Une brèche dans le mur de la résignation III - commentaires Une brèche dans le mur de la résignation III 2011-06-15T08:02:36Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2010-11/juin-245/une-breche-dans-le-mur-de-la-resignation-iii#comment22085 2011-06-15T08:02:36Z <p>"Quand je donne à manger aux pauvres, on me traite de saint - déclare l'évêque brésilien Helder Camara. Et quand je demande pourquoi ils n'ont rien à manger, on me traite de communiste."</p> <p>Sens dessus dessous. L'école du monde à l'envers (1998)<br class="autobr" /> Citation de Eduardo Galeano</p> <p><a href="http://www.dicocitations.com/auteur/5833/Eduardo_Galeano.php" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">http://www.dicocitations.com/auteur/5833/Eduardo_Galeano.php</a></p> Une brèche dans le mur de la résignation III 2011-06-08T14:59:32Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2010-11/juin-245/une-breche-dans-le-mur-de-la-resignation-iii#comment21995 2011-06-08T14:59:32Z <p>Pascale Pascariello à trouvé des indignés en France : "Les indignés - La révolte des jeunes libéraux" ;-)</p> <p><a href="http://www.arteradio.com/son/615960/Les_indignes" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">http://www.arteradio.com/son/615960/Les_indignes</a></p> Une brèche dans le mur de la résignation III 2011-06-07T20:12:13Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2010-11/juin-245/une-breche-dans-le-mur-de-la-resignation-iii#comment21963 2011-06-07T20:12:13Z <p>Pour décorer les places et les rassemblements, chacun peut réaliser sa propre pancarte avec son slogan préféré, en faisant son marché parmi « 90 slogans du printemps espagnol et français » rassemblés à l'adresse <a href="http://www.retraites-enjeux-debats.org/spip.php?article596" class="spip_out" rel='nofollow external'>http://www.retraites-enjeux-debats.org/spip.php?article596</a></p> Une brèche dans le mur de la résignation III 2011-06-07T11:22:23Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2010-11/juin-245/une-breche-dans-le-mur-de-la-resignation-iii#comment21945 2011-06-07T11:22:23Z <p>Interview : (traduction)</p> <p>EG : <br class="autobr" /> ‘'Je suis déjà allé à puerta del Sol à Madrid et ici il y a la même rencontre, la même énergie de dignité, le même enthousiasme. L'enthousiasme est une vitamine qui vient d'un petit mot grec, qui veut dire avoir les dieux à l'intérieur. Et moi à chaque fois que je sens que les dieux sont à l'intérieur, d'une personne, de beaucoup de chose, de la nature ou des montagnes, des rivières, et c'est à ce moment là que je me rends compte que vivre vaut la peine. Alors je suis très content d'être ici, comme je l'ai été déjà à puerta del Sol à Madrid, parce que ça donc ça prouve que cela témoigne de vivre vaut la peine. <br class="autobr" /> La vie est bien au delà des bassesses de la mesquinerie politique, si on gagne, on perd, et d'une façon personnelle, individuelle aussi, que tu peux gagner ou perdre dans ta vie. Ce n'est pas ça l'important. Dans cet autre monde, cet autre monde possible, qui est en gestation dans le ventre de celui-ci, ce monde infâme, pas très accueillant, pas très chaleureux dans lequel on est né, il y a un autre monde en gestation dans le ventre de ce monde là, qui attend. Et c'est un monde différent, un monde différent et dont l'accouchement est difficile. Mais par contre c'est sûr qu'il est en train de battre à l'intérieur de ce monde et c'est certain qu'il existe. <br class="autobr" /> Je le vois et je le reconnais dans ses mobilisations, spontanés, celles de Plaça Catalunya ici, celle de Sol à Madrid où j'ai pu aller déjà. Mais je sais qu'il y en a beaucoup d'autres et qu'elles prouvent l'existence de cet autre monde. <br class="autobr" /> Mais certains me demandent : « Mais qu'est ce qui va se passer maintenant ? Qu'est ce que ça va devenir ? » Et moi je réponds ce que je sais de ma propre expérience : « Je ne sais pas ce qui va se passer ». Et d'ailleurs je ne me préoccupe pas de ce qui va se passer. C'est le temps présent qui m'intéresse, et ce que ce temps présent annonce, un autre temps, un autre monde qui viendra mais qu'est ce que ce sera au final je ne sais pas. <br class="autobr" /> C'est comme si je me demandais à chaque fois que je tombe amoureux, quand je vis une expérience amoureuse, peu m'importe si je dois mourir à cet instant magique quand il survient. Mais voilà rien, l'amour c'est comme ça, c'est infini. Et l'important c'est qu'il soit infini. <br class="autobr" /> Il ne faut pas toujours se poser des questions comme-ci l'on était au guichet d'une banque, quand on consulte son solde. Et si on demande aux filles très puissantes à celles ce qu'on appel Standard & Poor's. Agence de notation, un nom effectivement très éloquent, standard et pauvreté. Alors qu'est ce ça veut dire standard et pauvreté ? Et qu'est ce que j'en ai à foutre moi de ces technocrates de 4è classe, qui sont des ignorants, qui ne savent rien à rien, qui se font payer des salaires vertigineux, et en plus après chaque crise qu'ils provoquent, ils augmentent leurs fortunes, leurs richesses. Parce qu'ils sont récompensés pour ces besognes, qui consistent à ruiner le monde.<br class="autobr" /> Ça c'est un monde à l'envers, qui récompense ceux qui le ruine, au lieu de les punir. Il n'y a pas un seul financier de Wall Street en prison, parmi les banquiers qui ont promu, qui ont provoqué cette crise planétaire. Pas un seul en prison. Mais par contre il y a des milliers de prisonniers, parce qu'ils ont fumé de l'herbe, ou parce qu'ils ont volé une poule, et aucun de ces banquiers. Ce monde est à l'envers. C'est un monde de merde. Mais ce n'est pas le seul monde possible.<br class="autobr" /> A chaque fois que je viens dans ces rassemblements magnifiques avec tous ces jeunes, je sais qu'il y a un autre monde qui nous attend. Parce que ce monde de merde porte un autre monde en gestation. Et ce sont les jeunes qui vont l'accoucher. Ces jeunes qui sont méprisés par les élections, qui sont régis par l'intérêt des grands partis politiques, où les jeunes ne votent pas.<br class="autobr" /> J'arrive d'Amérique du sud où les jeunes chiliens n'ont pas voté. 2 millions de jeunes chiliens n'ont pas voté. Ils n'ont pas voté parce qu'ils ne croient pas à cette démocratie qu'on leur propose. Alors combien de jeunes n'ont pas voté ici en Espagne ? On ne les a pas compté. Mais parmi les 10 millions d'espagnoles qui n'ont pas voté il doit y avoir quelques jeunes qui n'ont pas voté. Ils n'ont pas voté parce qu'ils ne croient pas en la démocratie qu'on leur propose. Ce n'est pas qu'il ne croit pas en la démocratie, c'est qu'ils ne croient pas en cette démocratie. En cette démocratie manipulée, prise en otage, par les banquiers, par les mensonges des hommes politiques, artistes de cirque qui offrent une pirouette différente chaque jour. Il y avait un vieil homme politique en Uruguay, qui n'était pas révolutionnaire ni rien, c'était un politique qui était dans le système. Mais c'était homme qui connaissait la vie bien plus que d'autres. Il s'appelait le vieux Herrera, il parlait comme ça. Et quand on lui demandait : « Qu'est ce que vous pensez si l'on met machin, sénateur ? ». Et lui il disait : « Non, non, non. Parce que celui là il est rond ». Il appelait rond ceux qui sont devenus comme des boules à force de tourner sur eux même. Et la vérité c'est que dans le monde politique actuel il y a beaucoup de ronds, de boules. Et les jeunes alors, auraient tort de ne pas croire dans ces personnages arrondis ou ce sont les hommes politiques ronds qui ont tort de ne pas comprendre pourquoi les jeunes ne croient plus en nous. C'est pour ça que j'aime être ici avec vous, à discuter comme ci de rien n'était, tranquillement. Si vous m'aviez demandé de venir donner ma version du destin de l'humanité, je t'aurais dis : « Non ». Moi j'aime parler comme ça tranquille avec mes semblables. Parce que nous sommes tous égaux dans la lutte. J'espère que cela va continuer, ça va durer. Sinon à quoi sert de vivre, si je ne pense pas que quelque chose de meilleur m'attend.<br class="autobr" /> Quand on me dit que je suis un intellectuel reconnu je dis : « Non ! Je ne suis pas un intellectuel. » Les intellectuels sont ceux qui ont fait divorcer la tête du corps. Moi je ne veux pas être une tête qui se trimballe sur les chemins. Moi je suis une personne : Une tête, un corps, un sexe, un ventre tout, mais pas un intellectuel, cet abominable personnage. Goya le disait déjà : « La raison génère des monstres ». Attention avec ceux qui résonnent uniquement. Attention, il faut raisonner et ressentir. Et quand la raison divorce du coeur, c'est le drame. <br class="autobr" /> Ce personnage peut te conduire à la fin de l'existence humaine, de la planète. Et quand j'en vois un qui uniquement pense mais ne ressent pas, je me dis : « Ai quelle horreur, celui-ci est un intellectuel ». Quelle chose épouvantable ! Une tête qui roule. Moi je ne veux pas être une tête à roulettes. ‘'</p> Une brèche dans le mur de la résignation III 2011-06-06T15:03:38Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2010-11/juin-245/une-breche-dans-le-mur-de-la-resignation-iii#comment21928 2011-06-06T15:03:38Z <p>Alerte mondiale niveau maximum : Tous les réacteurs de tous les médias sont entrés en fusion. Aucune solution pour les refroidir n'est envisageable. Même les liquidateurs les plus chevronnés comme M. Mermet et son équipe sont obligés de rendre l'antenne. Le taux de radioactivité n'est plus mesurable. Un fort taux d'homonimie 131 est enregistré dans toutes les centales médiatiques. Les moyens de s'informer ne corresponent plus à leur fonction première. Sous l'impulsion des patrons des mutinationales ayant inclus dans leurs filières les buraux de rédaction des principaux médias, la criticalité est devenu minimale. Point de rupture atteint. Si vous êtes encore en mesure de comprendre ce message, éloignez vous de toutes sources d'émisson d'information. Vous pouvez sans risque allumer vos poste radio demain de 15 à 16 h. pour vérifier si l'équipe de La-Bas a réussi à refroidir le réacteur de France -inter.