Les Repaires

Les Repaires n’ont rien lâché, bravo !

Certains les disaient morts, enterrés et déjà récupérés, mais les vrais Repaires de Là-bas si j’y suis n’ont pas lâché la rampe. À Bordeaux, Limoges, Paris ou Lille ces jours derniers, les soirées débats avec Daniel Mermet ont été de beaux succès, chaleureux et stimulants pour tous. Du coup beaucoup de Repaires souhaitent vite organiser une soirée de débat avec Daniel autour du projet en cours mais pour courir aux quatre coins de l’hexagone, il faut un minimum de logistique. Voici donc où nous contacter : contact@la-bas.org

Grâce à vous tous, nous dépassons les 18 000 abonnés. C’est un très bon résultat, nous pouvons déjà faire pas mal de choses et le chantier avance, mais nous devons encore réunir toutes nos forces pour décoller et nous maintenir en vol. Nous savons que nous pouvons compter sur les fidèles AMG, d’abord pour cette campagne d’abonnement, mais aussi pour les remarques, pour les infos, pour l’engagement dans la construction d’un nouveau média qui va continuer et développer les bagarres de Là-bas.

Pour annoncer vos prochains Repaires, débattre, donner des infos locales, écrivez à repaires@la-bas.org

LES REPAIRES DE LÀ-BAS, RÉSISTER À LA RÉSIGNATION

C’est en septembre 2005 que l’idée des Cafés Repaires a été lancée par Daniel Mermet, sur France Inter, dans son émission "Là-bas si j’y suis".

Dans votre village, dans votre quartier, il y a sans doute d’autres auditeurs, alors pourquoi ne pas se retrouver autour d’un verre pour refaire le monde ?

Il suffit de trouver un bistrot accueillant. Ensuite, prendre contact avec l’équipe de Là-bas pour nous communiquer vos coordonnées (repaires@la-bas.org). Ainsi, vous devenez le « correspondant – animateur » du repaire et vous figurez sur la liste officielle des repaires. Pour donner rendez-vous, parler de l’actualité de votre repaire et de votre région, c’est la même adresse (repaires@la-bas.org). N’hésitez pas à laisser aussi un message sur le nouveau répondeur de Là-bas au 01 85 08 37 37.

Et voilà, vous vous retrouvez au Café de la place ou au Bar des Sports. À vous d’animer les rencontres, d’organiser les débats, le temps de paroles, les sujets, les invités…

Mais attention, du routier au rentier, il faut que chacun puisse pousser la porte du Café Repaire de Là-bas si j’y suis. Le Repaire n’est pas un club où viennent se convaincre les convaincus ni la chapelle où l’éternel militant vient évangéliser ses congénères.

Avec plus de cent cinquante Repaires en France, mais aussi à Montréal, Barcelone, Londres ou Budapest, c’est chaque mois des milliers d’Auditeurs Modestes et Géniaux (AMG) qui participent, s’expriment, confrontent des idées, fomentent de grands complots, chantent et dansent et paient leur tournée. On se retrouve à 5 ou à 100, peu importe, la quantité ne fait pas la qualité. 

Voilà ce que dit Aurélie du Repaire de Marseille : « C’est une auto éducation en prise avec l’expérience de chacun, loin de la culture de distinction et de consommation, loin de la culture qui tombe du ciel et des personnages hors du commun, pour moi c’est le lieu d’une résistance à la soumission et à la résignation. »

Et surtout, les Repaires, c’est bien plus fort que tous les réseaux sociaux du monde, puisqu’on peut se voir en vrai.

Mais cette réussite attire aussi des convoitises. Ainsi des Repaires ont été contactés pour la vente de produits divers ou pour des mobilisations se réclamant de Là-bas si j’y suis (LBSJS) sans nous avoir consultés auparavant. En cas de doute n’hésitez pas à nous contacter.

Le répondeur : + 33 (0)1 85 08 37 37

Lire délivre

  • Voir

    LES BOUQUINS DE LA-BAS.
    Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Vos conseils sont bienvenus ! Oui, LIRE DELIVRE...

