Les réquisitions du procureur Lordon au GRAND PROCÈS DE MACRON

Réquisitions, par Frédéric Lordon

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

(photo : Jonathan Duong / LÀ-BAS SI J’Y SUIS)

On ne compte plus les raisons pour lesquelles ce procès doit se tenir. Si ça n’est pas la plus importante, mentionnons tout de même celle de donner à Franz-Olivier Giesbert, Christophe Barbier ou BHL la satisfaction orale de pouvoir dire « Fouquier-Tinville » ou « Vichinski ». Avec « procès stalinien » et « Khmer rouge », ce sont des objets simples que les petits peuvent mettre à la bouche, sans quoi ils sont tout énervés, se tortillent sur leur chaise, jettent la nourriture à terre et poussent violemment dans leurs couches.

À part les nécessités de la puériculture, il y a aussi que nous avons sans doute raison de profiter d’une des dernières occasions de nous livrer à des procès parodiques. Quand un pouvoir en est à un stade d’intolérance aux offenses symboliques qui lui fait poursuivre des activistes ayant décroché des portraits officiels en mairie, nul ne peut exclure que notre petite affaire se termine en procès réel du procès parodique — je ne sais pas ce que le président Mermet en pense, mais le procureur se sent plus près de la convocation judiciaire que de la Légion d’honneur.

Mais bien sûr, il y a surtout le prévenu lui-même, cas d’une beauté sans précédent dans les annales de la justice parodique, et qui ferait presque de la justice parodique une anticipation de ce que devrait être une justice réelle — car il est bien certain qu’à un moment ou à un autre, il faudra juger ces gens-là, et les juger pour de bon.

Pour l’heure, requérir en si peu de temps contre vous, M. Macron, est une gageure — c’est que l’épaisseur de votre dossier est considérable. Je laisserai donc à la défense la mauvaise foi d’exploiter tout ce qu’il aura été impossible de documenter ici. Mais je ne lui laisserai pas le loisir d’ignorer les enjeux véritables de ce procès, ni celui d’argumenter dans les coordonnées ordinaires du savoir d’expert néolibéral. Le temps n’est plus à la discussion d’économistes. Il se passe autre chose, qui engage la planète et une forme de civilisation.

« La sollicitude pour la pizza, c’est l’époque en raccourci »

Il arrive parfois qu’une anecdote livre à elle seule la totalité d’une situation — en fait, tous les jours, il nous en arrive qui disent la vérité de l’époque. Voici la dernière en date : un imbécile commande une pizza sur Uber Eats ; sur le chemin, le livreur est renversé ; l’imbécile se plaint de ne pas avoir reçu sa pizza et d’avoir payé pour rien ; Uber Eats répond qu’il va prendre des nouvelles de la pizza — j’exagère à peine. Au moment où, certes dans un tout autre genre, se tient le procès France Télécom, vous aurez du mal à faire passer ceci pour une péripétie regrettable mais sans signification, car, petits ou grands, ce sont les éléments cohérents d’un même tableau d’ensemble : la sollicitude pour la pizza, c’est l’époque en raccourci.

Messieurs les avocats, je dis que votre client est la figure de ce désastre, et que nous allons le juger comme tel. Emmanuel Macron est le visage de notre temps et, je suis désolé de vous le dire, notre temps a une sale gueule. M. Macron, vous personnifiez ce que l’époque a de plus haïssable. Elle est moralement vile. Comme elle, vous ne révérez que les valeurs de l’argent et de la compétition, qui distingue les riens et les premiers de cordée. La solidarité et la gratuité, c’est-à-dire tout ce qui fait des relations humaines dignes de ce nom, vous sont parfaitement inconnues. Vous travaillez même à les éradiquer pour livrer la totalité de la vie sociale à la marchandisation. Moralement vile, l’époque est aussi totalement irresponsable sur la question climatique. Il est vrai que le problème ne peut plus être posé qu’en les termes de la sortie du capitalisme, et qu’on pourra difficilement compter sur vous à cet égard. Il ne vous reste donc qu’à travestir en mots ce que vous poursuivez en actes.

