Et si on mettait des visages sur le système ?

LE PDG NE TOUCHE QUE 220 FOIS LE SALAIRE D’UNE FEMME DE CHAMBRE ! Abonnés

1

Le

À force de montrer des femmes précaires en grève, on finit par se faire une fausse image de l’honorable entreprise Elior Group. Rassurez-vous, tout le monde n’y est pas sous-traité ! Surtout pas le directeur général, Philippe Guillemot.

En grève depuis le 11 avril, les femmes de chambre de l’hôtel de luxe NH Collection à Marseille occupent l’entrée de l’hôtel pour protester contre leurs conditions de travail. Malgré les pressions musclées de la police et de la direction, elles tiennent depuis bientôt huit semaines. Leur employeur, sous-traitant de cet hôtel de luxe, est le groupe ELIOR, un puissant groupe français de restauration, 132 000 « collaborateurs et collaboratrices » dans le monde, presque 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2018 et adepte du « développement durable » et autres « principes d’éthique [1] ».

Treizième mois, paiement des heures supplémentaires, augmentation le dimanche, conditions de travail, reconnaissance de leur qualification : les revendications des femmes de chambre sont claires et légitimes.

Pourtant, le 24 mai, la direction d’ELIOR a saisi le Tribunal de grande instance de Marseille pour exiger l’arrêt de la grève et une condamnation de 500 euros par gréviste. La police a relevé l’identité des femmes présentes sur le piquet avec une brutalité devenue courante.

Une situation indigne dont on ne s’indigne plus. « Que voulez-vous, qu’est-ce qu’on peut faire ? C’est tout le système qu’il faut changer. »

Et on passe à autre chose.

C’est vrai que « c’est tout le système qu’il faut changer ». Mais c’est quoi le système, c’est qui ? Qui est responsable ? Qui dirige ? Qui impose ces conditions de travail ? Puisque la police demande leur identité à ces femmes de chambre, pourquoi ne pas s’intéresser à l’identité de leur patron ?

Et si on mettait un visage sur le « système » ?

En 1989, ROGER AND ME, le film de Michael Moore, a bouleversé le monde. Tout au long du film, Michael Moore raconte sa propre histoire, il cherche à rencontrer ROGER, le tout-puissant patron de la General Motors qui a viré des milliers d’ouvriers, dont le propre père de Moore. Ça se passe dans le Michigan, à Flint, ancienne capitale prospère de l’automobile devenue un champ de ruines aujourd’hui. C’est une des plus emblématiques catastrophes sociales parmi toutes celles qui continuent de ravager le monde, et qui ont semé les germes de la vague brune qui fleurit aujourd’hui. Mais Michael Moore ne se contente pas d’évoquer le « système », il veut absolument voir la tête qu’il a, le système, le regarder dans les yeux, lui parler, l’appeler ROGER, c’est-à-dire Roger B. Smith, le vrai nom du patron :

Mais alors, là, pour les femmes de chambre, c’est qui Roger ?

Eh bien Roger, c’est Philippe.

Philippe Guillemot : un redresseur d’entreprises à poigne

Passé par Michelin, Areva ou Alcatel, un temps pressenti pour succéder à Carlos Ghosn à la tête de Renaut-Nissan, Philippe Guillemot est le directeur général d’Elior Group. Un véritable capitaine d’industrie, un baron de la bourse. Un « "redynamisateur" plutôt que redresseur » comme il le dit lui-même, venu « moderniser » Elior Group [2].

Et pour cette honorable tâche, Philippe n’est pas gourmand : selon les règles de sa rémunération, il n’émarge en principe qu’à deux millions d’euros par an : 900 000 euros en part fixe, et 900 000 (pouvant être portés à 1 350 000) en part variable [3] ! Mais il perçoit sans doute d’autres petites primes par-ci, par-là, mais ce n’est pas cher payé pour un businessman de cette trempe, diplômé de l’École des Mines de Nancy et de la Harvard Business School.

L’expérience de Philippe parle pour lui : directeur des opérations au moment des grandes charrettes chez Alcatel-Lucent, c’est aussi lui qui a délocalisé la première usine du constructeur français Valeo en Europe de l’Est [4]. Si vous avez quelques charrettes de salariés qui vous encombrent, Philippe peut vous arranger ça.

