Comment ils nous ont volé le football - commentaires Comment ils nous ont volé le football 2016-06-10T15:01:55Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2013-14/juin/comment-ils-nous-ont-vole-le-football#comment57676 2016-06-10T15:01:55Z <p>À écouter ou à réécouter, la période est propice.</p> Comment ils nous ont volé le football 2014-06-28T16:34:27Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2013-14/juin/comment-ils-nous-ont-vole-le-football#comment47562 2014-06-28T16:34:27Z <p>Bonjour , <br class="autobr" /> Pour annoncer le prochain café repaire de Mâcon</p> <p> Le sport, c'est (toujours) la guerre ?<br class="autobr" /> mercredi 2 juillet à 19h30<br class="autobr" /> au BAZAR CAFé</p> <p>34 rue Dufour<br class="autobr" /> 71000 Mâcon 0385507244<br class="autobr" /> Merci</p> LA COPA DEL PUEBLO Y LAS LUCHAS DI ABAJO EN EL PAIS DEL MUNDIAL. 2014-06-16T08:36:37Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2013-14/juin/comment-ils-nous-ont-vole-le-football#comment47126 2014-06-16T08:36:37Z <p><a href="http://desinformemonos.org/2014/06/mundial-de-brasil-la-fiesta-de-la-protesta/" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">http://desinformemonos.org/2014/06/mundial-de-brasil-la-fiesta-de-la-protesta/</a></p> <p><a href="http://desinformemonos.org/2014/06/brasil-mundial-general/" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">http://desinformemonos.org/2014/06/brasil-mundial-general/</a></p> Ce dimanche soir au Brazil, 2014-06-15T21:42:36Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2013-14/juin/comment-ils-nous-ont-vole-le-football#comment47124 2014-06-15T21:42:36Z <p>REPRESSION ET GAZ LACRYMOS INFERNAUX</p> <p>à suivre en live stream, etc,,,,,,</p> <p><a href="http://us.twitcasting.tv/antuanegestalt" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">http://us.twitcasting.tv/antuanegestalt</a></p> <p><a href="http://us.twitcasting.tv/cmirio" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">http://us.twitcasting.tv/cmirio</a></p> <p><a href="http://www.proyectoambulante.org/index.php/noticias/internacionales/item/4459-videos-e-imagenes-de-las-protestas-en-brasil" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">http://www.proyectoambulante.org/index.php/noticias/internacionales/item/4459-videos-e-imagenes-de-las-protestas-en-brasil</a><br class="autobr" /> descendre plus bas avec la souris pour voir toutes les photos<br class="autobr" /> de la semaine passée,</p> <p>et ce qui s'est passé auparavent</p> <p><a href="http://desinformemonos.org/2014/05/brasil-mundial-general/-" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">http://desinformemonos.org/2014/05/brasil-mundial-general/-</a></p> <p><a href="https://ninja.oximity.com/article/Manifesta%C3%A7%C3%A3o-Ind%C3%ADgena-c-1" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">https://ninja.oximity.com/article/Manifesta%C3%A7%C3%A3o-Ind%C3%ADgena-c-1</a></p> <p><a href="http://www.bbc.co.uk/mundo/ultimas_noticias/2014/05/140527_ultnot_mundial_brasil2014_protesta_az.shtml?ocid=socialflow_facebook" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">http://www.bbc.co.uk/mundo/ultimas_noticias/2014/05/140527_ultnot_mundial_brasil2014_protesta_az.shtml?ocid=socialflow_facebook</a></p> <p>Huereusement que vous y êtes là bas si j'y suis pour nous raconter ce que les médias nous cachent...</p> Comment ils nous ont volé le football 2014-06-13T21:16:55Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2013-14/juin/comment-ils-nous-ont-vole-le-football#comment47121 2014-06-13T21:16:55Z <p>Bonsoir et un salut ému à tous ceux qui, "complices" de votre émission, viennent confirmer que - même quand tout semble perdu -, on n'est pas seul à se dire : "c'est compter sans NOUS". Cette analyse de la colonisation de l'ENFANCE (non de l'infantilisme)par la prédation capitaliste me touche particulièrement, ayant pratiqué beaucoup de sports uniquement pour JOUER, avec tout ce que ce verbe signifie d'essentiel quand, enfant et adolescent, on cherche ce qu'est "devenir". Je me souviens des matches de rugby ou de foot que nous, gosses de 12 13 ans,improvisions tous les mardis soirs... Nous en revenions couverts de boue et de bleus, on buvait un lait-grenadine ou menthe (le whisky n'existait pas), et oubliions très vite qui avait gagné ou perdu... Nous avions tous gagné en fous rires en engueulades éphémères, en un espace-temps de liberté que nous avions choisi nous, ensemble et seuls, sans