À la Bourse de commerce, Pinault expose de l’argent et du vent

Les milliardaires Bernard Arnault et François Pinault ont vidé de son sang le cœur de Paris

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

C’était les Halles, c’était le « ventre » de Paris. Le ventre pour manger, le ventre pour baiser, le ventre pour enfanter.

Ce ventre a été arraché dans les années 1960. La totale. Un crime sans précédent contre le vivant d’une ville. Un trou est resté. Immense, béant, pendant des années. Et ce fut un énorme centre commercial. Moche à pleurer. Jusqu’à gâcher la grâce de Saint-Eustache. Dans les pierres de l’église, à hauteur d’homme, des clous avaient été plantés pour accrocher les petites bâches des marchandes de fruits et de légumes. Même ces modestes traces ont été effacées. Pour faire propre, lisse, désodorisé. Mais cette fois, après le ventre, c’est le cœur qui est arraché, c’est le cœur de Paris qui est saigné et vidé de son sang, le cœur du Paris populaire, le nôtre. De la Samaritaine à la poste du Louvre, les milliardaires ont tout raflé, tout pillé. Bernard Arnault, Francois Pinault, les rapaces les plus incultes ont tout vidé, tout aseptisé. Il n’y a plus que du luxe de duty free pour touriste friqué, de la mode et de la morgue. Et de la spéculation sur des copies indigentes de Duchamp, de Klein ou de Warhol.

Mort, le cœur du Paris de Zola, de Manet, de Doisneau, de Breton et de ma grand-mère, une bonne dans sa minuscule chambre de bonne du 24 de la rue du Pont-Neuf. Maudits soient les complices, les pouvoirs publics, les politiques, les architectes, et tous ceux qui ont collaboré à ce triomphe de l’imbécilité bourgeoise. Ils ont réalisé et accompli le projet du baron Haussmann : Paris sans le peuple. Ce racisme social a une longue histoire. En 1857, dans une lettre à Napoléon III, Haussmann dit ce que sera Paris :

« Il n’est nul besoin que Paris, capitale de la France, métropole du monde civilisé, but préféré de tous les voyageurs de loisir, renferme des manufactures et des ateliers. Que Paris ne puisse être seulement une ville de luxe, je l’accorde. Ce doit être un foyer de l’activité intellectuelle et artistique, le centre du mouvement financier et commercial du pays en même temps que le siège de son gouvernement ; cela suffit à sa grandeur et à sa prospérité. Dans cet ordre d’idées, il faut donc non seulement poursuivre mais encore hâter l’accomplissement des grands travaux de voirie conçus par Sa Majesté, faire tomber les hautes cheminées, bouleverser les fourmilières où s’agite la misère envieuse, et au lieu de s’épuiser à résoudre le problème qui paraît de plus en plus insoluble de la vie parisienne bon marché, accepter dans une juste mesure la cherté des loyers et des vivres qui est inévitable dans tout grand centre de la population, comme un auxiliaire utile pour défendre Paris contre l’invasion croissante des ouvriers de la province. [1] »

Remplacer l’invasion des ouvriers de province par les immigrés d’un peu plus loin. Repousser les ateliers, c’est-à-dire ces artisans et ces ouvriers qui seront vingt ans plus tard le peuple de la Commune, et surtout… « bouleverser les fourmilières où s’agite la misère envieuse ». Avec leurs milliards, Bernard Arnault et François Pinault ont accompli le projet d’apartheid social du Second Empire. Mais au moins, lors des prochaines manifs, on saura où aller !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.