Alors que les PDG du CAC 40 ont touché en moyenne 5,5 millions d’euros en 2018, soit une augmentation de 5,8 %, Philippe Guillemot, lui, reste parmi les patrons modestes, en dessous de 4 millions d’euros annuels [5]. Le groupuscule de syndicalistes gauchistes qui manipule ces femmes de chambre oublie de dire qu’elles sont payées, elles, au-dessus du SMIC. Leur salaire horaire est en effet de 10,20 € brut, alors que le SMIC horaire est de 10,03 €, soit 0,17 € de plus, soit 1,19 € de plus par jour, soit 23,80 € par mois ! Sans compter une prime de nourriture de 7,24 € par jour.

Si bien qu’en 2017, Philippe n’a pu toucher que 220 fois le salaire d’une femme de chambre, pendant que ses congénères patrons du CAC 40 se gavaient de 240 SMIC chacun. Le discret Bernard Charlès, de Dassault Systèmes, champion toutes catégories, a même pris 22,8 millions d’euros l’année dernière, quand François-Henri Pinault (Kering) en prenait 12,2 millions. Les patrons français n’ont jamais autant gagné, et au lieu de se féliciter des performances financières de nos élites économiques, la France dénigre ceux qui luttent pour la croissance et pour l’emploi et portent bien haut les couleurs du pays [6]. Car les grands patrons français ne sont pas les mieux payés au monde. Ils arrivent derrière les patrons européens et bien loin des patrons nord-américains.

Mais il n’y a pas que l’argent pour Philippe Guillemot, il y a aussi l’art dont il est passionné. Philippe visite beaucoup d’expositions avec sa femme, héritière du cabinet Mazars. Selon Les Échos, Philippe est un « esthète » avec des préférences « pour le street art, les artistes surréalistes, tel Dali, ou ceux qui jouent avec les icônes de la société de consommation, comme Andy Warhol ou Roy Lichtenstein. Son côté non conformiste sous des dehors très classiques  [7] . ».

Délocalisations, plans sociaux en pagaille, « artwashing » : il aurait été dommage de parler du système, alors qu’on pouvait parler de Philippe Guillemot.

Dites, franchement, vous croyez qu’on va supporter ça encore longtemps ?

Daniel Mermet

Le proprio, Robert Zolade

Mais au fait, à qui appartient Elior Services, filiale de Elior Group ? Pour plus de 30 %, Elior Group appartient à l’un de ses cofondateurs, le distingué Robert Zolade. Président d’honneur et admnistrateur d’Elior Group, Robert Zolade se hisse à la 147e place du classement 2018 des 500 plus grandes fortunes de France, avec un capital arrondi à 650 millions d’euros [8]. Mais ne sous-estimez pas Robert : dans l’édition précédente du classement, sa fortune était mesurée à 1,2 milliards d’euros ! Espérons qu’il remonte l’année prochaine ! Aujourd’hui, l’entreprise que Robert a fondé à la force du poignet emploie 132 000 « collaborateurs et collaboratrices » dans 15 pays et produit un chiffre d’affaires annuel de près de 7 milliards d’euros [9]. Et n’écoutez pas les grincheux qui pointent ici et là des problèmes de cadences, de conditions de travail, le recours abusif aux travailleurs sans-papiers ou le refus de les accompagner dans leurs procédures de régularisation, même quand celles-ci sont légalement encadrées ! Ce ne sont que des viles calomnies !

En 1932, en pleine Grande Dépression aux États-Unis, sortait le film collectif Si j’avais un million : un milliardaire, agacé par ses proches qui n’attendent que sa mort pour toucher le pactole, préfère donner un million de dollars à huit inconnus choisis au hasard dans l’annuaire. Phineas V. Lambert, un employé de bureau interprété par le génial Charled LAUGHTON, est l’un d’eux. Un jour un chèque d’un million arrive sur son bureau.

