Les profiteurs d’abîme. Message d’une prof de français

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

« Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes », disait Henri Calet. Le pays entier est sous le choc, et faire ce métier de comprendre et de faire comprendre est impossible aujourd’hui. « Expliquer, c’est excuser ». La raison n’est pas de saison, il y a un temps pour la décence et le silence.

Mais les profiteurs d’abîme n’attendent pas. Les gros médias se surpassent et d’importants personnages politiques, des sanglots dans la voix, ne reculent devant rien pour racoler des voix en enfonçant une haine profonde dans la gorge du pays. Les réseaux sociaux débordent d’injures et de menaces à partir d’un mot, d’un titre, sans avoir lu, sans avoir écouté. Pourtant, il y en a qu’on peut écouter en ce moment : les profs. C’est un prof qui a été assassiné. Juliette Keating est prof de français depuis vingt ans dans la banlieue parisienne, à Montreuil actuellement, dans un collège populaire. Elle a écrit ce texte bref et clair que nous vous proposons. Elle ressemble à des milliers de profs, elle ressemble à Samuel.

Daniel Mermet

Les mains sales de la récup’

Le respect dû au défunt abominablement assassiné n’aura donc pas assourdi les braillements des tartuffes de la laïcité. On aurait pu attendre un peu de décence devant l’insoutenable, mais nous sommes en période électorale et il convient de faire feu de tout bois pour racler dans la fange quelques suffrages de cette opinion publique si avare d’approbation en ces temps difficiles pour chacunE. L’opportunisme reste le trait commun à tout le spectre politique le plus en vue : l’occasion est trop belle, le crime trop parfait dans son horreur, pour ne pas en « profiter ».

De tous ces défenseurs subits des professeurEs, de toutes ces zélatrices soudaines de l’éducation nationale, on retiendra les larmes de crocodiles versées sur le cadavre de l’homme qui devrait aujourd’hui profiter, lui, de vacances bien méritées. Mais leur regard est ailleurs et leur cœur bat pour d’autres combats que d’améliorer les conditions de travail des professeurEs, de donner les moyens d’un enseignement public ouvert et diversifié, de lutter contre les inégalités scolaires et les discriminations qui pourrissent de longue date le climat du pays plongé depuis des mois dans la crise économique et sanitaire.

Plutôt que d’offrir à chacun et chacune de nos enfants les outils culturels et intellectuels qui leur permettent de s’armer contre tous les fanatismes, de résister aux manipulations et de penser par elles-mêmes, les irresponsables au pouvoir réduisent le nombre d’heures de cours, ferment des classes, augmentent les effectifs, refusent de recruter des enseignantEs supplémentaires. Doit-on rappeler que l’assassin de Samuel Paty est un jeune adulte que l’on a vite renvoyé à son identité « tchétchène », alors que, réfugié à six ans, il a fréquenté nos écoles, nos collèges, comme tous les enfants de France ?

Mais de ceci, quelle importance, puisqu’il s’agit de capitaliser sur la « guerre » contre l’islamisme et de fourbir un nouvel arsenal répressif bon teint qui satisfera les braves gens évidemment sidérés devant l’atrocité du crime ? On trouve des coupables partout, surtout parmi celleux qui pensent et disent que l’opprobre jeté aux musulmanEs à chaque nouvel attentat, la défiance généralisée qui en découle alimentent le ressentiment des unEs contre les autres, désunissent les populations qui vivent ensemble dans les mêmes quartiers, partagent le même quotidien. On ne fait pas d’amalgame, nous rétorque-t-on. Mais alors pourquoi, quand une représentante de l’UNEF se joint au rassemblement d’hommage au professeur assassiné, est-elle insultée parce qu’elle porte le voile ? Dans la grande leçon nationale sur la sacralité de la liberté d’expression, on accepte donc les musulmanEs pourvu qu’ielles soient invisibiliséEs et contritEs.

La récupération politique d’un crime ajoute à l’horreur du crime lui-même, et la nausée vient devant le spectacle de tant de lâcheté collective face aux desseins des extrêmes droites : conquérir les esprits et les cœurs pour plus facilement s’emparer du pouvoir. À ce terrible jeu, il n’y aura que des perdants.

Juliette Keating

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.