Christophe Tupinier : auditeur partagé

De : Christophe Tupinier
Envoyé : lundi 4 septembre 2006 18:25
Objet : Message via le site France Inter : Là-bas si j’y suis
lieu = Beaune

J’écoutais tout à l’heure l’introduction de votre émission et je suis comme à chaque fois que je vous écoute un peu par accident, si je suis dans ma voiture à ce moment là, partagé.
Partagé entre l’avis de cet auditeur qui expliquait qu’il n’était pas toujours d’accord avec vous mais qu’il se battrait pour que vous puissiez continuer de vous exprimer et cet autre auditeur chanteur qui vous remerciait à l’avance de tout faire pour encourager les gens à voter Jospin.
Et c’est bien là votre problème M. Mermet, tout est très manichéen chez vous, écrit, et finalement prévisible dans chacun de vos dossiers.
Pour vous il y a d’un côté les "gentils" : les ouvriers, le peuple, les gens de gauche quoi et de l’autre les méchants, les gens de droite en résumé.
C’est un point de vue et c’est le votre, vous pouvez toujours en discuter avec vos copains mais cela n’a rien à faire sur une émission de radio du service public.
C’est peut-être pour cette raison, que votre émission a été déplacée à 15 h 00.
Vous devriez y réfléchir.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Zoom

  • Tout un été Là-bas Hommage à Adolfo Kaminsky, résistant et faussaire modeste et génial Abonnés

    Le

    Voir

    Pour sauver des enfants juifs de la mort, il fallait leur fabriquer des faux papiers très vite, jour et nuit, sans s’arrêter. Adolfo Kaminsky, « le faussaire de Paris », a sauvé des milliers de Juifs pendant la guerre, gratuitement. Par la suite, de la même façon, il soutient le FLN algérien, puis toutes les grandes luttes, de l’Amérique latine à l’Afrique du Sud. Faussaire, résistant et photographe, Adolfo Kaminsky est mort le 9 janvier à 97 ans. Ce Mercredito lui est consacré, en hommage.

  • Pourquoi perdre sa vie à la gagner tout en salopant encore plus la planète ? BIFURQUER : et si on arrêtait de collaborer à notre propre destruction ? Abonnés

    Le

    Voir

    Tout plaquer, déserter, mettre les voiles : on en rêve, mais combien le font ? Pourtant, aujourd’hui, on peut rapprocher des rejets et des refus qui tracent une rupture étonnante. Gagnés par l’« éco-anxiété », des jeunes ingénieurs agronomes refusent d’entrer dans la carrière et de collaborer au système. Leur vidéo compte dix millions de vues en quelques jours. Une importante pénurie de main-d’œuvre frappe aussi bien la restauration que le transport, l’agriculture ou le BTP. Le patronat s’arrache les cheveux. Des milliers de postes d’enseignants et de soignants ne trouvent pas preneurs. Les conditions méprisantes de travail n’expliquent pas tout. Le confinement et le télétravail non plus. Aux États-Unis, on parle du « BIG QUIT », la grande démission. Dans l’été 2021, on estime que 4,3 millions de personnes ont quitté volontairement leur job, soit environ 3 % de la population active américaine.

  • Tout un été Là-bas Bon anniversaire la guerre ! Abonnés

    Le

    Voir

    Tous derrière BHL ! Des armes pour l’Ukraine ! Soutien unanime ! La moindre hésitation fait de vous un suppôt de Poutine, la moindre réserve fait de vous un munichois. Bien au chaud derrière leur écran, les va-t-en-guerre poussent à la course aux armements. À table, on parle des performances des chars, de la portée des missiles et de la livraison des canons CAESAR. Le prof de musique se voit dénoncé par les parents d’élèves pour avoir évoqué les musiciens russes dans son cours. Comme d’habitude, la guerre est une aubaine pour les médias qui entretiennent chaque jour le feuilleton.