La défiguration par la langue, et je dirais même la défiguration de la langue, c’est là un domaine où incontestablement vous excellez — un autre signe d’époque. D’une certaine manière, vous êtes un paradoxe ambulant. C’est qu’à votre propos on n’en finit plus de se poser la question suivante : comment tant de mensonges auront-ils pu être un tel opérateur de vérité ? Car tous vos mensonges en effet trahissent la vérité d’une configuration historique : la vérité d’un système unifié de l’oligarchie, depuis son fondé de pouvoir — vous — jusqu’à sa presse domestique. Entre défiguration des mots et aveux projectifs inconscients, votre mandat aura été comme une gigantesque performance dans le langage. Ainsi, au lendemain du 16 mars, acte il est vrai assez agité, croyant parler des « gilets jaunes », vous ne cessez de parler de vous sans même vous en rendre compte : « on ne peut pas s’arrêter à la tyrannie d’une irréductible minorité [2] ». Mais qui ne voit que c’est au minuscule carré d’oligarques regroupés autour de vous que ce propos s’applique idéalement en fait ? Et c’est vrai : vous formez une minorité irréductible et tyrannique.

Votre inénarrable porte-parole du moment, le célèbre Benjamin Griveaux, lui aussi mâchonne ses éléments de langage en lisant avec son doigt : « nous ne pouvons pas laisser une infime minorité violente abîmer notre pays et laisser détériorer l’image de la France à l’étranger » [3]. C’est tellement juste également. Votre infime minorité est violente, elle abîme le pays, littéralement, et c’est vrai aussi que votre répression, sans précédent depuis plus d’un demi-siècle, est maintenant regardée avec effarement par le Conseil de l’Europe, Amnesty International et les Nations unies.

Lors de votre récente conférence de presse, à propos de Benalla cette fois, vous déclarez : « est-ce que je regrette de l’avoir embauché à l’Élysée ? Non, parce que je pense que c’était extrêmement cohérent avec les valeurs que je porte et avec ce que je veux que nous fassions. » Là encore, c’est tout vous. En effet les valeurs que vous portez, ce sont celles des nervis lâchés dans la ville pour cogner du manifestant — on vous reconnaît parfaitement.

Comprenez, M. Macron, que, pour tout ce qu’il laisse transpirer d’aveux involontaires, ce règne du mensonge où vous vous êtes enfoncé laisse chaque jour votre légitimité un peu plus en lambeaux. Votre légitimité, ou plutôt son inexistence, dès le début, ça aura été votre problème. Il ne faut jamais perdre une occasion de rappeler quelles en ont été les données de départ : elles se mesurent à votre score d’adhésion réelle au premier tour de la présidentielle, soit 10,5 % des inscrits. 10,5 %, ce sont vos 23 % corrigés d’un taux d’abstention de 20 % et surtout d’un taux de vote utile estimé à 45 %. Avec 10,5 % de soutien réel, vous avez raflé l’élection, et régnez sur 100 % du corps social. Jamais vous n’avez prêté attention à cette extravagante situation permise par des institutions politiques qui montrent ici à quel point elles sont vicieuses.

Quant à la gigantesque prise d’otage du deuxième tour, elle vous faisait un devoir de prendre en considération tous les électeurs qui ne vous ont apporté leur suffrage, les malheureux, que pour faire entrer dans la postérité la désolante expression de « faire barrage ». Une morale politique élémentaire vous commandait, dans ces conditions, de renoncer à une large partie de votre programme, à l’évidence privé de tout endos majoritaire. Vous n’en avez rien fait. On comprend mieux le mauvais cas dans lequel vous vous trouvez : sommet d’un système institutionnel lui-même discrédité de la cave au grenier et incapable d’accommoder toute tension sociale un peu sérieuse, il ne vous reste que la solution du durcissement immédiat en cas de contestation. Ne voulant céder sur rien face à un corps social qui vous demande de renoncer à beaucoup, vous êtes incapable d’une réponse autre que la répression. Moins vous êtes légitime, plus vous n’avez que la solution de cogner ; et plus vous cognez, moins vous êtes légitime. On sait comment tout ça finira : mal. C’est bien pourquoi il est de la dernière nécessité de vous arrêter au plus vite.

Un nervi en costume de banquier

Ici, néanmoins, l’imbécillité formaliste persiste : l’élection a eu lieu, l’élection est régulière, le président est légitime, répètent obstinément les éditocrates qui vous servent de laquais. J’ose espérer que la défense ne s’abaissera pas à ce pathétique argument. En 1940, l’État français avait été institué dans les formes, les pleins pouvoirs votés régulièrement, qui plus est à une majorité tout à fait satisfaisante, par conséquent la discussion devait être close. Eh bien non : les formes de la légalité n’ont jamais suffi à clore une discussion politique. C’est ce que vous semblez redécouvrir aujourd’hui : de ce que l’élection a eu lieu, il ne suit nullement que vous êtes légitime ou, si jamais vous l’avez été, que vous le demeuriez indépendamment de vos actes — la légitimité n’est pas une qualité substantielle qui se transporte, inaltérable, dans le temps. Or vos actes parlent pour vous. Ce sont les actes d’un nervi en costume de banquier.

