Qu’est-ce qui l’a décidé ?

La vérité sur la déclaration de François Hollande

Le

Cet article vous est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis uniquement financé par les abonnements. Sans vous, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Personne ne comprend la joie de François Hollande depuis qu’il a annoncé qu’il ne serait pas candidat à sa succession à l’Élysée. Ah, le bonheur de sortir de tout ça ! Ah, ne plus entendre chaque jour la voix de Manuel Valls, ne plus sentir l’haleine de Gattaz, ne plus devoir embrasser les joues molles d’Angela Merkel, ne plus ramper devant les mafieux du CAC 40 et obéir aux crétins cyniques de Bruxelles, quelle joie !

Ne plus être obligé de se teindre les cheveux, de rentrer le ventre et de déjeuner avec Laurent Joffrin. Ah, se mettre à l’aquarelle ou à la viole de gambe, rester au lit jusqu’à midi, apprendre à se faire cuire un œuf, se balader en survêt, se mettre à la pétanque, s’occuper d’un ciné-club, ou alors partir en camionnette avec Julie vendre merguez et pizzas sur les marchés et sur les plages.

Oh, c’est pas les idées qui manquent. D’ailleurs il s’est déjà acheté un Opinel. Ce qu’il voudrait surtout, c’est découvrir la France enfin, découvrir le monde avec ses pieds. Son grand rêve, c’est de se faire accepter au bistrot du coin. Il se voit arriver au comptoir :

« —Salut tout le monde !

— Salut François ! Alors t’as vu, notre présidente Marine parle à la télé ce soir.

— Ah, oui, Marine, c’est qui ça ? »

Depuis des mois, toutes les nuits il rêve de ça. Il va compter les jours jusqu’au mois de mai. Des entailles au couteau dans le bois de son bureau à l’Élysée. Avec l’Opinel. Ah, ne plus entendre la voix de Valls ! En fait ne cherchez pas, c’est ça qui l’a décidé. Ca et les joues molles d’Angela.

LÀ-BAS

L'équipe de Là-bas attend vos commentaires ci-dessous !

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre... Vos conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Rendez-vous le 25 avril pour un café repaire exceptionnel à Liffré en présence de membres de l’association France Palestine 35. Nous parlerons avec eux, évidemment, de la situation à Gaza et en Cisjordanie.

    Liffré

Dernières publis

Une sélection :

Un reportage de Dillah Teibi et Jonathan Duong La SNCF fête les 80 ans de sa nationalisation… sans les cheminots (ou presque) AbonnésVoir

Le

« Personne ne pense à privatiser la SNCF ! » C’est la ministre Élisabeth Borne qui nous l’affirme lors de ce joyeux anniversaire pour les 80 ans de la SNCF. Joyeux ? Heu, disons modérément pour les cheminots de la CGT et de SUD-Rail qui se sont invités un peu rudement à la fête ce lundi 12 mars dans un contexte de tensions, depuis les déclarations du Premier ministre Édouard Philippe contre le statut des cheminots et la remise du rapport Spinetta.

LÀ-BAS Hebdo n°53, avec Eva JOLY ILS ONT DES MILLIARDS, NOUS SOMMES DES MILLIONS ! Écouter

Le

Chaque année, ils nous volent 80 milliards. Les évadés fiscaux ne risquent rien ou presque. Pour les poursuivre en justice, il faut l’accord du ministère des Finances, le fameux « verrou de Bercy » qui ne s’ouvre pas souvent. Il faut voir dans cette justice de classe une victoire culturelle des possédants.
Avocate, députée européenne, ancienne juge d’instruction, EVA JOLY continue le combat contre l’impunité fiscale.

Connaissez-vous Louis « Studs » Terkel ? Lire

Le

Presque inconnu en France, Studs Terkel est sans doute le plus populaire des journalistes de radio aux États-Unis. Mort en 2008 à 96 ans, il laisse une œuvre considérable, des milliers d’émissions réalisées pendant 45 ans, de 1952 à 1997, sur une radio de Chicago, WFMT.

Un entretien de Daniel Mermet avec Serge Halimi Serge Halimi : quand la gauche essayait AbonnésÉcouter

Le

La gauche n’a pas été au pouvoir au total plus de dix ans au cours du 20ème siècle en France. Quatre fois en cent ans (1924, 1936, 1944, 1981) et chaque fois, au bout de deux ans, elle s’est enlisée. Pourquoi a-t-elle gouverné si peu, pourquoi a-t-elle déçu si vite ? Le réédition enfin du livre de Serge Halimi, Quand la gauche essayait. Les leçons du pouvoir. 1924, 1936, 1944, 1981, est un formidable trousseau de clefs pour sortir des cages dont nous avons nous-mêmes forgé les barreaux.