Il est gentil Monsieur Dassault (2) - commentaires Il est gentil Monsieur Dassault (2) 2014-06-24T22:19:15Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2013-14/fevrier/il-est-gentil-monsieur-dassault-2#comment47244 2014-06-24T22:19:15Z <p>Salut,<br class="autobr" /> Je pense que le message du 22 juin est un spam.<br class="autobr" /> Je suppose que vous étiez bourré quand vous avez accepté ledit message. :-P</p> Manif du 22 février à Nantes 2014-02-26T17:53:45Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2013-14/fevrier/il-est-gentil-monsieur-dassault-2#comment45373 2014-02-26T17:53:45Z <p>Bonjour,</p> <p>Pas mon habitude mais aujourd'hui, je balance. La lettre ouverte de Françoise Verchère à notre ministre de l'intérieur Manuel Valls. En espérant que celui-ci daigne y répondre.</p> <hr class="spip" /> <p>Monsieur le Ministre de l'Intérieur,</p> <p>Je vous ai entendu commenter dès samedi soir les événements en marge de la manifestation contre l'aéroport de Notre Dame des Landes et vos propos appellent de ma part quelques réactions et aussi plusieurs questions.</p> <p>Sur les chiffres d'abord : vous avez parlé de 1000 casseurs et de 20 000 manifestants dont vous avez dit qu'il fallait les différencier des premiers. Je crois décidément que vos<br class="autobr" /> services ont un problème avec le calcul car nous étions beaucoup plus de manifestants et il y avait beaucoup moins de casseurs : disons qu'on pourrait diviser le premier chiffre et<br class="autobr" /> multiplier le second par deux au moins pour approcher de la vérité. Mais dans cette affaire d'aéroport, la vérité est décidément malmenée depuis longtemps...</p> <p>Sur les fameux casseurs : je vous avoue que j'ai été très surprise de comprendre que vos services les connaissaient visiblement bien (vous avez donné des précisions sur leur<br class="autobr" /> origine, leur positionnement politique) et même qu'ils savaient ce qui allait se passer. Depuis deux jours, les bruits couraient sur des incidents à venir ; les avocats savaient qu'ils risquaient d'être réquisitionnés pour de nombreuses gardes à vue. Samedi matin, au moment où nous<br class="autobr" /> étions avec les tracteurs à l'aéroport de Nantes-Atlantique, les policiers présents nous ont spontanément parlé des « blacks blocs », en nous disant « qu'ils allaient gâcher notre<br class="autobr" /> manifestation ».</p> <p>Je m'étonne donc que « les forces de l'ordre » n'aient pas été au fond plus efficaces puisque cela aurait dû être leur mission, n'est-ce pas ? Puisque l'on sait désormais interdire un spectacle avant même qu'il n'ait lieu, et puisque nous n'<br class="autobr" /> avons pas sur la ZAD 1000 casseurs ni blacks blocs, pourquoi ne les avez-vous pas fait arrêter avant leur arrivée ? <br class="autobr" /> J'imagine que s'ils sont si dangereux, vous avez certainement des preuves et même des faits graves à leur reprocher ?<br class="autobr" /> Mais peut-être préfériez-vous les arrêter en flagrant délit ?</p> <p>Est-ce pour cela que vous n'avez pas fait protéger l'agence Vinci, située au tout début du parcours de la manifestation,<br class="autobr" /> pas plus que des engins de chantier Vinci aussi (car Vinci est partout vous le savez, immobilier, parkings, aéroports...) dont vous saviez qu'ils seraient forcément des cibles ? <br class="autobr" /> Est-ce pour cela que la Préfecture n'a autorisé qu'un parcours ridiculement petit, jamais vu jusque là ? <br class="autobr" /> Est-ce pour cela que les échauffourées localisées dans un périmètre pourtant restreint ont duré plusieurs heures ? Et au bout du compte combien y a-t-il eu d'interpellations ? Une douzaine seulement...C'est assez curieux et à vrai dire difficilement compréhensible alors que les moyens déployés étaient impressionnants, en hommes et en matériel anti-émeute, alors que la fermeture du centre ville était inédite, alors qu'il y avait vraisemblablement des hommes à vous des deux côtés.