[EXTRAIT] « Si j'avais un million », 1932
par Là-bas si j'y suis

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

  • Qui cueille mes fraises, qui ramasse mes asperges, qui met mes radis en bottes ? QUELS BRAS POUR NOS ASSIETTES ? Abonnés

    -

    Voir

    Quels sont les fruits et légumes les plus riches en pesticides ? Aujourd’hui, le consommateur hésite à se laisser empoisonner, et l’industrie alimentaire est obligée de tout repeindre en vert et en bio. Mais qui fait le boulot ? Qui cueille mes fraises, qui ramasse mes asperges, qui met mes radis en bottes ? Réponse : des étrangers. À 24 %, la main d’œuvre agricole en France vient de Roumanie, de Pologne, du Portugal ou du Maghreb. Quand Marine Le Pen sera au pouvoir, la France sucera des cailloux. Et là, avec la Covid, on n’en était pas loin. Les frontières étant fermées, on craignait de voir arriver la pénurie alimentaire.

  • Chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte prend des nouvelles de Brigitte Macron Abonnés

    -

    Voir

    Énorme scoop, ami abonné, dans ce 118e numéro de Didier Porte Hebdo. Nous avons découvert que la très cryptochiraquienne fondation des Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France (et réciproquement) était co-productrice du prochain spectacle du comique Jean-Marie Bigard. Pour lancer le buzz sur ce show unique, consacré au confinement et diffusé en streaming à la fin juin, la nouvelle directrice artistique de l’humoriste, par ailleurs présidente de la fondation, Brigitte Macron, a organisé un petit happening tout à fait plaisant : elle a demandé à son mari de téléphoner personnellement à Bigard pour prendre la température du vrai peuple, ce qu’il a fait.

  • Il y a 15 ans, les Français votaient « non » au traité de constitution européenne 29 MAI 2005 : VOTRE EUROPE, ON N’EN VEUT PAS ! Accès libre

    -

    Écouter

    Les médias fonctionnent comme la grande ardoise magique. Chaque jour efface les nouvelles de la veille, chaque heure, chaque minute gomme la précédente et nous gave d’insignifiance et d’oubli. Un exemple ? Le NON au référendum de 2005. Un événement politique majeur qualifié de « séisme » à l’époque. Quinze ans après, aujourd’hui même, qui évoque la victoire du NON au traité de constitution européenne, le TCE, le 29 mai 2005 ?

  • « Paysannes », une série documentaire de 1979 enfin en DVD Travail, famille, révolte : paroles de paysannes du Larzac Abonnés

    -

    Voir

    En 1979, Antenne 2 diffusait les cinq épisodes de Paysannes, une série documentaire réalisée par Gérard Guérin. En repérage dans le Larzac pour préparer sa prochaine fiction, Gérard Guérin commence à se documenter en filmant des paysannes du Larzac. La fiction ne se fera jamais, mais le film est là : dans la parole de ces paysannes qui travaillent, se chargent des tâches domestiques, s’occupent des mômes, et luttent contre l’extension du camp militaire sur le plateau du Larzac. Cela faisait quarante ans que ce documentaire était invisible : grâce à Gérard Mordillat et à la coopérative Les Mutins de Pangée, on peut de nouveau écouter la voix de ces paysannes, qui sont un morceau de la France et un morceau d’une époque.

  • ÉGOUTIERS EN COLÈRE. Reportage radio version texte. « À oreille reposée » COVID-19 : LES ÉGOUTIERS TOUJOURS EN DANGER Abonnés

    -

    Lire

    Vous avez été nombreux à écouter le reportage d’Anaëlle Verzaux, « Égouts contaminés : les égoutiers en grève pour leur santé (et la nôtre !) ». En voici la version écrite et augmentée afin d’aller plus loin, à oreille reposée.

    Les égoutiers sont en tête parmi les « premiers de corvée ». Ils sont fortement exposés à un nombre incalculable de bactéries et à des maladies graves, comme la leptospirose, qui s’attrape par l’urine de rat, ou l’hépatite E qui s’attaque au foie. Ils ont une espérance de vie inférieure de sept ans à la moyenne des Français, et même de dix-sept ans par rapport à un cadre. Aujourd’hui, face au virus présent dans les eaux usées, ils demandent des protections et des garanties. Sans réponse, ils se sont mis en grève.

