PREMIERS DE CORVÉE : SIX RENCONTRES DANS LE NEUF-TROIS (03/06)

Karri, 49 ans, caissière dans un Franprix à Saint-Denis

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
Les bourgeois et les artistes ont fui vers la campagne et la mer, tandis que dans le neuf-trois, les pompes funèbres sont débordées pour « excès de mortalité exceptionnel ». Le COVID-19 met partout à nu la violence des inégalités sociales. Aide-soignantes, livreurs, caissières, éboueurs, saisonniers, routiers sont applaudis en attendant une augmentation et une inversion de la hiérarchie des rôles et des salaires. Pourquoi pas ? Car de qui avons-nous besoin ?

Une infirmière ou un publicitaire ?
Une caissière ou un trader ?
Un éboueur ou un spécialiste de l’optimisation fiscale ?
Un ramasseur d’asperges ou un BHL ?
Une aide-soignante ou une reine d’Angleterre ?

En attendant votre réponse, voici six rencontres, six portraits, six tranches de vie, dans le neuf-trois là où, aujourd’hui, la mort frappe le plus fort.

(photo : Magali Bragard/LÀ-BAS SI J’Y SUIS)

03/06 : Karri, 49 ans, caissière dans un Franprix à Saint-Denis

« Bien sûr, je m’inquiète. Dans le magasin, j’entends la radio du matin au soir, avec les mauvaises nouvelles, donc je m’inquiète pour tout le monde, pour la familles de mes collègues, pour la famille de mon patron, pour la mienne. Mais il faut bien que je travaille. J’ai toujours été présente au poste. Je vois pas pourquoi je resterais à la maison maintenant. Franchement, je ne prends pas ça à la légère mais mon travail, il m’aide aussi à me changer les idées. Rester à la maison des jours et des jours en étant inquiète, ça serait encore pire. C’est une chance de travailler. Avec les autres caissières, on s’entraide en rigolant, on essaye de passer des bons moments ensemble, même si on travaille. Et puis les clients ont plus de respect depuis le coronavirus. Dans la file d’attente, les gens font pas de bruit, se bousculent pas les uns les autres, c’est nouveau ! Des gens nous disent des petits mots, des "bon courage", des "ça va aller". D’habitude, c’est juste "oui", "non", "au revoir" et c’est tout. Quelques personnes m’ont dit "c’est courageux d’être là", plutôt des clients de la matinée, ils sont plus calmes et plus tranquilles que les autres.

Quand j’ai entendu les gens applaudir le soir, je savais que c’était pour les hôpitaux mais je me suis demandé : "pourquoi pas pour nous aussi, les caissières ?". Si on n’était pas là, la nourriture, elle ne pourrait pas arriver chez les gens comme ça !

Au début, les gens ont acheté des pâtes mais ces derniers jours, ils font des stocks de tout ce qui est hygiène, sanitaires, mouchoirs, etc. Mais pour moi, le meilleur remède, c’est la prière. Dans mon cœur, je récite toujours un mantra parce que je suis indienne de l’île Maurice. Je récite aussi des mantras pour mon travail.

Depuis le début, ma responsable a pris ça très au sérieux et elle nous a trouvé des gants et des masques très vite. Ça m’a rassurée parce que je suis très maniaque, je fais très attention à l’hygiène. Nous, à l’île Maurice, depuis l’enfance, on sait qu’il faut se laver les mains à chaque fois, pour chaque chose, en rentrant à la maison, avant de manger, tout le temps. Avec de l’eau. C’est très important.

S’il m’arrive quelque chose, je préférerais être à l’île Maurice, il y a toute ma famille là-bas. Ici, je n’ai que mon mari. Il travaille lui aussi dans la boutique, mais on a chacun son travail, chacun son emploi du temps. Quand j’appelle ma famille, je ne sais pas quoi leur dire à propos de l’épidémie, ça reste dans l’estomac, ça ne peut pas sortir. Parfois j’ai l’impression que c’est la fin du monde, qu’on va se quitter comme ça, sans se revoir.

Hier, on a entendu à la radio qu’une caissière du Carrefour était partie. 52 ans, c’est triste. Je la connaissais, comme beaucoup de monde ici d’ailleurs. Souvent, je faisais mes courses là-bas quand j’avais ma matinée. Elle était très aimable, très gentille, très patiente avec tout le monde. Une cliente m’a dit ce matin qu’elle la connaissait et qu’elle l’aimait beaucoup, puis elle a rajouté qu’elle m’aimait aussi. D’habitude, on n’exprime pas ce genre de choses. Ça m’a fait chaud au cœur. Et ça donne du courage pour continuer à travailler.

Avant d’être caissière, j’ai été dans les hôtels. Quand j’ai eu mes papiers, j’ai aimé être caissière mais on espère toujours quelque chose de meilleur. Un bon métier. Un métier au chaud. Ici, il caille tout le temps ! Un métier dans les voyages, comme à l’aéroport, où on voit du beau monde. Caissière, c’est très fatigant, toujours speed, toujours dans le stress. Il ne faut pas faire d’erreur sur les tickets, de l’argent en plus, de l’argent en moins, tout peut arriver tout le temps. Toujours faire attention à l’argent, c’est très stressant.

J’espère que le virus finira rapidement. Après la peur, les gens, ils seront tellement contents de revivre une vie normale ! Ça sera comme une deuxième vie. J’espère pour tout le monde et pour moi aussi qu’ils seront plus respectueux les uns avec les autres… I hope so ! »

(photo : Magali Bragard/LÀ-BAS SI J’Y SUIS)

photos et propos recueillis par Magali Bragard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Sur notre site

À voir

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

Face à la deuxième vague, inquiétude et colère des soignants. REPORTAGE RADIO et TEXTE À L’APPUI HÔPITAL PUBLIC, RISQUE DE SATURATION. « Macron paralyse le pays parce que l’hôpital manque de lits » AbonnésÉcouter

Le

Risque de saturation, crainte d’impuissance. Face à la nouvelle vague de la pandémie, les soignants de l’hôpital public tiendront-ils une seconde fois ? C’est la grande inquiétude du pouvoir. Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, « on doit paralyser le pays parce que les hôpitaux manquent de lits. » Manque de lits, manque de personnels, la déprime gagne avec un sentiment de trahison. Pourtant, au printemps, la pandémie avait entraîné un soutien enthousiaste et une prise de conscience du désastre des politiques de santé appliquées depuis des années. Il y avait là un élan unanime pour changer radicalement de logiciel. L’opinion était prête.

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ? Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout Accès libreVoir

Le

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital. Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout sur des télés et dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale. Ce, qu’avec d’autres, nous dénonçons depuis trente ans. Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.