</p> <p>Évidemment les images de « la guérilla urbaine » dont vous avez parlé seront reprises à l'envi plus que celles du char-triton, des 520 tracteurs présents ou des nombreuses familles manifestant paisiblement. <br class="autobr" /> Évidemment, cela permettra d'occulter une fois encore le fond du dossier, évidemment le chœur des partisans de l'aéroport poussera des cris horrifiés en rejetant la responsabilité sur les organisateurs de la manifestation.</p> <p>Organisateurs qui ont pourtant tenté d'éviter l'affrontement en interposant des tracteurs entre l'imposant mur de fer érigé et ceux qui voulaient effectivement en découdre.</p> <p>Organisateurs dont le métier n'est pas d'assurer l'ordre, vous en conviendrez et à qui il serait malvenu de demander de faire mieux que vous... Organisateurs particulièrement choqués, en tout cas, par les propos du Préfet de Loire-Atlantique qui n'a pas hésité à affirmer que nous<br class="autobr" /> « opposants historiques » devions cesser « d'être la vitrine légale d'un mouvement armé ». Je me suis pincée pour y croire...encore un peu de temps et nous finirons nous-mêmes par être tenus pour de dangereux terroristes alors que nous avons participé loyalement au débat public, et à toutes les commissions mises en place. Débat déloyal puisqu'il y a une « vérité officielle » intangible même quand elle est contraire aux faits, aux chiffres et à la réalité. <br class="autobr" /> Le Premier Ministre ne reconnaît la validité que de la commission du dialogue à qui il avait donné mission de valider à nouveau le projet, mais refuse de regarder les conclusions accablantes de la commission des experts scientifiques au regard de la loi sur l'eau. Comment croire encore à la parole de l'État ?</p> <p>En réalité, Monsieur le Ministre, tout cela est très lisible et vieux comme le pouvoir.<br class="autobr" /> Pour discréditer notre combat, et tenter de retourner l'opinion publique qui nous est aujourd'hui favorable, on fera appel à la peur du désordre, on utilisera l'image, déplorable je vous l'accorde, des dégradations commises par les méchants casseurs et on justifiera ainsi<br class="autobr" /> une nouvelle opération policière pour aller enfin nettoyer la ZAD de ses « délinquants dangereux », en même temps que de ses tritons et de ses paysans. Il faudra mettre les moyens<br class="autobr" /> (ils sont mille, ne l'oublions pas, et les tritons innombrables...) mais vous y êtes peut-être prêts pour que « force reste à la loi » ? Permettez-moi de vous le déconseiller car pour que nous, citoyens, acceptions désormais cette clef de voûte théorique de la société, (« la seule violence légitime est celle de l'État »), il faudrait que l'État soit irréprochable, que la loi soit juste et que ses représentants soient dignes du mandat que nous leur avons confié. Vous avez<br class="autobr" /> compris, je pense, que ce n'est pas le cas depuis longtemps.<br class="autobr" /> Depuis deux jours, j'ai lu et entendu que le centre ville de Nantes était « saccagé », qu'un commissariat avait été « dévasté », qu'il faudrait du temps pour « panser les plaies de la ville », que les dégâts ne pouvaient pas encore être chiffrés, autant dire que c'était l'apocalypse. Les mots eux-mêmes sont visiblement sens dessus dessous...