Je ne vais pas refaire la liste interminable des violences policières et judiciaires inouïes qui se seront commises sous votre règne. Tout le monde les a, ou devrait les avoir en tête, et j’avise la défense de ne pas feindre d’en ignorer. Vous êtes allé tellement loin, M. Macron, que vous avez réussi à rouvrir le débat du fascisme en France. Étonnante performance — une de plus : sous votre présidence, il y a désormais matière à se demander si la France n’en est pas à glisser doucement dans un proto-fascisme. Comme on sait, c’est un débat des plus délicats, qui demande d’éviter les deux écueils symétriques de voir du fascisme partout ou de le voir trop tard, la seule chose certaine étant que ceux qui trouvent la question même sans objet n’ont à l’évidence rien vu des images d’une police totalement en rupture de république, pour ne pas dire devenue complètement folle. Et je ne parle pas ici seulement des blessures de guerre, des mains arrachées ou des yeux crevés, mais de cette prolifération de violences gratuites et arbitraires, au moins aussi inquiétantes, car elles disent l’affranchissement d’un État dans l’État, ceci avec votre bénédiction, en fait même, nous le savons, avec vos encouragements — on ne nomme pas innocemment à la préfecture de police un préfet que même ses collègues décrivent comme un « fou furieux [4] ».

Eh bien non : les formes de la légalité n’ont jamais suffi à clore une discussion politique.

Ceux qui tiennent le débat sur le fascisme présent pour sans objet n’ont donc vu aucune de ces images, et ils n’ont pas entendu non plus vos stupéfiants propos, livrés lors de votre interview en comité restreint à l’Élysée fin janvier — il est vrai qu’on leur a donné fort peu d’échos, quelle surprise. Il se trouve que Jean-Dominique Merchet, journaliste à L’Opinion, pas exactement une feuille bolchevique, n’a pas pu s’empêcher de casser le morceau — en réalité il est le seul à les avoir rapportés. À l’évidence, quand il en a eu connaissance, il en est resté comme deux ronds de flan — le fait est qu’il y a de quoi :

Jean-Dominique Merchet à propos d'Emmanuel Macron dans « C dans l'air » (2 février 2019)
par Le Monde diplomatique

Tout juste, Jean-Do : « c’est des choses qu’on n’entend pas traditionnellement », « ça vient d’un autre univers politique » — mais lequel donc ? Le demi-débile qui ce jour-là anime l’émission C dans l’air risque la puissante hypothèse du monarque jupitérien. Alors non, Dugenou, l’« âme des peuples » et les « forces organiques », c’est la bouillasse d’un fasciste des années 1930. Voilà donc, M. Macron, ce qu’on vous trouve en fond de soupière. Le malheur aura voulu que votre psychisme d’enfant de 8 ans tombe un jour sur un livre d’histoire, probablement sous la forme d’un album à colorier, comme en témoigne que vous ayez donné de si hautes responsabilités à Stéphane Bern et que vous ayez fait de Lorànt Deutsch votre « Monsieur Histoire ». De toutes ces infortunées rencontres — celle de l’album et des crayons de couleur, celle des deux pitres — il aura résulté dans votre esprit la formation d’idées aussi stupides qu’inquiétantes, où se mélangent dans un parfait bric-à-brac les rois de France et les pires figures de l’autorité. Je prierai donc la défense de nous dire ce qu’elle pense de l’âme des peuples, des forces organiques, et de la manière particulière dont son client comprend « liberté » dans le mot « libéralisme ».

Le ministère public pour sa part, s’adressant une dernière fois au prévenu, peut lui dire ceci : nous vous tenons pour un individu dangereux. Vous détruisez les libertés, vous détruisez les droits fondamentaux, vous détruisez le tissu social, vous détruisez la planète, vous détruisez la langue, vous détruisez les corps. Ça commence à faire beaucoup — trop, pensons-nous. Nous considérons que ce qui détruit la société, la société a le droit de le détruire. Le parquet réclame donc votre destruction.