Les Rendez-vous des Repaires

  • Comme le Repaire de Neuvy a lieu habituellement au "Goût des Autres", et comme ce restaurant-culturel délocalisera exceptionnellement au salon du bien-être, le prochain Repaire se tiendra donc au salon du bien-être au Parc Expo de Moulins sur l’espace restauration/bar du "Goût des Autres" vendredi (...)

    Neuvy
    24, rue Saint-Vincent

  • Centenaire de la Première Guerre mondiale oblige, nous allons parler des soldats fusillés pour l’exemple qui n’ont toujours pas été réhabilités. Pour décourager les actes de désobéissance des soldats qui se multipliaient, sur demande de l’État-major français, 639 soldats ont été fusillés entre 1914 et (...)

    Metz
    Avenue Robert Schuman

  • La venue du compteur Linky, en ce moment même, à Saint-Dié ne passe pas inaperçue. Elle est accompagnée par un collectif... Stop Linky 88. Qui sera l’invité de notre Repaire de novembre ! Venez débattre et vous informer autour des alternatives à l’installation de cet équipement prétendument (...)

    Saint-Dié-des-Vosges
    3 quai du Maréchal Leclerc

  • La question est posée à La Rochelle, à propos de la mise en place d’un nouveau PLUI (plan local d’urbanisme intercommunal) Dans quelles conditions ce PLUI a-t-il été établi ? Quelle a été la réelle participation des citoyens ? Un débat vous est proposé sur le sujet à partir de la présentation d’une (...)

Une sélection :

La guerre des idées. Transcription de l’entretien d’Aude LANCELIN avec Juan BRANCO La violence que prépare Macron Lire

Le

" Il faut absolument se redonner les armes pour repenser ce qui nous a menés jusqu’ici " Vous avez été passionnés par l’entretien vidéo d’Aude LANCELIN avec Juan BRANCO, 28 ans, nouvelle figure de la gauche intello. L’été est propice pour ralentir et approfondir, voici la transcription de cet entretien particulièrement stimulant pour préparer une rentrée qui pourrait surprendre

"La guerre des idées" du 18 juillet 2017 « Macron ou la tentation autoritaire ». Un entretien d’Aude LANCELIN avec Juan BRANCO, l’avocat français du fondateur de Wikileaks, Julian Assange. A lire et à relire à tête reposée.

« Fainéants, cyniques, extrêmes » : Macron provoque à la castagne DIX PORTRAITS DE LA FRANCE QUI NE BAISSE PAS LES BRAS AbonnésÉcouter

Le

Macron, ils n’en veulent pas, ni Macron ni son monde, mais qui sont-ils, que veulent-ils ? Âge, sensibilité, parcours, ils sont différents mais ils seront tous dans les prochaines manifs, l’un « pour que ça pète », une autre « pour pas être seule à être contre ». Lucas, Marie, Lionel, Kamel… Attention écoutez-bien, toute ressemblance avec vous ne serait pas fortuite, avec vous ou avec quelqu’un près de vous dans la manif.

Un reportage de Dillah Teibi Charles Piaget : c’est possible ! AbonnésÉcouter

Le

Avant Macron et son monde, notre premier adversaire, c’est notre propre résignation. Un formidable appareil idéologique nous a persuadés que rien d’autre n’est possible et que nous n’y pouvons rien ou presque, tout juste nous en remettre à un homme qui va s’opposer en notre nom. Pourtant, notre histoire est pleine de luttes superbes, solidaires, ardentes, têtues et sans lesquelles l’avidité imbécile des patrons de Macron aurait fait de ce monde un petit tas de poussière. Il y a bientôt un demi-siècle, les murs disaient « l’imagination au pouvoir ». Une lutte formidable allait donner de la vie à ces mots. LIP.

Un reportage de Dillah Teibi Un petit patron contre la loi Travail AbonnésÉcouter

Le

En France, plus de trois millions de petits patrons. Beaucoup ne roulent pas sur l’or, bossent beaucoup et galèrent pas mal. Rien à voir avec les grands requins du CAC 40 et les dirigeants du Medef qui pourtant parlent en leur nom. Écoutez Jean-Marie VIEILLE, un patron à fond contre Macron. Est-ce que la gauche n’a pas des amis à se faire côté petits patrons ?