    Pendant le confinement, à Paris, ils étaient quarante en service à nettoyer nos égouts, en échange de leur salaire bien sûr et d’une prime. Mais depuis le 11 mai – le début du déconfinement –, ils sont tous appelés à reprendre le travail. Ils sont 285 à Paris. Sauf que, des études l’ont montré, les eaux des égouts, qu’on appelle les eaux usées, ont été fortement contaminées par le coronavirus. Maintenant que le pic de la pandémie est derrière nous, ces eaux usées sont-elles toujours contaminées ? Un peu ? Beaucoup ? Il n’est pas rare qu’un égoutier se prenne des projections d’eaux usées dans les yeux, donc ce serait bien de le savoir. Et pourquoi la mairie ne s’est-elle pas empressée de trouver des protections adaptées pour ces égoutiers ?

  • « Ségur de la Santé » : LE MANIFESTE DES SOIGNANTS LA SANTÉ DOIT ÉCHAPPER AUX LOIS DU MARCHÉ ! Accès libre

    -

    Lire

    Alors que s’ouvre le « Ségur de la Santé » entre le gouvernement et l’hôpital public (et les Ehpad), le collectif Les jours heureux publie dans Libération le « MANIFESTE DES SOIGNANTS », pour une refonte sociale (et totale) du système de santé en France. En lutte depuis des années contre le démantèlement et la gestion financière de l’hôpital public, aujourd’hui les soignants sont soutenus par la majorité du pays. Les bravos, les primes et les médailles n’ont pas suffi à enfumer l’opinion. La lutte contre la pandémie a montré à la fois l’échec idéologique des politiques de santé, et aussi la réussite des soignants qui se sont organisés en dehors du carcan gestionnaire. « L’impensable est devenu réalité », disent-ils.

  • LA SANTÉ DOIT ÉCHAPPER AUX LOIS DU MARCHÉ. Entretien de Daniel MERMET avec le professeur André GRIMALDI À 20 heures, on applaudit nos héros en blouse blanche Abonnés

    -

    Écouter

    Ça fait un bien fou, ces fenêtres qui applaudissent désormais à 20 heures. Bravo à nos héros en blouse blanche qui se battent pour nous en première ligne ! Mais attention, l’image et l’hommage ne doivent pas cacher le combat essentiel : « LA SANTÉ DOIT ÉCHAPPER AUX LOIS DU MARCHÉ. » Cette crise sanitaire montre le désastre de l’hôpital public géré comme une entreprise commerciale depuis des années.

  • Valérie, aide-soignante, la tête haute simplement [VIDÉO : 4’47 et PODCAST : 14’16] UN APPEL À LA COLÈRE Accès libre

    -

    Écouter

    Elle avait refusé de serrer la main du président. Valérie, aide-soignante au CHU de Rouen, militante CGT, vous vous souvenez ? C’était en avril 2018 lors des luttes pour la défense de l’hôpital public. Macron rabâchait sa petite chanson : "Il n’y a pas d’argent magique, la France à 100% de dette, c’est vos enfants qui paieront. "

  • CONTRE LE RETOUR À L’ANORMAL ! COMMENT LA PSYCHIATRIE A FAIT FACE ? PODCAST RADIO ET LES FOUS DANS TOUT ÇA ? Abonnés

    -

    Écouter

    Comment ça c’est passé du côté psychiatrique ? On s’en doute, angoisse et enfermement forcé ont entraîné délires et « pétages de plomb ». Les urgences psychiatriques ont vu arriver des crises inconnues jusque-là. En France, selon Santé publique France, le sentiment d’anxiété est passé de 13,5 % en mars 2017 à 26,7 % à la fin mars de cette année. Parent pauvre de la médecine, la psychiatrie a vécu l’épidémie plus difficilement, et ce n’est pas vraiment une surprise. Depuis 40 ans, le nombre de places en psychiatrie dans le secteur public a considérablement baissé, passant de 120 000 lits en 1980 à 41 000 en 2016. La psychiatrie est sous-financée depuis des décennies.