caméras... D'ailleurs, les équipes étaient mouvantes selon des critères que seul présidait l'équilibre approximatif des équipes... Plus tard, j'ai été médaillé à quelques compétitions de judo. Si je gagnais, j'étais content. Si je ne gagnais pas, j'étais content aussi, autrement dit : on s'était au total bien DONNé(s)... et jamais, jamais, je n'ai pleuré un échec dans les vestiaires : un jeu se perd ou se gagne, certes, mais se vit... Aussi F. Ruffin a-t-il raison d'affirmer : "On nous a volé..." Et je comprend ce noyau "infracassable" d'enfance, d'humanité rêvante qui anime tant de supporters, il s'agit d'une foi dont il semble inconcevable qu'elle soit souillée. Pourtant elle l'est. Denis Robert (qui n'est pas de ma famille) l'avait déjà révélé dans "Le milieu du terrain", si j'ai bonne mémoire. Quant aux "intellectuels méprisant les passions populaires", reportez-vous aux déclarations de "philosophes" plus du tout nouveaux, vous constaterez qu'ils sont, depuis quelques années, de grands amateurs de foot. Quant à moi je n'aime pas regarder le sport, ça m'ennuie. Je ne vais tout de même pas me forcer... Mais, par ailleurs, J'ai autant de plaisir à chanter Souchon, Dutronc, Brassens,John Lennon, Dylan, Hooker <br class="autobr" /> avec ma guitare... Mais je ne vais quand même pas chanter du Ringo Sheila au motif de leur popularité de l'époque...</p> <p>Je préfère pratiquer : volley, ping-pong, tennis, parapente, arts martiaux, randonnées... Et, plus urgent probablement, soutenir comme je peux toute lutte qui me semble juste. J'éprouve toujours quelque chose comme un spasme de l'espèce -humaine de se surprendre si faible.</p> Comment ils nous ont volé le football 2014-06-13T13:07:04Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2013-14/juin/comment-ils-nous-ont-vole-le-football#comment47116 2014-06-13T13:07:04Z <p>La réflexion de Ruffin me semble à la fois parfaitement juste quant au mépris des intellectuels et le cannibalisme du capitalisme dans ce sport.</p> <p>Mais il oublie que le foot pro est né en Angleterre, au tournant du siècle, avec l'appui du patronat, bien content de voir les masses ouvrières se distraire au lieu d'aller au pub, et (déjà) les faire rêver de gloire et d'argent pour les joueurs.</p> <p>Autre remarque : pour qui a observé un match de récré, ou encore un truc informel avec des sacs en guise de buts, l'individualisme est de mise. La violence également.( je me suis fait péter la cheville dans un 4 contre 4 !)</p> <p>De plus, de nombreux entraîneurs sont, dans les tout petits clubs, se prennent pour des Bernard Tapie. Le foot amateur, ou même "de loisir", n'échappent pas à ces travers.</p> <p>Et c'est un supporter du stade rennais (propriété de Pinault, dirigé régulièrement par d'anciens responsables du RPR/UMP, qui vous parle...</p> Comment ils nous ont volé le football 2014-06-13T11:16:15Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2013-14/juin/comment-ils-nous-ont-vole-le-football#comment47115 2014-06-13T11:16:15Z <p>Pas d'accord avec François Ruffin sur ce coup,qui ne va pas jusqu'au bout,je pense par démagogie,car pour lui,le foot=le peuple,donc,il ne faut pas dire du mal du foot car ce serait dire du mal du peuple.Et tant pis pour ceux qui pensent que ce peuple,justement,mérite mieux que de cracher son chauvinisme(le chauvinisme détourne de la lutte des classes qui est internationaliste par essence,puisque l'ouvrier algérien ou italien a plus de point commun avec ma condition d'ouvrier français que mon patron bien français.)en vénérant des milliardaires en short.</p> <p>Concerant le football,le vers est malheureusement dans le fruit depuis le début.<br class="autobr" /> Fabien Ollier,directeur de la revue Quel Sport ? :"C'est en Angleterre que l'on trouve les origines du sport tel que nous le connaissons,et non dans la Grèce antique,dans les villages de la France Moyen Ageuse ou dans les premiers coups de pied dans un caillou,comme certains mystagogues des origines aiment le présenter pour justifier la transcendance et l'universalité du football.Les historiens l'ont bien montré,il y a deux processus qui génèrent le sport:les passe temps des gentlemen farmers et les jeux traditionnels et collectifs règlementés dans les public schools(établissements privés pour les enfants de la haute société,de la bourgeoisie urbaine et de la gentry rurale)....."