</p> Une brèche dans le mur de la résignation III 2011-06-05T22:02:04Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2010-11/juin-245/une-breche-dans-le-mur-de-la-resignation-iii#comment21906 2011-06-05T22:02:04Z <p>Salut. Le rassemblement à la Maison Carrée ne faiblit pas. Une vingtaine d'irréductibles persistent tous les soirs à 19 h.. Pour les gens de la région de Nimes qui seraient intéressé, tapez "relledémocratie.com" et vous trouverez toutes les info.</p> <p>Petit incident durant l'assemblée de ce soir, trois jeunes gens se sont assis dont un qui avait tendance à monopoliser la parole (il m'a semblé qu'il voulait avoir l'ascendant sur le groupe) pour parler de politique institutionnelle, d'actions concrètes et d' Europe ne passant pas avant la nation et patati et patata... Assez rapidement, la question est lancée : Es-tu d'extrême droite ? Il se lève et dit fièrement : Oui, je suis fn. Là, tous le monde a ralé mais personne ne s'est levé contrairement a lui. Il nous a ensuite balancé : si c'est comme ça je m'en vais et bravo, elle est belle votre démocratie. Ils sont alors partis d'eux-même. <br class="autobr" /> Petite info intéressante, ces jeunes fn ont laché que demain il iront à Avignon alors si des participants au rassemblement d'Avignon lisent ce méssage, ils seront prévenus, ce qui leur permettra de ne pas perdre de temps avec ces individus qui tentent de faire glisser leurs idées sans dèvoiler leur réelle identité. Merci, tchao</p> Une brèche dans le mur de la résignation III 2011-06-05T20:28:16Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2010-11/juin-245/une-breche-dans-le-mur-de-la-resignation-iii#comment21903 2011-06-05T20:28:16Z <p>Vous citez dans vos références bibliographique "Le dernier livre d' Eduardo Galeano « Paroles vagabondes » a été publié par Lux en octobre 2010". Bien triste que les livres du formidable Galeano soient publiés si tardivement en français. Car paroles vagabondes(las palabras andantes) est paru en espagnol...en 1993 ! Donc correction, ce n'est pas son dernier livre. Le plus livre le plus récent de Galeano, de 2008 je crois, - et on espère pas le dernier !- se nomme Espejos (miroirs)une sorte d'histoire universelle fabuleuse qui met encore en lumière le sort des exploités, des démunis, des oubliés, des colonisés,de personnalités marginales et les dommages du capitalisme à travers le temps. Traduit et paru en anglais (Mirrors) mais pas encore en français, semble-t-il. Daniel, tu devrais consacrer une émission à Eduardo Galeano.</p> Une brèche dans le mur de la résignation III 2011-06-03T10:14:49Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2010-11/juin-245/une-breche-dans-le-mur-de-la-resignation-iii#comment21848 2011-06-03T10:14:49Z <p>Un blog parlant de la mobilisation bruxelloise : <a href="http://www.comingout-info.be" class="spip_url spip_out auto" rel="nofollow external">www.comingout-info.be</a></p> Une brèche dans le mur de la résignation III 2011-06-02T21:04:39Z https://la-bas.org/la-bas-magazine/les-archives-radiophoniques/2010-11/juin-245/une-breche-dans-le-mur-de-la-resignation-iii#comment21825 2011-06-02T21:04:39Z <p>Mais bien-sur que les AMG avaient déja repérer les similitudes entre les rassemblements sur les places et les Repaires de LA -BAS SI J'Y SUIS. En fait, les esprits brillants convergent vers le même point lumineux. Il fallait bien un point de départ à tout ça et c'est donc le premier repaire de La-Bas, le repaire primordial dissimulé dans les studio de F.I. qui fut désigné par la destinée pour ouvrir la voie. Ce n'est pas tout. Nous avons connaissance de clubs privés oligarchiques qui réunissent confusément l'élite industrielle et financière avec des ex-futurs membres du gouvernement, la trilatérale, le bilderberg, le siècle, le club de Rome, le forum économique modial... Alors que ces oligarques élaborent des consensus pour leur prospérité pendant que les dettes des Etats se creusent et que nos démocratie s'effilochent, quelle force d'opposition contrairement équivalente tente de résister ?</p> <p> Leurs réunions sont sectaires alors que les repaires de La-Bas sont ouverts à tous. Eux ne cherchent qu'à faire fructifier leur capital financier alors que les repaires sont la valorisation du capital social dans la discution libre, la valorisation de l'humain en somme. Oui, les repaires sont bien l'antidote à ce venin qu'est l'oligarchie. Merci aux concepteurs qui veillent au grain à moudre et aux explosifs.</p>