Qu’est-ce qui l’a décidé ?

La vérité sur la déclaration de François Hollande

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Personne ne comprend la joie de François Hollande depuis qu’il a annoncé qu’il ne serait pas candidat à sa succession à l’Élysée. Ah, le bonheur de sortir de tout ça ! Ah, ne plus entendre chaque jour la voix de Manuel Valls, ne plus sentir l’haleine de Gattaz, ne plus devoir embrasser les joues molles d’Angela Merkel, ne plus ramper devant les mafieux du CAC 40 et obéir aux crétins cyniques de Bruxelles, quelle joie !

Ne plus être obligé de se teindre les cheveux, de rentrer le ventre et de déjeuner avec Laurent Joffrin. Ah, se mettre à l’aquarelle ou à la viole de gambe, rester au lit jusqu’à midi, apprendre à se faire cuire un œuf, se balader en survêt, se mettre à la pétanque, s’occuper d’un ciné-club, ou alors partir en camionnette avec Julie vendre merguez et pizzas sur les marchés et sur les plages.

Oh, c’est pas les idées qui manquent. D’ailleurs il s’est déjà acheté un Opinel. Ce qu’il voudrait surtout, c’est découvrir la France enfin, découvrir le monde avec ses pieds. Son grand rêve, c’est de se faire accepter au bistrot du coin. Il se voit arriver au comptoir :

« —Salut tout le monde !

— Salut François ! Alors t’as vu, notre présidente Marine parle à la télé ce soir.

— Ah, oui, Marine, c’est qui ça ? »

Depuis des mois, toutes les nuits il rêve de ça. Il va compter les jours jusqu’au mois de mai. Des entailles au couteau dans le bois de son bureau à l’Élysée. Avec l’Opinel. Ah, ne plus entendre la voix de Valls ! En fait ne cherchez pas, c’est ça qui l’a décidé. Ca et les joues molles d’Angela.

LÀ-BAS

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Rendez-vous au Bathyscaphe avec ATTAC 17 pour un débat sur le thème Uber, ubérisation... Demain tous ubérisés ? mercredi 20 novembre. Venez nombreux !

  • Rendez-vous à L’Entre-temps avec ATTAC 35 pour un débat sur la privatisation d’ADP (Aéroports de Paris) le 11 décembre à 20h30 !

Dernières publis

Une sélection :

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Mythologie économique, avec l’économiste Éloi Laurent La croissance économique, un mythe à détruire AbonnésVoir

Le

« Nous devons œuvrer pour avoir plus de croissance, créer davantage d’emplois, et donc de mieux-être dans nos sociétés ». Voici résumée en une phrase, prononcée par Emmanuel Macron en ouverture du dernier sommet du G7 à Biarritz, toute la mythologie de la croissance économique : la croissance crée des emplois, et donc du bien-être dans la société ! Le drame se joue ici dans le « donc » : l’un, le bien-être, serait la conséquence de l’autre, la croissance. C’est le genre de fausses évidences que l’économiste Éloi Laurent met en pièces depuis quelques années.

COMMENT SORTIR DU CONSUMÉRISME ? Rencontre avec RAZMIG KEUCHEYAN Le capitalisme a besoin que nous ayons envie de ce dont nous n’avons pas besoin AbonnésVoir

Le

Un monde sans nuit. C’est notre monde. La nuit se meurt. La Ville Lumière et la fée électricité jadis nous ont enchanté mais aujourd’hui la pollution lumineuse détraque nos villes et nos vies. 60% des européens et 80% des américains ne peuvent plus voir la voie lactée. Un monde sans nuit s’ennuie. Qui est responsable ? Rencontre avec Razmig Keucheyan.