LUTTE DE CLASSE [40’00] et WEEK-END À SOCHAUX [54’00]

Les groupes Medvedkine (1967-1974) Abonnés

Le

Ce film est visible pour les abonnés jusqu'au 2 mars seulement. Retrouvez un nouveau film chaque 1er samedi du mois avec votre abonnement à Là-bas si j'y suis.

Février 1967 : Chris Marker et Mario Marret commencent le tournage de A bientôt j’espère pendant la grève dans les usines de la Rhodiacéta de Besançon.
Un an plus tard, lors de la projection, les ouvriers critiquèrent le film, le jugeant trop romantique, pas assez proche de leur réalité. Chris Marker tire alors la conclusion qu’un véritable cinéma militant ne peut être en définitive que celui qui serait réalisé par les ouvriers eux-mêmes.

Très vite au sein du collectif SLON, un groupe de cinéastes militants entreprend de former ces ouvriers aux techniques cinématographiques.
Les groupes Medvedkine de Besançon puis de Sochaux étaient nés. En sept ans, les groupes Medvedkine vont tourner plus d’une quinzaine de films, en voici deux :


Classe de lutte, 1968

1968 / 16mm / noir & blanc / 40’

En mai 68, à Besançon, Suzanne Zedet monte sur un muret devant la porte de l’usine de Yema où elle est employée. En pleine émancipation, découvrant les joies de la lutte, elle prend la parole en public pour la première fois.

"Nous avons commencé la grève ensemble,
nous la continuerons ensemble,
Nous la finirons ensemble."
Réalisé par le groupe Medvedkine de Besançon (1968)

Week-end à Sochaux

1971-1972 / 16mm / couleur / 54’

Loin du catéchisme militant, week-end à Sochaux mêle des scènes documentaires et mises en scène jouées par les ouvriers et les techniciens cinéma. Le film alterne des situations absurdes, comme les séquences de recrutement ou de reconstitution de la chaîne et des paroles très fortes dénonçant le quotidien des jeunes ouvriers maltraités comme des prisonniers en taule, le tout dans une grande liberté de ton.

"Le cinéma peut devenir une arme valable pour le prolétariat puisque c’est déjà prouvé qu’il est une arme pour la bourgeoisie. Parce que le lundi à l’usine, les travailleurs discutent tout le temps de films qu’ils ont vus le dimanche à la télé ou au cinéma... Pourquoi qu’ils ne parleraient pas de films produits par les ouvriers ?" (François Ziliox, dit Zizi)
Réalisé par le groupe Medvedkine de Sochaux (1971-1972)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Voir aussi


Ces films sont extraits du coffret livre-DVD regroupant 15 films des groupes Medvedkine ainsi que Le train en marche où Chris Marker filme le cinéaste russe dont il a emprunté le nom, Alexandre Medvedkine :

« Les Groupes Medvedkine (1967-1974) », un coffret livre-DVD édité par Les Mutins de Pangée & ISKRA

Sur notre site

À lire

  • Olivier Azam, des Mutins de Pangée

    Les groupes Medvedkine (1967-1974) Accès libre

    Lire
    Tout a commencé pendant les révoltes de l’année 1967 qui grandissaient chez les ouvriers et les paysans et qui annonçaient, sans le savoir, la grève générale de l’année suivante. En février 1967, les cinéastes Chris Marker et Mario Marret (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

Avec Gérard Filoche Et maintenant, l’assurance chômage ! AbonnésVoir

Le

Mercredi 20 février, les négociations sur l’assurance chômage ont été rompues, sans que les représentants de salariés et de patrons ne trouvent d’accord, ouvrant la voie à la reprise en main par l’État. C’est le genre d’infos qu’on voit passer rapidement, dont on entend vaguement parler à la radio, mais qu’on laisse filer, comme ça, sans y attacher plus d’importance, tant la question est vidée de son contenu politique par certains journalistes. Et pourtant : qui gère les 35 milliards d’euros de l’assurance chômage ? Qui décide de la façon dont sont indemnisés les chômeurs ? Pourquoi les négociations ont échoué, et qui y avait intérêt ? Voilà quelques questions simples que les médias dominants oublient de poser ! Heureusement, Gérard Filoche est là pour y répondre.

Émission spéciale de Gaylord Van Wymeersch avec l’historienne MAUD CHIRIO BRÉSIL : PERSONNE NE POURRA DIRE QU’IL NE SAVAIT PAS AbonnésVoir

Le

« PERSONNE NE POURRA DIRE CETTE FOIS QU’IL NE SAVAIT PAS. » La voix du film de Chris Marker sur le Brésil, en 1969, en pleine dictature militaire, résonne terriblement aujourd’hui. Alors qu’Emmanuel Macron approuve au Venezuela un coup d’État militairement soutenu par son ami Donald J. Trump, il salue au Brésil l’arrivée au pouvoir d’une extrême droite qui reprend et restaure la dictature que dénonçait Chris Marker. Autoritaire, sexiste, homophobe, niant le réchauffement climatique, et surtout et avant tout « ultra-libéral », JAIR BOLSONARO a été élu le 28 octobre dernier à 55,13 %.

Troisième et dernier épisode : réquisitions et jugement ! GRAND PROCÈS DE MACRON : LE VERDICT ! AbonnésVoir

Le

Et voici les vidéos tant attendues du grand procès public d’Emmanuel Macron. Avec le procureur Frédéric Lordon, le juge Daniel Mermet, les avocats de la défense Christophe Clerc et Jean-Marc Daniel et des témoins prestigieux, comme François Ruffin, Juan Branco, Mathilde Larrère, Didier Porte, Aurélie Trouvé, Marion Esnault, Arié Alimi, Taha Bouhafs… Macron sera-i-il condamné ?