</p> <p>Puis-je vous suggérer de venir à Nantes pour juger de la situation ? Aujourd'hui dimanche, flottait certes une petite odeur de gaz lacrymogène, mais le tramway roulait et les nantais flânaient. Je ne nie pas les poubelles brûlées, les pavés arrachés, les vitrines brisées et les murs maculés dans<br class="autobr" /> le secteur des affrontements. Je déplore ce vandalisme d'<br class="autobr" /> autant plus que nous dénonçons par ailleurs le gaspillage d'<br class="autobr" /> argent public qu'induirait le transfert de l'aéroport !<br class="autobr" /> Mais je voudrais aussi vous rappeler que samedi des personnes âgées, des enfants ont été noyées sous les lacrymogènes. Et qu'un jeune manifestant a perdu un œil à cause d'un éclat de grenade assourdissante. Ce n'était pas un casseur. Et cela nous rappelle le même malheur survenu déjà à Nantes, à cause d'un tir tendu de flash ball lors d'une manifestation<br class="autobr" /> sans violence devant le Rectorat. Les aubettes seront reconstruites, cela fera même monter le P.I.B mais ce jeune restera, lui, marqué à jamais. Cela m'interroge sur la manière dont les forces de l'ordre utilisent leurs armes et me scandalise davantage que la casse matérielle. Et demain, si le gouvernement persistait dans son projet d'aéroport, la destruction du bocage de Notre Dame des Landes et de la vie qu'il abrite serait elle aussi irréversible.</p> <p>Il faut arrêter un projet désormais dans l'impasse et régler le problème en prenant la seule décision raisonnable : respecter la loi sur l'eau, améliorer l'aéroport de Nantes-<br class="autobr" /> Atlantique et rendre sa sérénité à Notre Dame des Landes pour que la ZAD redevienne unecampagne où vivre et travailler. Vous pourrez ainsi, Monsieur le Ministre, vous consacrer aux<br class="autobr" /> blacks blocs si vous le jugez indispensable.</p> <p>Dans l'espoir de votre réponse, je vous assure de mes salutations les plus distinguées,</p> <p>Françoise Verchère,<br class="autobr" /> Conseillère générale de Loire-Atlantique</p> <hr class="spip" /> <p>C'est possible de la lire à l'antenne ?</p> <p>Continuez vos émissions, ne lâchez rien, gardez le cap...</p> sur la casse 2014-02-26T16:52:10Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2013-14/fevrier/il-est-gentil-monsieur-dassault-2#comment45371 2014-02-26T16:52:10Z <p>Une série de questions à se poser ensemble parce que moi aussi j'en ai marre du discours ronflant sur les casseurs.</p> <p>Est-ce que la casse serait pas le vrai moyen d'attaquer vinci là où ça fait mal, CAD au portefeuille ?</p> <p>Quels sont nos moyens de lutter collectivement hors du cadre traditionnel du travail et de la grève ?</p> <p>Doit on accepter que la manif devienne le seul mode légitime d'expression du mécontentement collectif ?</p> <p>Pour ceux qui crient la violence : franchement saccager un chantier de vinci c'est une chiure de mouche sur un char d'assaut quand on voit ce qu'ils font subir quotidiennement de destructions dans le monde enter.</p> <p>Et surtout, la vraie violence physique est mise en place par l'état à travers la police. Tout ça pour protéger beaucoup de gros sous et un peu de prestige.</p> <p>Je pleure pas quand on pète des abribus. Par contre ça me fout la rage, tous ces gens qui ont perdu un oeil ou même pire dans des rencontres avec la police.</p> <p>Ce serait pas plus constructif, gentils militants militants de la gentille gauche, de vous mobiliser contre les violences policières plutôt que sur la casse de matériel ?</p> <p>Le matos de chantier de vinci, ça vous préoccupe, mais pas le fait qu'on paie avec nos sous des tenues de combat et des armes à des flics pour qu'ils viennent nous taper sur la gueule ?