Les épis noirs

Flon Flon où la véritable histoire de l’humanité Abonnés

1

Le

Ce film était disponible pour les abonnés jusqu'au 6 mars 2021. Retrouvez un nouveau film chaque 1er samedi du mois avec votre abonnement à Là-bas si j'y suis. Voir le film du mois.

A la fois chanteurs, musiciens, comédiens, LES EPIS NOIRS vous ouvrent les portes de leur univers déjanté où douce folie, fougue burlesque et poésie se mêlent et s’entremêlent pour nous raconter la véritable histoire de la Création…
Un bonheur !

Quelle idée de m’avoir confié le soin (et je pèse mon mot) de rédiger une petite notule élogieuse sur le plus délicieux, le plus fin (du monde), le plus drolatique (discrètement), le plus robotratif (autant qu’impérissable), le plus jouissif (sans modération), le plus féministe (« cherche la case, Bébé, cherche ! »), le plus pétaradant (sans être assourdissant ), le plus mélodieux (sans être jamais mièvre) ; pour faire court, le plus vivant des spectacles qui se prétendent tel !
Oui, quelle drôle d’ idée, car sur ce coup-là , en tant que critique, j’ai bien peur de manquer un peu de mordant.
La première fois que j’ai vu flon flon, c’était au tout début des années 2000 au festival d’Avignon. Festival où je jouais moi-même un spectacle (non sans un certain succès, d’ailleurs), à un horaire différent.
J’en étais sorti avec la boule au ventre - en temps normal je déteste cette expression mais il y a des moments où il faut savoir se faire violence - partagé entre l’incrédulité et la honte. Incrédulité face a une telle concentration de talent en si peu de monde - à l’époque, les Epis noirs n’étaient que trois sur scène - et la honte vis-à-vis des spectateurs qui allaient payer le même prix pour venir voir mon spectacle après avoir assisté au leur .
Au secours !
Depuis j’ai revu Flon Flon sur scène entre 15 et 20 fois. A un moment j’ai arrêté de compter. Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise de plus ?
Les chiffres parlent d’eux-mêmes, non ? Régalez vous.

PS : Ami abonné, le spectacle vivant est en pleine déconfiture, et le métier dévasté, y compris pour des artistes au talent aussi évident que celui des épis noirs. Tu sais ce qu’il te reste à faire. Salut.

Didier Porte

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Un spectacle des Epis Noirs

Textes et musique : Pierre Lericq
Mise en scène : Pierre Lericq et Manon Andersen
Réalisation : Tommy Weber

avec Manon Andersen, Lionel Sautet, Pierre Lericq
accompagnés de Svante Jaccobson (contrebasse),
Marwen Kamarti (violon) et Fabien Magni (Guitare et Accordéon)

Son salle et mixage : Jean Pierre Spirti
Son captation : Claire Thiebaud
Montage : Jean Christophe Nurbel
Photos : Stephane Pachot

Enregistré le 27 mai 2005
lesepisnoirs.com
facebook

Voir aussi

Quelques extraits musicaux tirés du spectacle :

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !