Racisme masqué

Mais qui est l’auteur de la fiction raciste de Valeurs Actuelles ?

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Une enquête est ouverte contre l’hebdomadaire Valeurs actuelles pour« injures à caractère raciste » envers la députée Danièle Obono.

Mais qui est l’auteur de l’article ?

Dans son dernier numéro, daté du jeudi 27 août, Valeurs Actuelles a publié une fiction d’été, « Danièle Obono, au temps de l’esclavage ! ». L’article et les illustrations de Pascal Garnier représentaient donc la députée de La France insoumise transportée au XVIIIe siècle et vendue comme esclave…

Depuis, les réactions n’ont pas manqué pour condamner cette publication et le parquet de Paris a fait savoir qu’il ouvrait une enquête pour « injures à caractère raciste ». Sous le choc, Danièle Obono a aussitôt déclaré à BFM TV : « Cette image, c’est une insulte à mes ancêtres, à ma famille, à mon mouvement, mais c’est aussi une insulte à la République » [1]. Quelques heures plus tard, sur la même chaîne, Geoffroy Lejeune, directeur de la rédaction de Valeurs Actuelles se justifiait : « C’est extrêmement choquant car cela raconte une réalité extrêmement choquante » [2]. Sur le plateau, le journaliste ajoutait que l’article est « un travail de rédaction, sous couvert d’anonymat  » où « les journalistes ne sont pas nommés ». Effectivement, ce texte est signé d’un pseudo : « Harpalus ». Mais pourquoi la rédaction de Valeurs Actuelles a-t-elle décidé de publier ce texte sur Danièle Obono sans préciser le nom de l’auteur ? Sur BFM TV, Geoffroy Lejeune balaie la question d’un revers de main : « C’est les journalistes de la rédaction qui ont écrit ce texte… C’est pas quelqu’un de très connu ».

Or selon nos informations, l’auteur de l’article sur Danièle Obono est en fait Laurent Dandrieu qui n’est pas un simple inconnu, comme veut le faire croire Geoffroy Lejeune. Il est le rédacteur en chef des pages culture du magazine. Et il suffit de quelques recherches pour découvrir les apparitions de M. Dandrieu dans différents médias d’extrême-droite, Radio Courtoisie, L’incorrect ou encore Boulevard Voltaire. M. Dandrieu a également été invité à deux reprises dans l’émission « Répliques » d’Alain Finkielkraut sur France Culture. Sur YouTube, on peut le voir donner une conférence à l’Academia Christiana, une « formation politique » de « catholiques et enracinés ». Dans cette conférence d’une quizaine de minutes, nommée « La théologie du migrant », Laurent Dandrieu accuse le Pape François de « migranto-centrisme »

Mais pourquoi, alors qu’il signe chacun de ses articles habituellement, M. Dandrieu n’a-t-il pas signé sa « fiction de l’été », mettant en scène Danièle Obono en esclave ? D’autant que le 17 juillet 2020, il tweetait, en réponse à un article de Valeurs Actuelles concernant l’anonymat des réseaux sociaux : « Je n’ai pas beaucoup de compréhension pour ceux qui n’assument pas leur position publiquement ». L’occasion va lui être offerte d’assumer devant la justice puisqu’une enquête préliminaire a été ouverte le 31 aout pour « injures à caractère raciste ».

Taha BOUHAFS

Contacté aujourd’hui par Là-bas si j’y suis, un membre de la rédaction de Valeurs actuelles n’a pas voulu confirmer ni infirmer l’information. Il nous a cependant confié que Laurent Dandrieu était « malheureux de ce qui s’était passé » et avait été « affecté, comme tout le journal, comme tout le monde l’a été », par la polémique. Sollicitée, la direction du journal n’a pas souhaité nous répondre.

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Danièle Obono, BFM TV, 29 août 2020

[2Geoffroy Lejeune, BFM TV, 29 août 2020

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Aude Lancelin reçoit Arthur Messaud, de la Quadrature du Net Google et Facebook contre la démocratie AbonnésVoir

Le

Difficile de mobiliser les citoyens sur la question de la protection des données personnelles, ou des dangers que font courir aux libertés publiques des géants du web comme Google ou Facebook. C’est ce que tente de faire La Quadrature du Net, association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet, qui intervient depuis 2008 dans les débats concernant la liberté d’expression, le droit d’auteur, ou encore de la régulation des télécoms.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.

Avec Martine Bulard du Monde diplomatique Retraites : pourquoi la bataille n’est pas finie AbonnésÉcouter

Le

« Nous avons obtenu le retrait de l’âge pivot, une victoire pour la CFDT ! » Voilà comment Laurent Berger, le patron de la CFDT, a salué la prétendue suspension de « l’âge pivot ». Une entourloupe du premier ministre pour gagner du temps et convaincre la CFDT de cesser le mouvement. Deux autres syndicats, l’UNSA et la CFTC, ont également salué les déclarations d’Édouard Philippe. Et cette semaine, le trafic reprend progressivement à la RATP et à la SNCF. Alors finie, cette grève ? Entérinée, cette réforme ? Pas tout à fait, après un mois et demi de grève, d’autres journées de mobilisation et de grève sont annoncées par les syndicats toujours opposés à la réforme. Et surtout, système à points, « âge d’équilibre » : les principales raisons de la colère des Français sont toujours là, dans le projet de loi du gouvernement.