Poutou et Mélenchon à La Souterraine

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Grande manif nationale ce mardi 16 mai en soutien aux salariés en lutte de GM&S Industry. Lundi, la réunion à la préfecture de Guéret n’a pas abouti. Ballotés depuis des années, de repreneur bidon en repreneur escroc, les 277 salariés en colère ont « piégé » leur usine et se disent « prêts à tout faire péter ».

Ils en appellent au nouveau président et au nouveau Premier ministre.

Jean-Luc MÉLENCHON, le candidat de la France Insoumise à l’élection législative dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhônes, a rappelé que l’État avait les moyens de sauver l’usine :

« Les deux entreprises commanditaires, PSA et Renault, toutes les deux ont un actionnaire qui est l’État. Si donc les décideurs publics le veulent, la situation est instantanément réglée. »

Philippe POUTOU, ouvrier à l’usine Ford de Blanquefort et candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste aux élections présidentielles de 2012 et 2017, est lui aussi venu apporter son soutien aux salariés de GM&S Industry, comme il l’a expliqué au site Révolution Permanente  :

« Il faut relever la tête, réagir. Et c’est ce qui est en train de se passer. Ici, comme du côté de Tati, comme du côté de Whirlpool.

Comment tout ça peut se mettre en place ? La solution politique qu’on met en avant, nous, au NPA, c’est la convergence des luttes : il faut le faire tous ensemble. Il faut que les salariés, quel que soit le secteur d’activités, le fassent ensemble. Il faut que des militants syndicalistes, associatifs, la population, des militants politiques se battent ensemble, construisent ensemble une résistance, avec des millions de gens dans la rue. Parce que Macron, on ne le fera reculer que parce qu’on sera des millions dans la rue. »

Écoutez nos reportages :

  « M. le Président, quand allez-vous rencontrer les salariés de GM&S Industry ? (1/3) », premier volet du reportage de Dillah TEIBI à La Souterraine

 « 277 OU BOUM ! (2/3) », deuxième volet du reportage de Dillah TEIBI à La Souterraine,

Pour les soutenir, vous pouvez envoyer un chèque, libellé à l’ordre de « CGT GM&S La Souterraine », à l’adresse suivante : CGT GM&S, 23 300 La Souterraine

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !