Corinne Lanneluc

jeudi 19 octobre
J’ai trouvé votre émission sur le musée des Arts Premiers très intéressante. Et surtout l’idée d’y inviter 2 africains très pertinente, il y a un petit côté farce en réponse à la condescendance avec laquelle nous traitons les Africains et les objets qu’ils produisent ; évidemment, un masque africain ne mange pas, n’a pas besoin d’un logement à part un mur au musée, ne revendique ni ne demande rien, n’a pas d’enfants ni de femme.
Je reconnais que c’est plus facile et que cela donne bonne conscience d’admirer un objet produit en Afrique : "Voyez, je ne suis pas raciste puisque je considère qu’un Africain est capable de fabriquer de l’art".
Mais attention à ne pas non plus tomber dans l’excès inverse , petit penchant fréquent chez les tiersmondistes. Existe-t-il au Mali ou en Côte d’Ivoire un musée où l’on peut voir des objets africains ?
Mobutu ou un autre dictateur encore vivant se sont-ils souciés de l’art produit dans leur pays avant de s’en mettre plein les poches, ont-ils construit un musée avec l’argent qu’ils ont planqué en Suisse ?
Quand cessera-t-on de toujours reprocher aux anciens pays colonisateurs tous les maux de l’Afrique ? Ainsi, nous continuons à l’infantiliser alors qu’il y a là-bas des gens plein d’énergie et de bonne volonté qui dénoncent leur propre continent corresponsable de ce qui s’y passe.
Je suis souvent très en colère contre beaucoup d’Africains qui se contentent de fustiger notamment la France responsable de tous leurs malheurs et aussi contre beaucoup d’occidentaux qui traitent le problème africain comme on soutiendrait une civilisation subalterne incapable de s’en sortir seule et à jamais condamnée à quémander de quoi subsister. Or, les Africains sont des hommes à part entière, pas des enfants, pas des bons negs, quand se choisiront-ils des hommes d’état dignes de ce nom, dignes d’eux et pas ces dictateurs en treillis et Rayban qui après avoir trucidé leur adversaire n’ont d’autre préoccupation que de servir leur ethnie et leur famille avant d’être à leur tour trucidés ?
Quand on construira un musée pour abriter les masques africains dans une grande ville d’Afrique, alors pourquoi ne pas restituer ces objets ? Mais alors ce sera priver les Occidentaux d’une ouverture à cette culture et peut-être exposer ces objets à la destruction, tellement d’’autres ont déjà dû être détruits là-bas au cours des guerres.
N’oublions pas que beaucoup de Renoir et Degas trônent dans des musées américains : moi, cela ne me révolte pas, je suis au contraire fière de ce rayonnement.
Autrement dit, Daniel, ne jugeons pas trop vite une initiative, même maladroite, parce qu’elle est française, et n’encensons pas systèmatiquement tout ce qui vient du tiers monde à cause de notre vieux fond de culpabilité : Considérer qu’il ne peut y avoir de cons ni de méchants en Afrique, c’est manquer de respect aux Africains. (enfin, à mon humble avis).
Coup de gueule d’une française qui souffre devant les malheurs de l’Afrique, mais qui enrage d’’attendre encore une réaction de leur part.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Zoom

  • Tout un été Là-bas Hommage à Adolfo Kaminsky, résistant et faussaire modeste et génial Abonnés

    Le

    Voir

    Pour sauver des enfants juifs de la mort, il fallait leur fabriquer des faux papiers très vite, jour et nuit, sans s’arrêter. Adolfo Kaminsky, « le faussaire de Paris », a sauvé des milliers de Juifs pendant la guerre, gratuitement. Par la suite, de la même façon, il soutient le FLN algérien, puis toutes les grandes luttes, de l’Amérique latine à l’Afrique du Sud. Faussaire, résistant et photographe, Adolfo Kaminsky est mort le 9 janvier à 97 ans. Ce Mercredito lui est consacré, en hommage.

  • Pourquoi perdre sa vie à la gagner tout en salopant encore plus la planète ? BIFURQUER : et si on arrêtait de collaborer à notre propre destruction ? Abonnés

    Le

    Voir

    Tout plaquer, déserter, mettre les voiles : on en rêve, mais combien le font ? Pourtant, aujourd’hui, on peut rapprocher des rejets et des refus qui tracent une rupture étonnante. Gagnés par l’« éco-anxiété », des jeunes ingénieurs agronomes refusent d’entrer dans la carrière et de collaborer au système. Leur vidéo compte dix millions de vues en quelques jours. Une importante pénurie de main-d’œuvre frappe aussi bien la restauration que le transport, l’agriculture ou le BTP. Le patronat s’arrache les cheveux. Des milliers de postes d’enseignants et de soignants ne trouvent pas preneurs. Les conditions méprisantes de travail n’expliquent pas tout. Le confinement et le télétravail non plus. Aux États-Unis, on parle du « BIG QUIT », la grande démission. Dans l’été 2021, on estime que 4,3 millions de personnes ont quitté volontairement leur job, soit environ 3 % de la population active américaine.

  • Tout un été Là-bas Bon anniversaire la guerre ! Abonnés

    Le

    Voir

    Tous derrière BHL ! Des armes pour l’Ukraine ! Soutien unanime ! La moindre hésitation fait de vous un suppôt de Poutine, la moindre réserve fait de vous un munichois. Bien au chaud derrière leur écran, les va-t-en-guerre poussent à la course aux armements. À table, on parle des performances des chars, de la portée des missiles et de la livraison des canons CAESAR. Le prof de musique se voit dénoncé par les parents d’élèves pour avoir évoqué les musiciens russes dans son cours. Comme d’habitude, la guerre est une aubaine pour les médias qui entretiennent chaque jour le feuilleton.