</p> Il est gentil Monsieur Dassault (2) 2014-02-24T18:47:42Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2013-14/fevrier/il-est-gentil-monsieur-dassault-2#comment45344 2014-02-24T18:47:42Z <p>Pour répondre aux premiers intervenants : NON, il n'y a pas eu de casseurs. Ça suffit ! La VRAIE violence, c'est le camarade Quentin qui a perdu un oeil, ce sont les centaines de blessés à la ZAD, ce sont les cabanes détruites, les condamnations à de la prison ferme, à notre exploitation quotidienne par le capitalisme. C'est pas quelques vitrines détruites, quelques tags et quelques pavés jetés sur les CRS la violence !</p> <p>J'en ai MARRE, nous en avons MARRE qu'à chaque fois les militant-e-s non-pacifiques se fassent insulter ! Si il n'y avait pas eu ceux que vous appelez des "casseurs" sur la ZAD, le chantier aurait déjà commencé !</p> <p>Bref, solidarité avec les inculpé(e)s, et nous serons tous des "casseurs" tant qu'il le faudra !</p> <p>Daniel, s'il te plaît, lis ce message à l'antenne. Nous en avons assez de ces insultes constantes, sur la ZAD et plus largement dans toutes les luttes, contre ceux(elles) qui refusent de se contenter de signer des pétitions en ligne et de se tenir par la main devant les flics.</p> <p>Les mineurs des Asturies n'ont pas été pacifiques. Les Brigades Internationales non plus. Pas plus que les Naxalites, les Soviets en 1917, les travailleurs en 1936, en 1968, les lycéens en 2005-2006, les italiens durant les années de plomb, les insurgés du Chiapas. Nous ne le serons pas plus q'eux ! Le pouvoir est au bout du fusil, pas au bout de la souris !</p> Il est gentil Monsieur Dassault (2) 2014-02-24T16:28:36Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2013-14/fevrier/il-est-gentil-monsieur-dassault-2#comment45343 2014-02-24T16:28:36Z <p>Bravo Mermet ! Excellente émission ! <br class="autobr" /> Autant Dassault n'arrive pas à refourguer son zinc le Rafale, autant Anaëlle Verzaux et Mermet dézinguent tout le clan Dassault avec juste un micro ! Comme quoi un micro peut faire beaucoup plus de dégâts qu'un Rafale. On imagine la stupeur de Serge Dassault à l'annonce d'une pareille nouvelle.</p> Mexique !!! Février 2014 ... 2014-02-24T14:08:02Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2013-14/fevrier/il-est-gentil-monsieur-dassault-2#comment45339 2014-02-24T14:08:02Z <p>Inicio / Denuncias<br class="autobr" /> feb242014<br class="autobr" /> Comunicado de la Comisión por la Defensa de los Bienes Comunales de la comunidad indígena de Santa María Ostula<br class="autobr" /> AL PUEBLO DE MÉXICO Y A LOS PUEBLOS DEL MUNDO.</p> <p>AL ALTO COMISIONADO PARA DERECHOS HUMANOS DE LA ORGANIZACIÓN DE LAS NACIONES UNIDAS.</p> <p>A LA COMISIÓN INTERAMERICANA DE DERECHOS HUMANOS.</p> <p>A LA RED TODOS LOS DERECHOS PARA TODOS.</p> <p>A LA RED CONTRA LA REPRESIÓN Y POR LA SOLIDARIDAD.</p> <p>A LOS PUEBLOS INDÍGENAS DE MÉXICO.</p> <p>AL CONGRESO NACIONAL INDIGENA.</p> <p>1.- El pasado 8 de febrero del presente año un grupo de comuneros de Santa María Ostula, coordinado con los grupos de autodefensa de los municipios de Coalcomán, Chinicuila y de la cabecera municipal de Aquila, tomó el control de la tenencia de Ostula en contra de los grupos del crimen organizado que desde finales de 2011 asolaban la región a pesar de la fuerte presencia de destacamentos de la Marina Armada de México a lo largo de toda la Costa Michoacana.</p> <p>2.- El día 10 de febrero un pelotón del Ejército Mexicano desarmó a la Policía Comunitaria de Ostula y a los grupos de autodefensa que la respaldaban, ante lo cual la población de la tenencia de Ostula obligó a que el general a cargo de dicho pelotón militar devolviera las armas, pues, desarmar a nuestra policía comunitaria y a los grupos de autodefensa significaría permitir su cruel asesinato.</p> <p>3.- El día 13 de febrero, con la presencia de más de 1200 comuneros, la Asamblea General de Santa María Ostula y sus 23 encargaturas, máxima instancia de decisión comunal, resolvió REORGANIZAR SU POLICÍA COMUNITARIA y nombró comandante general al comunero Semeí Verdía ; asimismo la asamblea acordó trasladarse a la Encargatura de Xayakalan ante la presencia en el lugar, coincidentemente desde el día 8 de febrero, de grupos de policías federales ministeriales e integrantes del ministerio público, que de manera totalmente ilegal han ido a amenazar a los comuneros que viven en Xayakalan con desalojarlos, sin identificarse, ni presentar orden o mandato alguno, perturbando la posesión que nuestra comunidad tiene en dicho lugar.</p> <p>Para mayor conocimiento del asunto queremos recordar que las tierras correspondientes a la Encargatura de Xayakalan, aun cuando se localizan dentro de nuestros títulos primordiales del siglo XVIII y dentro de nuestra Resolución Presidencial, se encuentran en conflicto con pequeños propietarios de La Placita, algunos de ellos cabezas del crimen organizado en la región, y actualmente existe un juicio agrario en trámite, así como el compromiso con el Ejecutivo Federal de encontrar una solución concertada a dicho conflicto, razón por la que la presencia amenazadora e ilegal de policías federales ministeriales en Xayakalan, supuestamente enviados al estado para combatir al crimen organizado, pareciera ser la continuación de las graves condiciones de guerra no declarada que vive Ostula desde que precisamente resolvió hacer el resguardo de las tierras de Xayakalan, el pasado 29 de junio de 2009.</p> <p>En atención a lo expuesto, pedimos a la sociedad civil nacional e internacional, así como a los organismos internacionales, a estar atentos a lo que pase en la región y a no permitir un nuevo asesinato, un nuevo secuestro, un nuevo despojo en contra de nuestra comunidad y en contra de las comunidades indígenas del país.</p> <p>A los gobiernos federal y del estado exigimos :</p> <p>1. El CESE INMEDIATO de los ilegales operativos por parte de policías federales ministeriales y agentes del ministerio público que tienen como fin el DESALOJO de las tierras de XAYAKALAN, correspondientes a la propiedad y posesión comunal ancestral de nuestra comunidad.</p> <p>2. La INMEDIATA y URGENTE solución a nuestra problemática territorial en el paraje de Xayakalan por parte de los gobiernos del estado y federal para que se garantice en forma definitiva la tenencia jurídica de dichas tierras a favor de Ostula.</p> <p>3.Presentación con vida de los comuneros FRANCISCO DE ASÍS MANUEL, presidente de bienes comunales, JAVIER MARTÍNEZ ROBLES, GERARDO VERA ORCINO, ENRIQUE DOMÍNGUEZ MACÍAS y MARTÍN SANTOS LUNA ; esclarecimiento del asesinato de los comuneros PEDRO LEYVA DOMINGUEZ, DIEGO RAMÍREZ DOMÍNGUEZ, J. TRINIDAD DE LA CRUZ CRISOSTOMO, CRISÓFORO SÁNCHEZ REYES Y TEODULO SANTOS GIRÓN y el castigo a los autores intelectuales y materiales de su muerte ; e investigación de los 32 asesinatos y desapariciones de comuneros pertenecientes la comunidad de Ostula a lo largo de los últimos tres años.</p> <p>4. El otorgamiento de garantías para el funcionamiento de la policía comunitaria en el territorio nahua de la Costa michoacana.</p> <p>¡Respeto a la totalidad de nuestras tierras comunales !</p> <p>¡Respeto a nuestra policía comunitaria !</p> <p>¡Castigo a los culpables del asesinato de nuestros comuneros en la lucha por la tierra y las libertades de la comunidad !</p> <p>¡Presentación con vida del compañero Francisco de Asís Manuel, presidente de bienes comunales de Santa María Ostula y de los comuneros Javier Martínez Robles, Gerardo Vera Orcino, Enrique Domínguez Macías y Martín Santos Luna !</p> <p>SANTA MARÍA OSTULA, MICHOACAN, A 20 DE FEBRERO DE 2014.</p> <p>TIERRA Y LIBERTAD</p> <p>LA COMISIÓN POR LA DEFENSA DE LOS BIENES COMUNALES DE LA COMUNIDAD INDÍGENA DE SANTA MARÍA OSTULA</p>