6 courts métrages de Frédéric Pelle

Séance spéciale : rentrée en courts Abonnés

1

Le

Ce film était disponible pour les abonnés jusqu'au 6 mars 2021. Retrouvez un nouveau film chaque 1er samedi du mois avec votre abonnement à Là-bas si j'y suis. Voir le film du mois.

A découvrir ce mois-ci, 6 courts métrages de Frédéric Pelle.


Des morceaux de ma femme (2000, 8’59)

Un homme décide de faire table rase de son passé.

Récompenses : 26 prix dont les Grand Prix aux festivals de Clermont-Ferrand, Buenos Aires, Trevignano, Bucarest, Guanajuato, Nice, Manchester, Interfilms Berlin, Evreux et Primefilmfestival. Sélection officielle à Cannes.


Le corbeau (2001, 9’24)

Un corbeau vient perturber le quotidien d’un couple de retraités.

Nominé aux Lutins du court-métrage. Tour de France des Lutins. Grand Prix à Bristol. Meilleur film à Grenade. Prix du Public à Cork, Mention spéciale à Pescara.


Le vigile (2002, 14’07)

À la recherche d’un emploi, Gomez accepte un poste de vigile. Pas vraiment une vocation !

Récompenses : Prix d’interprétation pour Nicolas Abraham à Valenciennes. Sélection à la Semaine Internationale de la critique à Cannes.


Une séparation (2003, 6’47)

François Gomez vient rechercher ses affaires chez Magalie, qu’il a récemment quittée.


Le caissier (2004, 17’50)

Gomez quitte Paris pour revenir au pays, la Corrèze. Il sera guichetier au Crédit Corrézien. Un boulot tranquille...

Récompenses : Grand Prix du court-métrage policier à Cognac - Prix du meilleur court-métrage à Cosne-sur-Loire.


Chambre 616 (2006, 22’03)

Les conséquences immédiates du suicide raté de Monsieur Cossé sur la vie de quelques personnes du quartier.

Récompenses : Prix du syndicat de la critique du meilleur court métrage français.


Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Une sélection :

Avant le grand procès de Macron, le 07 mai, un tour dans les archives de Là-bas (juin 2006) BHL : LE PROCÈS DU POMPEUX CORNICHON Accès libreÉcouter

Le

Attendu par le monde entier, le Grand Procès de Macron aura donc lieu le 7 mai à la Bourse du travail de Paris à 18 heures. C’est le sixième procès du tribunal de Là-bas, créé en ...2003 à l’initiative du dessinateur CABU et de l’équipe de LA-BAS. Enregistrés au théâtre Dejazet à Paris devant des salles combles, d’importantes personnalités ont comparu : CHIRAC Jacques (2003) SARKOZY Nicolas (2005), KOUCHNER Bernard (2008), DSK Dominique (2011). C’est le procès du français le plus entarté au monde, LEVY Bernard-Henri dit BHL diffusé en juin 2006 que nous vous proposons de (re)découvrir aujourd’hui.

Le 13 mars 2010 Jean Ferrat prenait le dernier train. On n’oublie pas... FERRAT, C’EST NOUS TOUS ! Des chansons, des archives, des inédits… Accès libreVoir

Le

Il y a 13 ans, le 13 mars, Jean Ferrat prenait le dernier train. On n’oublie pas, car Ferrat, c’est nous tous. La montagne, c’est chez nous, les marins de Potemkine, c’est nos frères, ma môme, c’est la mienne, la nuit et le brouillard, c’est en nous, c’est nous qui ne guérissons pas de notre enfance, c’est nous qui aimons à perdre la raison.

Une série d’histoires dans les luttes pour l’émancipation, racontées par Olivier Besancenot Qui a inventé le 8 mars ? AbonnésVoir

Le

C’est maintenant à peu près acquis pour tout le monde, le 8 mars n’est pas la journée « de la femme », mais la « journée internationale des droits des femmes ». Un jour de manifestations et de grèves qui semble connaître un nouveau souffle avec le mouvement féministe récent, qui lutte autant contre les violences sexistes et sexuelles que pour réduire les inégalités salariales et améliorer les conditions de travail des métiers majoritairement exercés par des femmes. Mais saviez-vous qu’aux origines de cette journée du 8 mars se trouvait l’Internationale socialiste des femmes ?