Début de notre série « Paroles de Gilets jaunes ». Un texte de Daniel Mermet

SE METTRE EN LUTTE EST UNE VICTOIRE

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

(photo : collectif Plein le dos)

Les médias c’est une gomme, une grosse gomme qui efface alors qu’elle prétend montrer, c’est la fabrique de l’oubli, c’est l’ardoise magique, on efface tout et on recommence et au suivant et au suivant.

Une diarrhée permanente et on tire la chaîne, première chaîne, deuxième, troisième et ainsi de suite. Parfois c’est tant mieux, parfois c’est bien dommage. Des trésors disparaissent ainsi, des bijoux, des boussoles, des lumières, des plans d’évacuation, des équations mirobolantes, des brins de bruyère et des traits de génie. Mais non, tout doit disparaître, le monstre avale tout. Surtout les paroles, c’est en premier ce qui s’envole et croyez que ça nous fait pas plaisir à nous autres, les rémouleurs du micro. Prenez les Gilets jaunes. Dès le début en novembre on a couru de manifs en ronds-points, Gaylord, Dillah, Sophie et toute l’équipe pour vous faire partager ce qui se vivait là, ce qui se disait là, de profond, de sincère, de violent, d’irréversible et d’inattendu dans un monde de plus en plus maussade et dégonflé. Un genre de miracle social en somme, qui bien sûr n’allait pas durer. Sauf que ça a duré, sauf que ça dure et que ça dure durement. Mais vers où ? Émancipation ou réaction ? Et comment ? Quelle violence face à la violence dominante ? D’où l’envie pour préparer la rentrée de revenir sur ces paroles envolées, en radio bien sûr, mais aussi en noir sur blanc, fidèlement transcrites, à lire et à relire, au moins pour la saveur fraternelle de la lutte.

Se mettre en lutte est une victoire, peu importe l’issue. Rompre les rangs, relever la tête, affronter le maître, ne plus se laisser intimider par les fanfarons médiatiques, sortir de la solitude et de la honte d’avoir honte, découvrir que d’autres, beaucoup d’autres en ont ras-le-cul, se retrouver, parler, gueuler, se faire cuire des saucisses et boire au même goulot. Même si c’est quelques heures, quelques jours, c’est déjà ça que Macron n’aura pas, ni les siens, ni leurs chiens. Et voila que ça dure depuis des mois, et depuis des mois ça décline, et depuis des mois c’est fini, les experts le répètent en boucle.

Sauf que ça dure, ça dure durement.

Si on faisait deux tas, un tas avec les paroles des Gilets jaunes et un tas avec les commentaires sur les Gilets jaunes, on verrait que la masse des commentaires est cent fois plus haute, mille fois plus lourde. Depuis des mois on a une parfaite illustration de ce que répétait Pierre Bourdieu au sujet de ceux de la classe populaire : ils sont plus parlés qu’ils ne parlent et lorsqu’ils parlent, ils parlent comme ceux qui parlent d’eux [1]. Sauf cette fois, surtout au début, surtout sur les ronds-points un peu partout dans le pays, un autre langage soudain s’est fait entendre.

L’insoumission commence par les mots. Par oser les mots. Cette langue que le beau monde disait morte c’est le très ancien cri du peuple quand l’injustice vous écrase la poitrine et vous arrache les dents. Il faut l’écouter cette parole, la faire entendre, la partager sur les petits ruisseaux jusqu’à atteindre un beau jour les grandes rivières sous la lune.

Daniel MERMET


C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Violences policières, impunité, une tradition française [ARCHIVES] Charonne, un crime d’État Accès libreÉcouter

Le

8 février 1962. La police charge, les manifestants s’écrasent dans l’escalier du métro Charonne, les flics cognent et balancent des grilles d’arbres sur la foule. Neuf morts, des dizaines de blessés. Une émotion énorme. Il aura fallu attendre 60 ans pour que l’État du bout des lèvres rendent aujourd’hui hommage aux victimes mais en se gardant bien d’évoquer les vrais responsables de ce crime d’État. Voici notre émission de 2002, avec Pierre Vidal-Naquet, Alain Cuniot, Didier Daeninckx, et nos amis de la Compagnie Jolie Môme qui avaient créé une chanson pour ce reportage. Sans oublier Leny Escudero...

L’édito du mercredi, c’est le Mercredito ! Par Daniel Mermet (VIDÉO et PODCAST) Le Mercredito #29 | Il y a 80 ans, la bataille de Stalingrad AbonnésVoir

Le

Stalingrad, 2 février 1943. La victoire au bout de 200 jours et deux millions de morts. Comme prévu, Poutine n’a pas manqué de récupérer cet anniversaire dans le conflit actuel, en rapprochant l’Ukraine de l’Allemagne nazie. Un nouveau buste de Staline a notamment été inauguré pour l’occasion. Dans la crainte d’être soupçonné d’apporter de l’eau à son moulin, les grands médias n’ont guère évoquer cet anniversaire, alors qu’il s’agit d’un des plus grands évènements du XXe siècle, que nous vous racontons dans ce Mercredito spécial.