Vieillir au féminin - commentaires Vieillir au féminin 2016-12-25T22:33:05Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/vieillir-au-feminin#comment60455 2016-12-25T22:33:05Z <p>je l'avais lu déjà plusieurs fois sur le Monde Diplo sur les autres supports, tellement j'avais apprécié ce billet.<br class="autobr" /> il faut qu'un max de gens le lisent avec attention.</p> <p>voir, lire, écouter Thérèse (dont j'avais fait connaissance années 1970 ébahie de son langage direct et brut de pomme : elle avait parlé de son/ses rapports avec les curés. Je l'ai vu et fréquenté - chez elle et ailleurs - bien d'autres fois). Des photos de son corps nu de femme vieille sont à voir et admirer.<br class="autobr" /> La sexualité, pulsions des femmes c'est jusqu'à la mort. Nous sommes justes des Humains "comme les autres".<br class="autobr" /> la pulsion a à voir avec le goût de la vie (libido) et non avec l'âge ni le sexe.</p> <p>Benoîte Groult (que je n'ai pas connu ni fréquenté) a été très importante aussi années 1970.</p> <p>Je confirme : notre civilisation occidentale n'accepte pas les femmes vieilles et ça empire. Je dis bien occidentale : bien différent dans d'autres civilisations actuelles tel l'Asie de l'Est.</p> Vieillir au féminin 2016-12-24T01:44:54Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/vieillir-au-feminin#comment60388 2016-12-24T01:44:54Z <p>Un grand merci à Daniel et son équipe ! Vous faites un boulot formidable !<br class="autobr" /> En deux années vous avez accepté plus de 40 de mes textes, bravo pour le filtrage des modérateurs !<br class="autobr" /> Et que vive la médiation indépendante !</p> Vieillir au féminin 2016-12-23T22:34:47Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/vieillir-au-feminin#comment60384 2016-12-23T22:34:47Z <p>Beauté</p> <p>Pour paraphraser Léonard de Vinci, à partir d'un certain âge on a la gueule qu'on mérite. Qu'on observe la belle gueule d'un Beckett l'évaluation esthétique se base sur des critères autant féminins que masculin. Comme disait Oscar Wilde si « La jeunesse est un art » ou que « L'art imite la nature » c'est avant tout une question de perception autant que d'affects. Les rides de la laideur malveillante s'incrustent, généralement le masque tombe, tandis que celles de l'innocence, de la joie, de la bonté, forment un tout autre tableau dont il faut en dépeindre le caractère. La chirurgie plastique fleurit sur un fumier dont ferait bien d'en estimer les conséquences Faustiennes ou d'un Dorian Gray. Et au nom de quoi la gérontophilie serait-elle classée comme perversion ? Voilà bien un item issu d'une psychiatrie de la plus hypocrite bourgeoisie !</p>