65453 2017-08-28T23:47:20Z <p>Partir d'en bas.<br class="autobr" /> J'ai bon espoir qu'au fil du temps le citoyen excédé opère une mutation du travail par propres ses initiatives. Qu'il n'attende plus rien de tous systèmes pyramidaux. Agir au plus proche par des conseils collégiaux et des procédures d'échanges à inventer réduisant la dictature du profit pour atteindre un profit de bien être. Cela implique que le citoyen soit en mesure d'évaluer des priorités en excluant la course effrénée de biens et services organisés en obsolescences acquises à la futilité consumériste. Il s'agirait d'un lavage de cerveau à l'envers :<br class="autobr" /> Qu'avez-vous donc réellement besoin pour être heureux ?</p> Pour une nouvelle forme de salariat 2017-07-20T12:33:34Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/pour-une-nouvelle-forme-de-salariat#comment65184 2017-07-20T12:33:34Z <p>J'hallucine ! <br class="autobr" /> Pour tout juriste, il n'y a pas de contreparties sociales sans lien de subordination. Pour les salariés, de tout temps, la lutte a été de prendre acte de l'existence de ce lien et de se battre pour obtenir des contreparties sociales. Ainsi le jour où, le droit dit qu'il n'y a plus de lien de subordination, il n'y a plus de contreparties sociales, c'est ce qu'expérimentent toujours les ubers, et les petits entrepreneurs...<br class="autobr" /> Or, actuellement, le patronat fait valoir que son capital n'est pas assez rémunérateur, du fait de contreparties sociales trop lourdes pour lui, d'où son insistance à détruire le code du travail.<br class="autobr" /> Donc, si en droit, l'apport de travail n'est pas d'office, estimée comme égale en valeur à l'apport de capital....la démocratie dans l'entreprise est impossible. <br class="autobr" /> Après les bisousnours peuvent toujours penser que tout se fera dans la bienveillance !....Il faudra certainement prendre connaissance de la théorie de la plus-value.</p> Pour une nouvelle forme de salariat 2017-07-17T10:22:38Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/pour-une-nouvelle-forme-de-salariat#comment65135 2017-07-17T10:22:38Z <p>On peut, certes, regretter que DL ne se réfère pas aux travaux de Réseau salariat, qui me semble être une alternative réaliste, non pas, à la subordination dans l'emploi, mais à l'emploi tout court. Pour répondre à Gaelle, oui le statut du fonctionnaire est une qualification rattaché à la personne qui le protège de la perte de son poste de travail, mais il n'est pas encore co-propriétaire de son outil de travail, et du coup, Jean-jacques n'a pas tout à fait tort non plus lorsqu'il évoque les formes de pression qui existent dans la FP. Actuellement, tous les métiers de l'Education Nationnale (CPE en Lycée) sont en train d'évoluer vers des formes d'évaluation soumises à des compétences uniquement, ou les circulaires et les statuts peuvent etre allègrement "oubliés" et il est très difficile au fonctionnaire de rappeler les textes à sa hiérarchie ... .<br class="autobr" /> Enfin, Réseau Salariat s'inspire, entre autre, du statut du fonctionnaire, mais c'est là un des multiples leviers pour assoir sa théorie et c'est d'abord la cotisation sociale comme salaire versé aux soignants, aux chômeurs et aux retraités, salaire reconnaissant leur travail. Pour abolir l'emploi, encore faudra-t-il maitriser la production, çàd comment, pourquoi, avec qui et quoi on produit, donc se défaire des propriétaires lucratifs... ?</p> Pour une nouvelle forme de salariat 2017-07-14T10:11:12Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/pour-une-nouvelle-forme-de-salariat#comment65103 2017-07-14T10:11:12Z <p>Mme Linhart, je vous remercie infiniment pour vos travaux et votre article. Ils m'aident à comprendre ce que je vis actuellement.<br class="autobr" /> Contrairement à ce qui vient d'être écrit dans le précédent article, il serait faux de croire que la subordination, la perpétuelle situation d'apprenti ne fassent pas souffrir les gens de la fonction publique. Si en effet, le statut de fonctionnaire permet de ne pas faire pression sur les salariés avec l'épouvantail du chômage, il existe hélas bien d'autres moyens de pression, dont notamment, l'avancement en carrière, le harcèlement moral, le non financement des projets de recherche ou la placardisation.<br class="autobr" /> C'est un mauvais procès qu'on fait à Mme Linhart. Encore une fois, on regarde si l'herbe est plus verte dans le jardin du voisin qui a des privilèges bien dérisoires en regard de ceux des grandes puissances oligarchiques. Cela m'attriste de constater une nouvelle fois qu'on s'attaque à des gens qui tendent la main, proposent des idées plus réjouissantes qu'à l'habitué et qu'on laisse tranquilles ceux qui sont réellement responsables de l'état catastrophique de notre société. Arrêtez de mordre votre voisin, concentrez votre colère, qui, je n'en doute aucunement, est motivée par des raisons très légitimes, sur ceux qui vous ont réellement fait du mal.<br class="autobr" /> Au contraire, réjouissons-nous de savoir qu'il y a encore des gens payés pour réfléchir à une société plus équilibrée et plus juste.</p> Pour une nouvelle forme de salariat 2017-07-13T11:46:01Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/pour-une-nouvelle-forme-de-salariat#comment65098 2017-07-13T11:46:01Z <p>Mais enfin, il existe déjà un modèle alternatif de travail non subordonné !! Danièle Linhart, directrice de recherche au CNRS, est pourtant très bien placée pour le savoir : le fonctionnariat !<br class="autobr" /> Le salaire à vie, qu'elle reçoit, est attaché à sa personne et non à son poste. Les fonctionnaires ont un statut, pas un emploi ; ils sont subordonnés juridiquement à l'administration Française, et pas contractuellement à un employeur. Mme Linhart peut mener ses travaux de recherche sans que le directeur de son laboratoire ne puisse lui dire quoi que ce soit ; elle n'a de comptes à rendre qu'à l'administration Française, et ne risque pas le chômage.<br class="autobr" /> Il suffirait tout simplement d'étendre le statut de la fonction publique à l'ensemble des travailleurs pour supprimer ce lien de subordination (qu'elle décrit par ailleurs très bien). Et c'est exactement ce que propose Réseau Salariat : <a href="http://www.reseau-salariat.info/" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">http://www.reseau-salariat.info/</a></p>