  • TETSU : dessins des QUE et des Q CONNAISSEZ-VOUS TETSU ? Abonnés

    -

    Lire

    « Mes personnages sont des gens sérieux qui se sont mis dans des situations bizarres. » C’est ce que disait Tetsu de ses dessins.

    On les trouvait partout dans les années 1960, de France Dimanche à Paris Match, en passant par Noir et Blanc. Des petits bourgeois désespérément humains, qui ressemblaient aux lecteurs. C’était l’époque de Chaval, Bosc ou Mose. Un rire noir et grinçant devant un quotidien étriqué et absurde. Et une sorte de tendresse pour les inadaptés définitifs que nous sommes. On ne mesure pas l’influence énorme de ces petits dessins sur les idées qu’un être humain se fait du monde et de lui-même. Ça passe sous les radars des experts culturels. De la sous-culture, comme ils disaient. Et c’est leur chance et leur force à ces petits dessins. Ce que cette bourgeoisie éduquée appelle la vulgarité, ça les protège et nous avec.

    En réalité, Tetsu s’appelait Testu, Roger Testu. Il avait fait différents boulots, directeur dans la distribution de la presse, patron d’une savonnerie, marchand de tableaux et en 1951, à presque 40 ans, il s’est mis à peindre, puis à dessiner. Un grand succès, des livres, des prix, il n’a pas arrêté, il aurait fait 20 000 dessins. À 94 ans, en 2008, il a refermé son encrier. Il a fait l’admiration des meilleurs, Willem, Siné, Lefred-Thouron ou Topor, qui disait : « Gloire à Toi / Ô Tetsu / Dont la plume ne nous a jamais déçus ».

  • Chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte tenté par le reconfinement Abonnés

    -

    Voir

    Pas de Didier Porte cette semaine, il profite du pont de l’Ascension pour se reconfiner provisoirement sur son yacht. En attendant son retour, Didier a demandé à notre « employé de la semaine » quasi permanent, Jonathan Duong, de le remplacer au pied levé pour cette revue de presse hebdomadaire. Au menu cette semaine :
    - coronawashing, suite, les marques voient enfin le bout du tunnel avec ce déconfinement synonyme pour elles de réouverture des magasins ;
    - contrairement aux idées reçues, certains bourgeois aussi ont souffert du confinement, essentiellement à cause de l’absence de personnel qui est habituellement à leur service ;
    - et un hommage à Michel Piccoli.

Une sélection :

Didier Porte Hebdo : chaque vendredi, la revue de presse indispensable ! Didier Porte dissèque le coronawashing AbonnésVoir

Le

Par les temps qui courent, incertains, ouverts au pire comme au meilleur (et à l’abus de clichés idiots, déjà comme je le prouve lamentablement en cet instant même), il est fortement recommandé de se moquer des puissants (ça apaise), en premier lieu évidemment de nos dirigeants, tous plus à la ramasse les uns que les autres, mais aussi et surtout de ceux qui nous dirigent vraiment (attention, irruption imminente d’un cliché odieusement populiste), à savoir les puissances d’argent.

L’île du droit à la caresse Accès libreÉcouter

Le

Nous nous évitons, nous nous méfions des autres, l’enfer, c’est les autres. Gardez vos distances. On ne sait quel crétin officiel a trouvé l’expression « distance sociale ». Comment retrouver la fusion de la manif, les grappes humaines du « tous ensemble », la grande partouze de la lutte après ça ? En attendant, pour rebondir, voici une histoire d’île et de caresse.

Pour Gérard FILOCHE, MACRON fait plus fort que PÉTAIN ! La plus violente attaque contre le code du travail depuis 75 ans AbonnésÉcouter

Le

Profitant de la panique générale, Macron et sa bande imposent une série de « lois d’urgence sanitaire » qui constituent une attaque monstrueuse contre le code du travail. Parfaite mise en œuvre de la « stratégie du choc », ces lois prétendument provisoires risquent de passer ensuite dans le droit courant. Même si c’est difficile, c’est maintenant qu’il faut résister, sinon ce sera le retour à la normale, mais en pire.