Et comme, pour ce qui nous concerne, nous sommes attachés à ne pas passer les mêmes seuils de désymbolisation que vous, nous ne réclamons que votre destruction politique et symbolique. Si le tribunal suit nos réquisitions, vous serez donc destitué. Vous serez condamné ensuite à voir vos portraits partout décrochés donnés à brouter aux chèvres — si elles en veulent —, puis à passer entre deux haies de « gilets jaunes » qui vous feront des doigts d’honneur — et, eux, n’en seront pas poursuivis.

Enfin, et moyennant la signature d’une convention bilatérale ad hoc, vous serez condamné par bannissement à passer le restant de vos jours au Luxembourg. C’est un paradis fiscal, on y aime la finance sans réserve et, presque entièrement voué à l’argent, c’est un endroit d’une laideur existentielle à mourir. Bref, c’est votre lieu naturel. Le parquet requiert donc que vous y soyez reconduit dans les plus brefs délais.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

  • Chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte n’a pas vu le film de Caroline Fourest Abonnés

    -

    Voir

    Cette semaine, ami abonné, dans le cadre du chapitre « dans ta gueule, le boomerang ! », nous allons nous efforcer d’apporter une réponse claire et concise à la question suivante : quand on est un animateur multicartes, officiant sur plusieurs antennes du service public, réputé intelligent et cultivé, en tout cas exigeant dans ses choix et ses partis pris, est-il légitime et moralement acceptable de profiter de l’ascendant que l’on exerce sur son public fidèle pour l’envoyer au cinéma voir une énorme daube pétaradante de prétention (injustifiée), boursouflée de cuistrerie et pétrie d’excès d’estime de soi, sous le prétexte indu que la daube en question a été réalisée – entre guillemets (horrifiés) – par une bonne copine qui a un carnet d’adresses à la place du talent, et à qui on a décidé de rendre service, enfin j’espère que c’est le cas, sinon ça veut dire qu’Ali Baddou a vraiment un goût de chiottes et qu’il faut l’envoyer fissa officier sur CNews et Sud Radio ?

  • Avec Thibault Henneton du Monde diplomatique Le community manager, troll utile du capitalisme numérique Abonnés

    -

    Écouter

    Community manager, tout le monde connaît désormais ce terme. Mais que fait au juste un « animateur de communauté » ? Le community manager, ou CM, c’est le nom des nouveaux communicants en ligne. Embauchés pour répercuter la communication d’une entreprise sur les réseaux sociaux, les community managers servent aussi à faire remonter les goûts et les couleurs d’une clientèle. Les recettes d’un bon community manager ? Humour, vannes, décontraction, deuxième ou troisième degré, les nouveaux communicants en ligne s’immiscent dans les conversations de tout poil pour mieux les « troller », c’est-à-dire les dévier vers le sujet qui les intéressent. Thibault Henneton, journaliste, mais aussi community manager du Monde diplomatique, décrypte quelques stratégies de la communication à l’heure des réseaux sociaux.

  • 17 octobre 1961 : le témoignage de Daniel Mermet Accès libre

    -

    Voir

    Le 17 octobre 1961, Daniel Mermet, alors étudiant aux Beaux-Arts, assistait au massacre d’un manifestant par un policier. Trente ans plus tard, en 1992, suite au livre de Jean-Luc Einaudi, La Bataille de Paris, et à notre série d’émissions, Daniel Mermet témoignait dans le film de Philipp Brooks et Alan Hayling, Une Journée portée disparue.

  • Le suicide de Christine Renon soulève le monde enseignant Comment j’ai survécu à l’Éducation nationale Accès libre

    -

    Voir

    C’est dans le hall de son école maternelle à Bobigny que le corps de Christine Renon a été retrouvée. À 58 ans, cette directrice d’école s’est donné la mort sur son lieu de travail, le 23 septembre dernier. Deux jours plus tôt, elle envoyait une lettre à son inspecteur d’académie qui ne laisse aucun doute sur les raisons de son suicide : manque de temps, manque de moyens, manque de considération, manque d’aide, Christine a signé sa lettre en tant que « directrice épuisée ». Publiée avec l’accord de sa famille et de son syndicat, cette lettre est un témoignage accablant des conditions de travail des directrices et directeurs d’école, qui se tuent à la tâche. Littéralement, désormais.

