Picasso, la mort en face Abonnés

Le

Picasso est une marque de voiture, une marque de parfum, une marque de distinction, une marque de consommation culturelle, une marque de spéculation financière considérable. Il n’y a plus d’autre enjeu, plus de lutte acharnée pour une ligne, un bleu, un œil, plus de mise à mort pour une lumière, une femme, un taureau.

Inoffensif, décoratif, récréatif, Picasso disparaît. Ce qui est regardé sans désir disparaît. Une nuit par hasard sur un écran, j’ai retrouvé l’Autoportrait face à la mort. Picasso disait : « L’art est dangereux ».


PICASSO, Autoportrait face à la mort, 1972, crayon et pastel sur papier 65,5 x 50,5 cm, collection particulière, Tokyo

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis