Val-de-Reuil : un commissariat attaqué par des hordes d’islamistes ?

LE FIGARO ENTEND « ALLAH AKBAR » PARTOUT ! Abonnés

1

Le

Le Figaro a publié vendredi 29 juin un scoop EXCLUSIF : « un commissariat de l’Eure attaqué par des jeunes aux cris d’Allah Akbar [1] ». Le quotidien du groupe Dassault nous apprend que des hordes de jeunes islamistes cagoulés ont attaqué des fonctionnaires de police dans une zone perdue de la République ! Quelques heures plus tard, on découvrait le pot aux roses : le scoop était en fait une fausse information.

L’article du Figaro concernant l’incident survenu à Val-de-Reuil, signé Etienne Jacob, est paru vendredi dernier à 20h46. Ni une ni deux, les grandes rédactions nationales embrayaient, relayaient massivement « l’information », et une heure plus tard, les mots-clefs « Allah Akbar » finissaient en première position des sujets discutés sur internet.

Aussi réactive que les grandes rédactions, l’extrême-droite se mettait en branle dans la foulée. Marine Le Pen, Florian Phillipot, Stéphane Ravier, tous se précipitaient pour gerber au passage leur haine islamophobe.

Eric Ciotti, député Les Républicains des Alpes-Maritimes, ira jusqu’à qualifier les faits sur RTL « d’attaque terroriste ». Une outrance que la radio du groupe M6 se chargera de mettre en exergue sur leurs réseaux sociaux. Il faut bien faire du clic !

Le lendemain matin, pour les islamophobes opportunistes, c’est la douche froide. Le maire de la commune concernée, le très respectable Marc-Antoine Jamet, élu PS mais aussi secrétaire général du groupe LVMH, publie un article de blog [2] qui démonte méthodiquement celui du Figaro. Marc-Antoine Jamet, en tant que maire de la ville, a pu consulter la vidéo-surveillance et n’a pas vu la même chose que le journaliste du Figaro. Florilège :

Dans l’article du Figaro, le journaliste, qui dit « [avoir pu consulter] la vidéo-surveillance » lui aussi, voit « une quinzaine de jeunes ». Le maire parle d’un « petit groupe ». Le journaliste dit que les jeunes sont cagoulés et donc non-identifiables. Pour le maire, ils sont « parfaitement connus des services de police » et ne portaient donc pas de cagoules. Selon le Figaro, « les jeunes sont déterminés à entrer dans le commissariat », et l’attaque « a duré 30 minutes ». Selon le maire, l’incident ne dure que quelques minutes tout au plus, et les jeunes se tiennent à « une vingtaine de mètres du commissariat », à distance, sans tenter d’y entrer. Enfin, le Figaro parle d’un véhicule endommagé et de 3 vitres brisées. Marc-Antoine Jamet constate seulement une vitre cassée.

Plus grave encore : les fameux cris « Allah Akbar » avec lesquels les barbares auraient ponctué leur attaque. Là encore, le maire dément les informations du Figaro : selon les propres mots de la policière à l’origine de cette rumeur, qu’il a rencontré le lendemain matin : « quelqu’un lui [a dit] que quelqu’un a entendu quelqu’un dire les mots Allah Akbar ». Les collègues de la policière finiront par expliquer au maire qu’il y a « la même relation entre les jeunes suspectés et le radicalisme qu’entre Ben Laden et le Lido ».

source : blog du maire de Val-de-Reuil Marc-Antoine Jamet

Comment un tél écart entre ce que constate le maire et ce que raconte le Figaro est-il possible ? Une piste nous est fournie par le quatrième paragraphe de l’article paru vendredi soir. On y lit : « L’attaque a suscité une vague de colère dans la profession. Dans un communiqué publié vendredi, le syndicat Alliance a dénoncé un assaut d’une violence inouïe  ». Voilà donc la seule et unique source du journaliste du Figaro qui a commis cet article : le syndicat très très à droite et majoritaire dans la police, Alliance. Selon toute vraisemblance, le journaliste payé par le groupe Dassault a relayé sans distance et sans contradiction sa source policière. Et l’article de préciser, à la lumière de l’incident dramatique et faux qu’il rapporte, que les « policiers [sont] à bout, au bord de la rupture »... On avait connu le Figaro moins proche des syndicats.

Que s’est-il vraiment passé dans la nuit du 27 au 28 juin devant le commissariat de Val-de-Reuil ? Selon le maire, un petit groupe de jeunes qui regardait le match de l’Algérie lors de la coupe d’Afrique des Nations sort d’un café à 2h30 du matin, et certains d’entre eux lancent des pétards et des feux d’artifices sur le commissariat. C’est mal, certes, mais ça ne ressemble pas à une attaque terroriste. Une version qui se rapproche de celle de la sous-préfète de l’Eure, contactée par le Parisien [3]. Le maire conclue qu’il s’agit « d’un incident limité et, hélas, devenu banal quand la chaleur de l’été amène les jeunes à rester dans la rue ».

Face au tollé, le Figaro a dû rajouter un paragraphe à son papier. Et les syndicats du commissariat de Val-de-Reuil ont bien du concéder que cette attaque « n’avait rien à voir avec une attaque terroriste ou quoi que ce soit dans le genre ». [4] Mais à l’heure où nous écrivons, l’article est toujours intitulé : « Un commissariat de l’Eure attaqué par des jeunes aux cris d’Allah Akbar. »

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

Face à la deuxième vague, inquiétude et colère des soignants. REPORTAGE RADIO et TEXTE À L’APPUI HÔPITAL PUBLIC, RISQUE DE SATURATION. « Macron paralyse le pays parce que l’hôpital manque de lits » AbonnésÉcouter

Le

Risque de saturation, crainte d’impuissance. Face à la nouvelle vague de la pandémie, les soignants de l’hôpital public tiendront-ils une seconde fois ? C’est la grande inquiétude du pouvoir. Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, « on doit paralyser le pays parce que les hôpitaux manquent de lits. » Manque de lits, manque de personnels, la déprime gagne avec un sentiment de trahison. Pourtant, au printemps, la pandémie avait entraîné un soutien enthousiaste et une prise de conscience du désastre des politiques de santé appliquées depuis des années. Il y avait là un élan unanime pour changer radicalement de logiciel. L’opinion était prête.

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ? Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout Accès libreVoir

Le

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital. Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout sur des télés et dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale. Ce, qu’avec d’autres, nous dénonçons depuis trente ans. Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.