  • « Travail, salaire, profit », de Gérard Mordillat et Bertrand Rothé, à voir le 15 octobre à 20h50 sur ARTE Le salariat, cette « gigantesque prise d’otages » Abonnés

    -

    Voir

    Pourquoi le capital est-il rémunéré ? Qu’est-ce que le « lien de subordination » entre un salarié et son employeur ? Le chômage a-t-il été délibérément inventé ? Pourquoi le salariat a pris la suite de l’esclavage ? Qu’est-ce que le néolibéralisme ? Autant de questions qu’on ne se pose pas tous les jours, parce que l’économie c’est compliqué, parce que l’économie on n’y comprend rien.

    Heureusement, ce 15 octobre, ARTE diffuse les quatre premiers épisodes de la nouvelle série de Gérard Mordillat et Bertrand Rothé, Travail, salaire, profit, six heures d’explication pédagogique des mécanismes économiques. Vingt-et-une chercheuses et chercheurs du monde entier revisitent les concepts marxistes (la plus-value, le profit, l’armée de réserve du capital…) pour expliquer les nouvelles formes que prennent l’économie et le travail aujourd’hui.

    « Le moteur de la mise au travail, c’est – comme le disait Marx – l’aiguillon de la faim. Nous avons là affaire à une prise d’otages. Je le dis parce que le mot "prise d’otages" est souvent employé dans le débat ordinaire, dans le commentaire médiatique, politique et éditorialiste. Et les preneurs d’otages sont soit les cheminots, soit les éboueurs, etc. À ceci près que le salariat lui-même n’est qu’une gigantesque prise d’otages. » Frédéric Lordon, qui enfile à nouveau sa casquette d’économiste pour cette série, rappelle en quoi le capitalisme, dans ses structures même, est inégalitaire, violent, destructeur. Et qu’on ne peut pas réformer le capitalisme, il faut l’abattre.

  • Offensive turque sur le Rojava SYRIE : RETOUR DU CHAOS Abonnés

    -

    Lire

    Ce qu’on craignait est arrivé. Mercredi 09 octobre, les forces armées turques ont franchi la frontière avec la Syrie. Cette intervention turque, elle était redoutée depuis que Donald J. Trump avait annoncé le retrait des troupes américaines du nord de la Syrie. Pour comprendre les enjeux, retrouvez notre dossier sur le Rojava.

  • Chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte a découvert un nouveau philosophe Abonnés

    -

    Voir

    Il est persuadé d’avoir été battu en 2012 sur un malentendu ; les autodestructions en plein vol du grand bullshiteux de la Haute-Loire et du Bellamy préféré des rombières versaillaises lui ont donné des ailes ; et voilà que son bouquin de souvenirs du bon vieux temps fait un carton en librairie. Il n’en faut pas plus pour que le surélevé frénétique se voit déjà rechausser ses talonnettes géantes qui l’empêchent de marcher ailleurs que dans la cour de l’Élysée. Comme chaque année (au moins), Sarkozy était dimanche sur le plateau de son (très vieil) ami Michel Drucker pour y peaufiner son nouveau personnage de campagne électorale, celui du vieux sage Shaolin chenu en paix avec le reste de l’univers, qui a tout vu, tout connu, tout essayé, et qui donc est paré à faire encore plus de conneries pendant son second mandat que lors du premier. Un personnage auquel, je te rassure, ami abonné, personne d’un tout petit peu sensé ne peut croire une seconde.

  • Sur le piquet de grève à Belfort LES ALSTHOMMES ENTRENT EN GRÈVE ! Abonnés

    -

    Voir

    Après 3 mois et demi de négociations infructueuses avec la direction de General Electric, les salariés de Belfort ont décidé d’entrer en grève. Depuis mardi 8 octobre, les grévistes tiennent plusieurs point de blocages sur le site de Belfort, l’usine est à l’arrêt : « On a pas eu d’autres choix que de hausser le ton, face à une direction qui nous oppose un mur », raconte Christian, salarié d’Alstom depuis près de 40 ans.

  • COMMENT SORTIR DU CONSUMÉRISME ? Rencontre avec RAZMIG KEUCHEYAN Le capitalisme a besoin que nous ayons envie de ce dont nous n’avons pas besoin Abonnés

    -

    Voir

    Un monde sans nuit. C’est notre monde. La nuit se meurt. La Ville Lumière et la fée électricité jadis nous ont enchanté mais aujourd’hui la pollution lumineuse détraque nos villes et nos vies. 60% des européens et 80% des américains ne peuvent plus voir la voie lactée. Un monde sans nuit s’ennuie. Qui est responsable ? Rencontre avec Razmig Keucheyan.

