Les lendemains Abonnés

1

Le

Ce film était disponible pour les abonnés jusqu'au 3 août 2018. Retrouvez un nouveau film chaque 1er samedi du mois avec votre abonnement à Là-bas si j'y suis. Voir le film du mois.

Bac en poche, Audrey décide de poursuivre ses études à la fac de Rennes. Elle quitte le cocon familial, son amie d’enfance, son copain... Au contact de sa nouvelle colocataire, elle découvre le militantisme politique et croise le chemin d’un jeune groupe de squatters qui lui propose de vivre autrement et lui offre une nouvelle vision du monde. Audrey choisit de partager leur expérience, de plus en plus radicale...

Le film de Bénédicte Pagnot raconte une histoire de notre temps, celle d’une jeune fille de la classe moyenne, Audrey, saisit à l’âge où tous les futurs devraient encore être possibles, mais qui comprend vite qu’elle ne veut pas appartenir à ce monde qui ne tourne pas très rond (et qui de toute façon ne veut pas d’elle, ni de son père au chômage).

A travers son parcours, s’esquisse le portrait d’une nouvelle génération pleine d’énergie et de révolte qui s’invente chaque jour une vie immédiate à mesure que les lendemains rapetissent. Désenchantée par la politique « classique », Audrey rejette les luttes traditionnelles pour s’incarner dans le slogan : « le monde sinon rien ! ». Ce sont les petits-enfants de mai 68 qui bricolent leur monde à eux (et entre eux).

Dans les scènes de vie du squat, l’organisation au quotidien, les discussions, les disputes et les contradictions, Bénédicte Pagnot s’intéresse à une jeunesse souvent inaccessible et des situations rarement représentées au cinéma. Et ça résonne dans le présent avec spontanéité et justesse. Pour obtenir ce résultat si réaliste, la cinéaste a choisi de faire jouer leurs propres rôles à des squatteurs. Elle a construit son scénario à partir d’improvisations répétées sans caméra, de discussions politiques qu’elle avait avec eux et qu’elle enregistrait en vue de construire ses dialogues. Cependant, il fallait faire fonctionner cette difficile rencontre entre des comédiens formés pour jouer et des comédiens amateurs interprétant des personnages proches de leur propre vie. Et c’est très réussi. Audrey est magnifiquement interprétée par la jeune comédienne professionnelle Pauline Parigot, qui nous rappelle (carrément !) les débuts de Sandrine Bonnaire chez Maurice Pialat.
La cinéaste quarantenaire pose un regard sensible sur une nouvelle génération, un regard tendre mais sans complaisance. Aucune leçon n’est donnée. C’est à prendre ou à laisser.


Les Mutins de Pangée, 2016

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Chacun a en soi un bourgeois qui sommeille François Bégaudeau : « Je rêverais qu’une assemblée populaire administre France Inter » AbonnésVoir

Le

Je suis un bourgeois et j’en suis fier. Personne ne dit une chose pareille. Le bourgeois, c’est l’autre, le bobo, le faux-cul, le gras du bide. Et encore, ça se dit plus, bourgeois, c’est désuet. Depuis longtemps, le bourgeois a appris à se déguiser. Une casquette de pêcheur, une veste de paysan, un blue jean comme les ouvriers. Il a entonné des discours indignés et révoltés contre le mal, contre le fascisme et contre les cons. C’est un libertaire, le bourgeois. Contre l’impôt, contre le voile, contre les flux migratoires incontrôlés. Il proclame la révolution. C’est le titre du livre d’Emmanuel Macron, RÉVOLUTION. Il est progressiste aussi. Le mouvement qui soutient Macron se proclame « progressiste ».

Début de notre série « Paroles de Gilets jaunes ». Un texte de Daniel Mermet SE METTRE EN LUTTE EST UNE VICTOIRE Accès libreLire

Le

Les médias c’est une gomme, une grosse gomme qui efface alors qu’elle prétend montrer, c’est la fabrique de l’oubli, c’est l’ardoise magique. Des trésors disparaissent ainsi, des bijoux, des boussoles, des lumières, des plans d’évacuation, des équations mirobolantes, des brins de bruyère et des traits de génie. D’où l’envie pour préparer la rentrée de revenir sur ces paroles envolées, en radio bien sûr, mais aussi en noir sur blanc, fidèlement transcrites.