Marcel TRILLAT, journaliste, 1940-2020. Hommage à un frère.

Marcel Trillat a replié son chiffon rouge

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Jamais il ne l’a caché dans sa poche. Ses origines sans doute, une famille de paysans dans le Vercors, terre de résistance. Résistance, c’est le mot qui résume sa vie, les 80 années de sa vie de journaliste consacrée aux luttes sociales, aux précaires, aux oubliés, aux prolos à travers ses reportages et ses documentaires dont il venait parler à Là-bas. Engagé, généreux, précis, mais vivant aussi. Le contraire d’un révolutionnaire de papier. « Après ça, on va casser la croûte », disait Marcel en arrivant. On avait beau casser la croûte longuement, on n’arrivait pas au bout de ses récits de reportage, de galères, de ruses, de rigolades, de colères, d’émotions et de bagarres avec le pouvoir, avec tous les pouvoirs.

En 1965, il intègre l’équipe de « Cinq colonnes à la une », le grand magazine de l’ORTF. Un hasard incroyable. L’équipe de l’émission était venue faire un reportage dans la ferme familiale, c’est là qu’il fait connaissance avec Pierre Desgraupes, l’un des patrons du magazine. Il passe le voir à Paris et il est engagé comme stagiaire. Il a 25 ans, et beaucoup plus de convictions que de compétences. Les convictions, c’est le parti communiste, les compétences suivront. Il restera fidèle au parti même lorsqu’il l’aura quitté. De même qu’il restera fidèle au service public. Il faisait le rapprochement.

À la fin de son parcours, il a raconté comment ça se passait à l’intérieur du parti, les grands aveuglements et les belles espérances. Il a aussi raconté comment ça se passait à l’intérieur de l’ORTF, la grande voix de la France et les belles dissidences [1]. Oui, des dissidences, malgré le contrôle et la censure du pouvoir gaulliste qui n’osait pas supprimer « Cinq colonnes » à cause de la popularité de l’émission. Mais il y avait des limites. Exemple en 1967, son reportage sur le 1er Mai à Saint-Nazaire réalisé avec Hubert Knapp. Au bout de deux mois de grève, les 3 200 dockers des chantiers de l’Atlantique ont emporté la victoire. Muguet, casquettes, accordéon. Un chef d’œuvre de 24 minutes qui sera interdit par la direction et le gouvernement. Il montre qu’ un an avant Mai 68, la France bouillonnait déja. Après Mai 68, fini Cinq colonnes à la une, les journalistes contestataires sont massivement licenciés et bien sûr, Marcel est dans la charrette.

Lorraine Cœur d’Acier

Un autre épisode à la mémoire de Marcel

En 1979, la destruction de la sidérurgie en Lorraine entraîne une immense catastrophe sociale. En soutien à la lutte à Longwy, la CGT installe une radio pirate, Lorraine Cœur d’Acier. Afin d’éviter l’amateurisme des bénévoles, il est fait appel à deux journalistes professionnels, Jacques Dupont et Marcel Trillat, qui vont réussir à encadrer cette radio tout en laissant la parole aux protagonistes de la lutte tout comme aux habitants. Des débats, des témoignages, des récits, la radio est un succès mais qui ne plaît pas à l’encadrement cégétiste. Jacques Dupont et Marcel Trillat se font virer au cours de l’été 1980. La CGT reprend les choses en main, mais sans succès, l’aventure s’achève en 1981. Trop tard, l’émission devient une légende. Essais, reportages, films, pièces de théâtre, depuis quarante ans, l’aventure de cette radio passionne toujours.

Voici deux émissions de Là-bas :

[RADIO] Un morceau de chiffon rouge (1/2) [4 septembre 2012]
[RADIO] Un morceau de chiffon rouge (2/2) [5 septembre 2012]

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

La société ingouvernable. Un entretien de Daniel Mermet avec le philosophe Grégoire Chamayou Quand le pouvoir a eu peur que nous n’ayons plus peur AbonnésVoir

Le

Tout le monde conteste tout, la société est ingouvernable. L’État providence protège, le plein emploi fait refluer l’angoisse du licenciement, et les syndicats sont puissants. En somme, « ils n’ont plus peur ».
Ainsi fut vécu le début des années 1970 par le pouvoir et le monde des affaires, gagnés par la panique. C’est contre cette insoumission générale qu’une puissante contre-offensive néolibérale s’est (...)

11 septembre 1973, date de naissance du néolibéralisme au Chili AbonnésVoir

Le

Onze septembre 1973, coup d’État au Chili. Un coup d’État qui met fin aux réformes économiques et sociales menées par le président Salvador Allende, démocratiquement élu trois ans plus tôt. Qui voulait la peau de Salvador Allende ? La droite chilienne évidemment, mais aussi les États-Unis : Nixon ne pouvait tolérer que l’expérience socialiste chilienne puisse réussir et faire école. Le dernier film de Nanni Moretti s’appelle Santiago, Italia. Petit pas de côté pour le cinéaste italien, qui signe un documentaire. Il donne la parole à ces militants chiliens qui ont accompagné la victoire d’Allende. Et qui se sont réfugiés, après le 11 septembre, à l’ambassade d’Italie à Santiago.

Une nouvelle série de reportages en 18 épisodes À qui voulez-vous casser la gueule ? [L’INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Bien sûr, on est contre la violence, bien sûr, la violence, c’est pas bien. Pourtant, les « gilets jaunes » ont montré qu’en politique, il ne restait guère que la violence pour se faire entendre et malgré ça, les Français continuent de les soutenir. Et vous, à qui voudriez-vous casser la gueule ? Macron, bien sûr ! Mais sinon ? Votre chef, votre mari, votre prof ou qui encore ?

PERQUISITION, ASSIGNATION, ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE AbonnésÉcouter

Le

3 021 perquisitions en deux mois. Résultat ? Nul. À peine quatre procédures antiterroristes au total. Même les policiers dénoncent l’inefficacité et les dérives de l’état d’urgence. De même les assignations à résidence, 385 en deux mois. Quel résultat ? Suspicion, discrimination, islamophobie, les témoignages foisonnent. Une répression inefficace qui risque au contraire de radicaliser. Et qui sont ces perquisitionnés et ces assignés ?

ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE, un reportage radio d’Anaëlle Verzaux [45:55]