</p> <p>Pour plus de détails et une lecture plus radicale et pessismiste que celle de Ruffin,on peut donc lire l'excellent bouquin :</p> <p>L'idéologie sportive:chiens de garde,courtisans et idiots utiles du sport.Quel sport ?Editions l'échappée.</p> <p>Le livre de Ruffin est le reflet de la position sur le football des intellectuels de la gauche radicale,L'Idéologie sportive est plus connecté aux idées développées par les milieux libertaires sur le sport de compétition et le football en particulier.</p> <p>A vous de voir camarades,les deux visions peuvent d'ailleurs s'enrichir l'une et l'autre.</p> <p>Sinon,vous pouvez lire le dernier excellent hors série du Monde Libertaire intitulé "De l'autre côté du sport:visons libertaires,entre critiques et alternatives ;<br class="autobr" /> Avec une longue et passionnante interview de Fabien Ollier qui va dans un sens différent de la vision de François Ruffin.<br class="autobr" /> Portez vous bienlà-bas si j'y suis.</p> Comment ils nous ont volé le football 2014-06-13T10:46:40Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2013-14/juin/comment-ils-nous-ont-vole-le-football#comment47114 2014-06-13T10:46:40Z <p>Bonjour et merci pour le site,</p> <p>J'aimerais conseiller la conférence gesticulée suivante : <a href="https://www.youtube.com/watch?v=WMPWSpVqJFY" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">https://www.youtube.com/watch?v=WMPWSpVqJFY</a></p> <p>Elle donne un point de vue sur les liens entre sport et capitalisme ( et en plus c'est rigolo :)</p> <p>Bon week end à tous.</p> Comment ils nous ont volé le football 2014-06-12T22:10:54Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2013-14/juin/comment-ils-nous-ont-vole-le-football#comment47112 2014-06-12T22:10:54Z <p>Pour la 1ere fois je suis très decue par l'émission.. je ne suis pas une intello je n'aime pas le foot je n'ai jamais aimé. j'ai fait d'autres trucs chouettes avec mon père qui n'aimait pas le foot et n'etait pas "intello de gauche".. trop caricatural ..</p> Comment ils nous ont volé le football 2014-06-12T14:43:39Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2013-14/juin/comment-ils-nous-ont-vole-le-football#comment47110 2014-06-12T14:43:39Z <p>supplément d'information de la part d'Ignacio Ramonet.</p> <p><a href="http://www.medelu.org/Bresil-A-mort-le-foot" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">http://www.medelu.org/Bresil-A-mort-le-foot</a></p> <p>Avec Le Monde diplomatique en español</p> <p>Il est peu probable que les Brésiliens obéissent à l'impudente consigne que leur a lancé, le 26 avril dernier, le joueur jadis talentueux devenu président contesté [1] de l'Union européenne des associations de football (UEFA), Michel Platini : « Faites un effort ! - leur a-t-il dit - Arrêtez la contestation sociale ! Calmez-vous pendant un mois [2] ! »</p> <p>Le Mondial du foot démarre en effet à Sao Paulo le 12 juin et s'achève le 13 juillet à Rio de Janeiro. Et ce qui devait être une fête est devenu une sorte de cauchemar. Aussi bien pour les instances internationales de ce sport que pour gouvernement de Dilma Rousseff. Le refus de la compétition, exprimé par une partie de la population, n'a pas cessé depuis que tout a commencé, en juin 2013, à l'occasion de la Coupe des Confédérations. La plupart des Brésiliens affirment maintenant regretter que leur pays organise la Coupe du monde. Ils pensent que cela leur apportera plus d'inconvénients que d'avantages [3]. Tous se demandent si la contestation sociale s'amplifiera pendant la durée du Mondial.</p> <p>Pourquoi cette attitude si hostile à l'égard de la grande fête du football dans un pays où ce sport est roi ? Depuis un an, sociologues et politologues se posent cette question et tentent d'y répondre en partant d'un constat : au cours des onze dernières années - depuis que le Parti des travailleurs (PT) gouverne - le niveau de vie des Brésiliens a progressé de manière remarquable. Les augmentations successives du salaire minimum ont eu pour effet d'élever considérablement le pouvoir d'achat des plus humbles. Grâce à des programmes comme « Bolsa familia » (Panier familial), « Fame zero » (Faim zéro) ou « Brasil sim miseria » (Un Brésil sans misère), les plus pauvres ont vu leur vie s'améliorer. Vingt millions de personnes sont sorties de la pauvreté. Les classes moyennes ont également vu leur sort progresser ; elles ont désormais accès à des cartes de crédit, des assurances santé, des appartements confortables, des voitures privées, des vacances... Même si le Brésil reste un pays de très fortes inégalités où les conditions matérielles de vie sont loin d'être dignes pour tous.</p> <p>Ne disposant pas de majorité politique - ni à la Chambre des députés, ni au Sénat -, le PT n'a pu disposer que d'une marge de manoeuvre réduite. Pour parvenir à faire voter les lois qui ont permis les progrès cités ci-dessus, le PT - Lula en premier lieu - ont été contraints de s'allier à d'autres partis conservateurs et affairistes [4]. Ce qui a faussé le jeu démocratique et créé une sorte de paralysie politique dans la mesure où le PT a dû freiner toute contestation sociale.</p> <p>Les citoyens mécontents se sont mis à questionner le fonctionnement de la démocratie brésilienne. Surtout quand les politiques sociales ont commencé à montrer leurs limites. Car simultanément se produisait une « crise de maturité » de la société. En quittant la pauvreté, beaucoup de Brésiliens sont passés d'une exigence quantitative (plus d'emplois, plus d'écoles, plus d'hôpitaux) à une exigence qualitative (meilleurs emplois, meilleures écoles, meilleurs hôpitaux).</p> <p>Au cours des révoltes de 2013, on a pu constater que les contestataires étaient souvent des jeunes des classes modestes ayant le plus bénéficié des programmes sociaux mis en oeuvre par les gouvernements de Lula et de Dilma. Ces jeunes - étudiants du soir, apprentis, animateurs culturels, techniciens débutants - se comptent par millions. Ils sont mal payés, mais ils ont désormais accès à Internet et possèdent un bon niveau de connexion qui leur permet de connaître les nouvelles formes mondiales de la contestation. Dans ce nouveau Brésil, ils ne veulent pas « rater le coche » et désirent que « l'ascenseur social » leur permette de s'élever le plus possible [5]. Leurs ambitions dépassent maintenant les limites de ce qui fut longtemps leur conditionnement social. Ils ont cru au discours libérateur du PT. Mais ils découvrent que la société brésilienne n'est pas prête à changer et qu'elle ne les accepte que très difficilement. D'où leur frustration et leur mécontentement.</p> <p>Comme une sorte de révélateur, le Mondial a cristallisé ce courroux. Evidemment, même si certains crient « A mort le foot ! », la contestation ne vise pas le football, mais tous les abus que l'organisation du Mondial a favorisés. Les investissements ont été estimés à quelque 50 milliards d'euros [6]. Et les gens pensent qu'avec ce colossal budget, les autorités auraient pu construire plus d'écoles, plus de logements et plus d'hôpitaux pour le peuple.</p> <p>Comme le football est l'univers symbolique auquel le plus grand nombre de Brésiliens s'identifient, il est normal qu'ils s'en soient servis pour attirer l'attention du gouvernement et du monde. Afin de clamer ce qui ne marche pas. Et pour dénoncer tous les détournements scandaleux de l'argent public. Le coût de la construction des stades [7], par exemple, a été trois fois supérieur au budget prévu. Les travaux ont été financés avec de l'argent public via la Banque nationale de développement économique et social (BNDES). Celle-ci a confié la construction des stades et les gigantesques travaux d'infrastructures à des firmes privées. Lesquelles auraient cyniquement programmé le retard des dates de livraison. Sachant qu'ainsi, en raison des pressions qu'exercerait la Fédération internationale de football association (FIFA), elles recevraient des primes complémentaires pour achever les travaux à temps.</p> <p>Les contestataires dénoncent également l'expulsion, dans certaines des villes sièges de la compétition, de milliers de familles dont les favelas ont été détruites pour libérer les terrains pour les stades, les autoroutes ou les aéroports indispensables au Mondial. D'autres protestent contre la marchandisation du football que la FIFA encourage. Une poignée de joueurs talentueux étant présentée par les grands médias dominants comme des « modèles de réussite » pour la jeunesse et des « idoles » pour la population. Ils gagnent des millions d'euros. Et leur « succès » établit la fausse illusion d'une ascension sociale généralisée via le foot.</p> <p>On reproche également à la FIFA d'avoir imposé au gouvernement brésilien des conditions draconiennes pour protéger les privilèges des marques commerciales qui parrainent le Mondial (Coca Cola, McDonald's, Budweiser, etc.). Et qui interdisent, par exemple, la vente ambulante de boissons, nourriture ou gadgets sportifs aux alentours des stades.</p> <p>Plusieurs mouvements contestataires ont pour consigne : « Copa sem Povo. Tô na Rua de Novo. » ([Contre] une Coupe sans le peuple. Je descends dans la rue de nouveau). Ils expriment cinq revendications (pour les cinq Mondiaux remportés par le Brésil) : logement, santé, transport public, éducation et justice (fin de la violence d'Etat dans les favelas et démilitarisation de la police militaire). Ils en ajoutent une sixième (parce qu'ils espèrent, malgré tout, que le Brésil gagnera son sixième Mondial) : que les autorités autorisent permettent la présence des vendeurs ambulants dans les environs des stades.</p> <p>Les mouvements sociaux (dont le puissant « Mouvement des travailleurs sans abri ») qui ont pris la tête de la contestation se divisent en deux groupes différents. Une fraction radicale - ayant pour mot d'ordre « Sans droits, pas de Mondial » - est alliée objectivement aux secteurs les plus violents, y compris les « Black Blocks » et leurs pratiques de destructions extrêmes. L'autre tendance, organisée en Comités populaires de la Coupe (CPC), dénonce le « Mondial de la FIFA », mais refuse les actions violentes.</p> <p>Même si elle se poursuit, la contestation de ces dernières semaines n'a plus la virulence de celle de juin de l'an dernier. Les groupes radicaux ont contribué à fragmenter la révolte. Il n'y a pas de direction unique du mouvement. Résultat : selon une enquête récente, les deux tiers des Brésiliens sont contre les manifestations pendant le mois du Mondial. Et surtout, ils désapprouvent les formes violentes de la protestation [8].</p> <p>Quel sera le coût politique de tout cela pour le gouvernement de Dilma Rousseff ? Les révoltes de l'an dernier ont représenté un coup très dur pour la présidente. En trois semaines, elle avait perdu un quart de sa popularité. Ensuite, elle a essayé de se ressaisir. En déclarant qu'elle écoutait la « voix de la rue ». Elle a proposé une courageuse réforme politique au Congrès. Cette réponse énergique lui a permis de reprendre une partie de la popularité perdue. Mais le prochain défi se jouera dans les urnes. Le premier tour de l'élection présidentielle a lieu le 5 octobre prochain.</p> <p>Dilma semble bien placée pour être réélue pour un second mandat. Mais elle doit affronter une opposition regroupée au sein de deux fronts : le centriste Parti de la social démocratie brésilienne (PSDB), dont le candidat est Aecio Neves. Et le pôle du social-démocrate Parti socialiste brésilien (PSB), constitué par l'alliance d'Eduardo Campos (ex-ministre des sciences et technologies de Lula) et la militante écologiste Marina Silva (ex-ministre de l'environnement de Lula). Ce scrutin sera décisif, non seulement pour le géant brésilien mais - étant donné le poids spécifique de celui-ci - pour l'ensemble de l'Amérique latine. C'est pourquoi ce qui va se passer ce mois-ci au Brésil, au cours du Mondial, sera déterminant.</p> Comment ils nous ont volé le football et Ribemont sur Ancre !!! 2014-06-12T14:36:44Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2013-14/juin/comment-ils-nous-ont-vole-le-football#comment47109 2014-06-12T14:36:44Z <p>Bonjour,<br class="autobr" /> Je viens d'écouter l'émission du jour, et comme d'habitude bravo de nager à contre-courant en dénonçant ce foot mondialisé qui a perdu ses valeurs originelles.<br class="autobr" /> Ensuite, mais c'est une remarque plus personnelle, un merci à F. Ruffin qui a cité son club de Ribemont/Ancre, petit village de la Somme, où j'ai passé quelques années en tant que surveillant d'internat dans le lycée agricole ! Que de souvenirs !<br class="autobr" /> Tout compte fait, la coupe du monde a déjà fait un heureux :)</p> Comment ils nous ont volé le football 2014-06-12T14:27:25Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2013-14/juin/comment-ils-nous-ont-vole-le-football#comment47108 2014-06-12T14:27:25Z <p>C'est bien gentil de faire la leçon aux "intellectuels de gauche" qui mépriseraient le foot et les classes populaires... mais choisir justement cette période d'emballement médiatique où toute émission se penche sur le ballon rond, chacune avec son regard, son analyse, ... pour enfiler les mêmes perles ... quelle blague !<br class="autobr" /> Le foot envahit tout ! Plus un créneau où l'on parle d'autre chose que du brésil ou de ce jeu de balle.<br class="autobr" /> Alors avis aux amateurs de "contradictions", jouissez tous tant que vous voulez de cette "grande fête" mais foutez un peu la paix à ceux que ça fatigue déjà...</p>