Chaque mois un (ou deux !) films gratos pour nos abonnés bienaimés !

Nos abonnés encore privilégiés : non pas UN mais DEUX films de l’étonnant Otar Iosseliani ce mois-ci Abonnés

1

Le

Ce film était disponible pour les abonnés jusqu'au 11 décembre 2021. Retrouvez un nouveau film chaque 1er samedi du mois avec votre abonnement à Là-bas si j'y suis. Voir le film du mois.

Nos abonnés encore privilégiés !

Oui, jusqu’où iront les privilèges de nos AMG (Abonnés Modestes et Géniaux) ?
On se demande...

Voici non pas UN mais DEUX films de l’étonnant OTAR IOSSELIANI, cinéaste d’origine géorgienne qui vit en France depuis 1982. Il a une une filmographie importante avec un tas de prix et de récompenses. Nous autres, gens du son et de radio, avons été attirés par ses films « Muets parlants » qui rappellent le style de Jacques Tati.

Voici : « LUNDI MATIN » (2002) et « ET LA LUMIÈRE FUT » (1989)

LUNDI MATIN

Vincent, père de famille à la campagne, ouvrier-soudeur en usine et peintre à ses heures perdues, décide un beau matin de laisser derrière lui famille et usine pour s’en aller à l’aventure. Une rapide visite chez son père, qui extrait des liasses de billets de son coffre-fort pour les offrir à son fils, et voilà Vincent parti pour Venise. Pendant ce temps, la vie continue au village…

(Ours d’argent du meilleur réalisateur à la Berlinale 2002).

ET LA LUMIÈRE FUT

Le film conte sur un mode quasi documentaire la chronique d’un village africain menacé par la déforestation. De drolatique, le ton se fait plus grave à mesure que les péripéties, parfois à la limite du surréalisme, laissent la place à des problèmes plus dramatiques, tels une crise conjugale ou la destruction des huttes.

(Grand prix spécial du jury à la Mostra de Venise 1989).

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Otar Iosseliani
France / Italie, 2002
France / Italie / Allemagne 1989

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

Un entretien avec FRANÇOIS CUSSET, historien des idées, VIDÉO et PODCAST WOKE, c’est quoi ? Un fantasme des réactionnaires en quête d’ennemi… AbonnésVoir

Le

WOKE ? C’est quoi donc ? Bien peu le savent. Selon une enquête IFOP de février 2021, 14 % en ont « entendu parler » et à peine 6 % en connaissent le sens. Pourtant, toute la droite réactionnaire s’époumone contre ce fléau qui détruit notre grande civilisation. Oui, nous sommes en guerre et vous ne le savez même pas.

Guadeloupe, la violence vient de loin. Reportages sur les massacres de mai 1967 à Pointe-à-Pitre. 2 PODCASTS à écouter. Guadeloupe : quand les nègres auront faim ils reprendront le travail ! AbonnésÉcouter

Le

C’est la phrase qui a déclenché les émeutes en Guadeloupe. Les grévistes demandaient une augmentation de 2,5%. Le pouvoir a fait tirer dans le tas. Bilan : au moins 80 morts. Christiane Taubira a parlé de 100 morts.
C’était en mai 1967 à Pointe-à-Pitre. Un massacre passé sous silence en métropole, mais en Guadeloupe on s’en souvient. On se souvient de cette violence-là et des autres, la colère d’aujourd’hui vient de loin.