PREMIERS DE CORVÉE : SIX RENCONTRES DANS LE NEUF-TROIS (02/06)

Habib, 35 ans, employé de boulangerie à Pantin

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
Les bourgeois et les artistes ont fui vers la campagne et la mer, tandis que dans le neuf-trois, les pompes funèbres sont débordées pour « excès de mortalité exceptionnel ». Le COVID-19 met partout à nu la violence des inégalités sociales. Aide-soignantes, livreurs, caissières, éboueurs, saisonniers, routiers sont applaudis en attendant une augmentation et une inversion de la hiérarchie des rôles et des salaires. Pourquoi pas ? Car de qui avons-nous besoin ?

Une infirmière ou un publicitaire ?
Une caissière ou un trader ?
Un éboueur ou un spécialiste de l’optimisation fiscale ?
Un ramasseur d’asperges ou un BHL ?
Une aide-soignante ou une reine d’Angleterre ?

En attendant votre réponse, voici six rencontres, six portraits, six tranches de vie, dans le neuf-trois là où, aujourd’hui, la mort frappe le plus fort.

(photo : Magali Bragard/LÀ-BAS SI J’Y SUIS)

02/06 : Habib, 35 ans, employé de boulangerie à Pantin

« C’est très dur. Notre boulangerie est juste en face du RER et y’a plus personne qui passe. On a déjà perdu 80 % de notre chiffre. On était six à travailler, maintenant on n’est plus que quatre. Je me demande ce qui va se passer. Les boulangeries, on est obligé de rester ouvert. On peut pas fermer et avoir le chômage. D’habitude, on vend beaucoup de sandwiches, beaucoup de formules déjeuner aux gens qui travaillent dans le quartier, il y a des bureaux partout autour. Mais maintenant, on vend quasiment que du pain. Tous les bureaux ont fermé. Toutes les boutiques ont fermé. Y’a plus que nous d’ouvert. On reste ouvert mais on vend presque plus rien. Regardez les vitrines. D’habitude, c’est plein de gâteaux, de quiches, de salades, de flans. Là ,j’ai quoi ? Quatre ou cinq sandwiches, quelques tartes. Et même comme ça, on doit jeter tous les jours. C’est triste.

J’ai commencé ici en janvier, avant je faisais des chantiers. J’ai aucune idée de ce qui va se passer pour moi. On résiste, c’est tout. On n’a pas le choix. Je peux pas me permettre d’arrêter de travailler. Vraiment pas. Et pourtant, chaque jour, j’ai deux heures de transport. J’habite à Massy - Palaiseau. Ça fait loin. Je traverse tout Paris pour venir travailler. Dans le RER, je suis en contact avec des gens, je prends des risques. Je suis inquiet mais je sais pas comment je pourrais faire autrement. J’ai pas le choix.

Il y a quand même des gestes qui aident. Une cliente qui travaille dans une pharmacie m’a apporté une bouteille de gel. Y’en a d’autres qui nous disent "merci d’être là" ou "faites attention à vous". Ça me touche. À la boulangerie, on a des gants. Je me suis débrouillé pour trouver des masques. Mais le chiffre des morts qui augmente tous les jours, c’est dur.

Je me dis qu’on devrait fermer tous les commerces, confiner absolument tout le monde pendant trois semaines et ça pourrait arrêter l’épidémie. Mais là, il y a quand même des gens qui circulent, comme moi. Ça risque de durer beaucoup plus longtemps.

Bien sûr, on travaille pas dans un hôpital mais nous aussi, dans les boulangeries, on donne de nous pour aider les gens. Et je vais pas recevoir une prime pour ça. J’étais même pas au courant que le gouvernement a annoncé des primes. On n’en a pas parlé avec le patron. J’ai entendu ça à la télé, vite fait. Mais je pense que j’aurais rien…

Malgré tout, j’ai pas perdu le goût du travail, c’est le plus important. »

(photo : Magali Bragard/LÀ-BAS SI J’Y SUIS)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

DÉSENTUBAGE. Un démontage d’une émission de Tébéo-TébéSud Heureusement que tous les journalistes ne font pas comme Inès Léraud ! AbonnésVoir

Le

Depuis des années, Inès Léraud enquête sur les horreurs de l’agroalimentaire en Bretagne. Pas facile. Ce beau monde est très malin pour s’entourer de silences et de connivences. Il faut de l’entêtement et du temps. Pour être têtue, elle est têtue, Inès. On la connaît, c’est une ancienne modeste et géniale de Là-bas. Et pour avoir le temps, elle s’est installée pendant quatre ans dans un village au cœur de la Bretagne.

Rencontre avec l’archéologue britannique David Wengrow, qui publie une « nouvelle histoire de l’humanité » avec David Graeber Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? AbonnésÉcouter

Le

Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? C’est la promesse ambitieuse du dernier livre de David Graeber, Au commencement était… Une nouvelle histoire de l’humanité. Anthropologue et anarchiste britannique, David Graeber est connu aux États-Unis pour son engagement dans le mouvement Occupy Wall Street. En France, on se souvient de lui pour ses travaux sur l’histoire de la dette (Dette : 5 000 ans d’histoire), sur la bureaucratie (Bureaucratie, l’utopie des règles) et sur les boulots à la con (« bullshits jobs »). Avant de mourir d’une maladie en 2020, David Graeber avait eu le temps de terminer cette nouvelle histoire de l’humanité avec l’archéologue David Wengrow.

Première guerre mondiale : la mémoire des auditeurs de Là-bas. Un reportage de Thierry Scharf (2002) Les lettres de Craonne Accès libreÉcouter

Le

En novembre 1998, Là-bas si j’y suis avait proposé aux auditeurs une série d’émissions pour commémorer la 1ère Guerre mondiale et les centaines de milliers de sacrifiés de cette Grande boucherie. Quatre émissions qui ont beaucoup marqué les auditeurs, à la suite desquelles nous avions reçu des dizaines de témoignages, de lettres manuscrites, de messages sur le répondeur. Une avalanche de souvenirs que (...)