  • L’employé de la semaine 70 ans de la Chine : les images impressionnantes du défilé Accès libre

    -

    Voir

    Le 1er octobre, la République populaire de Chine a célébré les 70 ans de sa création par le Grand Timonier, en 1949. L’occasion d’une cérémonie grandiose, à la hauteur de l’événement, avec avions, têtes nucléaires et passage en revue des troupes au garde-à-vous. La télévision centrale de Chine a diffusé l’événement en direct, cinq heures d’édition spéciale que vous pouvez revoir, avec la traduction s’il vous plaît, sur la chaîne YouTube francophone de la télévision publique. Mais si vous n’avez pas le temps, notre employé de la semaine, Jonathan Duong, a tout regardé et vous en fait un résumé de cinq minutes.

  • Monter une boîte sans patron, rêve ou auto exploitation ? Cinq ans après, les FRALIB, ça marche ? Abonnés

    -

    Écouter

    Vous vous souvenez, en 2010, la longue lutte des FRALIB pour sauver leurs emplois en créant leur propre boîte ? Beaucoup de salariés abattus par un plan social ont été tentés de remonter l’entreprise par eux-mêmes, mais très peu ont réussi. Et eux, cinq après, où en sont les ex-FRALIB devenus SCOP-TI ? N’oublions pas que si les patrons et surtout les actionnaires ont besoin des salariés, le contraire n’est pas une obligation ! Rencontre à la Fête de l’Huma.

  • DERRIÈRE LE MUR, 30 ANS APRÈS. Rencontre avec l’historien Nicolas Offenstadt IL Y A 30 ANS LE MUR TOMBAIT, ET APRÈS ? Abonnés

    -

    Voir

    Les trente ans de la chute du mur vont fournir à nouveau l’occasion de célébrer la victoire contre l’affreux monstre communiste. Les médias objectifs vont ressortir les mêmes archives, les mêmes Gorbatchev, les mêmes Trabant, la même Stasi, le même BHL, la même « fin de l’histoire ». Depuis des années, l’historien Nicolas OFFENSTADT parcours ce PAYS DISPARU en interrogeant les traces, les ruines, les objets, les papiers trouvés dans les friches délaissées, qui deviennent autant de truchements pour faire vivre la mémoire et l’histoire.

Une sélection :

CONTRE L’ÉCOLOGIE DE MARCHÉ (RADIO 50’51) ANDRÉ GORZ, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Accès libreÉcouter

Le

« Une politique écologiste est une politique nécessairement anticapitaliste » Dés le début des années 70, André GORZ, le père spirituel de l’écologie politique, dénonçait la récupération de l’écologie par la puissance capitaliste. La COP21 a montré la totale domination des grandes entreprises sur les États. On dit merci à EDF, Exxon, BNP-Paris Bas, Chevron et tout leurs amis qui ont financé la conférence. Grâce à vous désormais les tigres ne mangeront que de la salade verte. Pour ceux qui en douteraient, nous vous proposons cette heure avec André GORZ (...)

Entretien, Daniel Mermet avec Christophe Fourel. (Archives de l’émission « À voix nue » (France Culture, Marie-France Azar, 1991).

LE CRIME EST PRESQUE PARFAIT. Entretien avec Fabrice NICOLINO PESTICIDES ? PAS DE SOUCI ! AbonnésVoir

Le

Depuis longtemps, Fabrice NICOLINO dénonce l’usage des pesticides dans l’agriculture industrielle, « cette industrie qui assassine tout ce qui est vivant ». Cette fois, il enquête sur les SDHI (inhibiteurs de la succinate déshydrogénase) qui s’attaquent au système respiratoire de tout ce qui est vivant et entraînent des maladies neurologiques et des cancers. Des scientifiques ont alerté dès 2017, mais le lobby des pesticides est installé en profondeur dans l’appareil d’État frrançais. Dormez, braves gens…

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Mobilisation des Ehpad. Un reportage de Sophie Simonot Tu verras, à l’Ehpad, tu seras bien ! AbonnésÉcouter

Le

La mobilisation exemplaire du personnel de l’Ehpad des Opalines, dans le Jura, qui a mené cet été une grève de 117 jours contre leur direction, a mis au centre des débats la question de la prise en charge des personnes âgées en France. Le 30 janvier, c’était journée d’action nationale : rassemblements, actions et manifestations se tenaient partout en France. Une journée très fortement suivie, aussi bien par le personnel des Ehpad que par celui des services d’aides à domicile.