Vive la sociale ! Abonnés

Le

Ce film est visible pour les abonnés jusqu'au 1er septembre seulement. Retrouvez un nouveau film chaque 1er samedi du mois avec votre abonnement à Là-bas si j'y suis.

Maurice Decques relate les principaux événements qui ont marqué sa vie : son enfance auprès d’un père communiste et d’une mère anarchiste, son quartier et ses habitants. Il raconte aussi comment, devenu adulte, il a monté une société avec ses amis, et comment cela lui a permis de rencontrer l’amour...
Plus qu’un récit autobiographique, "Vive la sociale !" est la chronique d’un quartier populaire, Ménilmontant dans le XXe arrondissement de Paris, celui dans lequel Gérard Mordillat a passé toute sa jeunesse. Un film à voir et à revoir absolument.



Vive la sociale !, de Gérard Mordillat, fait partie de ces films qu’on rechigne à revoir à la télé, et même à revoir tout court, pour ne pas risquer de voir se craqueler la patine délicieusement mélancolique que leur souvenir a déposé dans notre mémoire au fil des années, sans qu’on ait jamais percé le mystère de cette « madeleinisation ».
J’ai connu ce sentiment de gâchis avec « Le grand Meaulnes » que je regrette encore d’avoir bêtement relu et qui ne retrouva jamais cette aura quasi-magique que sa première lecture lui avait conférée
C’est donc avec une appréhension certaine que je m’apprête à revoir le formidable (si mes souvenirs sont bons !) premier long métrage de Mordillat, à la fois audacieux dans sa narration, lucide dans ses enthousiasmes, toujours ironique, parfois jusqu’au sarcasme, et qui nous fait entendre à chaque plan cette petite musique qu’on aime tant à Là-bas si j’y suis, celle qui raconte la gauche éternelle, candide et fraternelle. Une petite musique dont le très jeune et déjà très lucide Gérard avait identifié les fausses notes à venir en cette année hautement symbolique de 1983, celle du « tournant de la rigueur » et de la fin des illusions mitterrandistes.
Allez, camarades, vivement tout de suite !

Didier PORTE, 2018




Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Un film de Gérard Mordillat

scénario : Gérard Mordillat, Jacques Audiard et Louis-Charles Sirjacq
avec François Cluzet, Robin Renucci, Elisabeth Bourgine

Date de sortie : 5 octobre 1983
Sortie VOD : mars 2018

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Bonjour tout le monde, ce mois-ci, le troisième jeudi du mois tombe le 20 décembre. Nous nous retrouverons à 18h30 au bar du Canigou à Villefranche de Conflent pour fêter les 8 ans du Café Repaire du Conflent. En effet, en décembre 2010, après huit ou dix manifestations sur Perpignan, pour refuser la (...)

Une sélection :

La Guerre Des Idées, « LE DÉCHAÎNEMENT DU MONDE » : un entretien de Daniel Mermet avec François Cusset François Cusset : l’État brandit la violence pour cacher celle qu’il pratique AbonnésVoir

Le

Génocides, grandes boucheries, hécatombes, le siècle passé fut le plus violent de l’Histoire. Aujourd’hui la violence diminue, c’est ce que nous croyons, c’est ce que nous disent les experts. Pour François Cusset, la violence n’a pas reculé, elle a changé de formes et de logiques. Et la comparaison avec la violence « bien pire jadis » ou la violence « bien pire ailleurs » nous empêche de mesurer celle que le désastre néolibéral nous inflige aujourd’hui.

Les « invididus cagoulés », idiots utiles de Macron ? Une enquête de Dillah Teibi MANIP DE MANIFS ! AbonnésÉcouter

Le

« — L’histoire du flic déguisé en black bloc, vous la connaissez ? Et l’histoire des CRS qui avaient pour consigne de "les laisser casser" ? Si c’est vrai, alors les "individus cagoulés" qui brûlent des McDo seraient des idiots utiles manipulés pour faire diversion ?
— Ça alors, chef, vous croyez ?
— Écoute le reportage de Dillah Teibi, tu vas tout comprendre. »

Un entretien de Daniel Mermet avec Laurence De Cock et Gérard Noiriel Gérard Noiriel : une histoire populaire de la France AbonnésVoir

Le

Rares, très rares sont les intellectuels qui mettent le savoir non pas au service du pouvoir, mais au service du contre-pouvoir. L’historien Gérard Noiriel fait partie de ce courant-là, de ceux qui partagent les armes et les clés pour l’émancipation de tous. Depuis des années, avec notre film sur Howard ZINN, Une Histoire populaire américaine, on nous demande si un tel livre d’histoire existe sur la France. Et bien le voilà !