L’extrême droite tente de noyauter les ronds-points ?

Extrême droite, les « gilets jaunes » font le ménage, pas les médias !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

C’est une histoire qu’on entend depuis le début du soulèvement des « gilets jaunes » : ce mouvement populaire serait noyauté par l’extrême droite. Paris Match, qui affiche à sa Une un antisémite notoire [1], quelques banderoles complotistes photographiées [2], une poignée d’imbéciles qui font des « quenelles » devant le Sacré-Cœur en profanant le Chant des partisans [3], le cortège du Nouveau parti anticapitaliste attaqué par des nervis fachos [4], autant d’éléments montés en épingle par l’éditocratie pour repeindre le mouvement en explosion séditieuse, tantôt d’extrême droite, tantôt rouge-brune.

Qu’en est-il réellement ? Si la présence de quelques bas du front nationalistes, racistes ou complotistes est attestée, les reportages que nous produisons ou que nous pouvons lire ou entendre à droite et à gauche depuis douze semaines montrent une tout autre réalité. Par leurs revendications, les « gilets jaunes » ne cessent de produire des signifiants de gauche : hausse des salaires, hausse des retraites, démocratie directe, justice fiscale, services publics de qualité, etc.

Pour autant, les tentatives de noyautage des ronds-points par l’extrême droite ont bel et bien existé localement. Arrêtons-nous sur le cas d’un certain Jean-Claude Resnier, « figure » médiatique du mouvement, porte-parole revendiqué des « gilets jaunes » de plateau en plateau.

Alertés par les « gilets jaunes » de Rungis qui l’avaient expulsé de leurs rassemblements pour ses positions racistes, et alors qu’il devait participer à l’émission co-animée par Marlène Schiappa et Cyril Hanouna sur C8 dans le cadre du « grand débat national », nous avons simplement remonté le fil de ses réseaux sociaux pour situer ce porte-parole qui ne cessait de se prétendre « apolitique ». Un rapide coup d’œil donne le pedigree du bonhomme : injures racistes, menaces physiques, appel à tabasser des femmes voilées, et autres délicatesses. Il n’était pourtant pas du tout présenté ainsi par les médias qui l’invitaient à s’exprimer.

En juillet 2018, il traitait des femmes portant le voile intégral de « sales races de pute » et appelait à les « démonter à coup de batte de baseball »

En mai 2018, sous cette publication du sénateur Front national Stéphane Ravier, il suggère que tous les musulmans repartent au bled avec les mosquées.

Dans une autre publication de ce même Stéphane Ravier en mars 2018, concernant des migrants réfugiés à la basilique Saint-Denis, il parle de « renvoyer ces putains de makakes (sic) bouffer leurs bananes dans leur jungle ».

Sur une photo d’un jeune homme brandissant un drapeau de l’Algérie, il appelle à « tirer à vue ». Une plainte a été déposée par ceux qui nous ont alertés (copie du procès-verbal ci-dessous).

Tant qu’à faire, Jean-Claude fait aussi l’éloge du colonialisme et du lieutenant Jean-Marie Le Pen :

Et la liste des propos de ce goût, tenus par Jean-Claude Resnier, que nous avons recensés, est encore longue. Vous pouvez la consulter intégralement sur notre compte Twitter, si vous n’avez pas déjà la nausée.

Grillé et viré par le groupe des « gilets jaunes » de Rungis, il se réfugie à nouveau derrière l’apolitisme et l’« asyndicalisme ».

Un cas intéressant, que nous ne voulons pas, nous non plus, monter en épingle, mais qui en dit long sur la médiocrité du travail journalistique de ces chaînes qui proposent à longueur d’antenne des débats de plateaux plutôt que des reportages, et qui ne prennent même pas la peine de vérifier qui elles invitent. Au point qu’un type ouvertement raciste, rejeté par son groupe « gilets jaunes » visiblement plus vigilant que les rédactions, puisse être invité à s’entretenir à la télé avec une ministre, Marlène Schiappa, devant une audience jeune et populaire.

Après nos révélations, transmises à la production de Cyril Hanouna, Jean-Claude Resnier a été recalé du plateau, et relégué dans le public. Il n’a pas eu la parole au cours de l’émission.

Visiblement embarrassé par notre recension de ses propos abjects, il s’est fendu d’un message d’excuse (peu convaincant), sur son compte Facebook – compte qu’il a depuis « nettoyé ».

Voilà une histoire qui montre que l’infiltration des ronds-points par une minorité d’extrême droite est une réalité. Combien sont-ils ? Impossible à dire. Mais l’histoire démontre aussi, au moins dans ce cas, que lorsque ce genre de gros malin est repéré, il est viré par le groupe de « gilets jaunes ». Plus vite et plus fermement que des plateaux télés qui, par paresse ou incompétence, en ont fait une « figure ».

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Le repaire de St-Affrique vous invite pour une projection des 4 courts-métrages ’film du mois’ sur le Brésil diffusés sur Là-bas. Rendez-vous ce samedi 27 avril au Lieu-Dit, au 5 bis rue l’industrie. Entrée gratuite (évidemment) !

  • Notre prochain repaire aura lieu le lundi 6 mai. Les intervenants(es) seront des gilets jaunes du centre-Manche : St-Lô, Coutances et Carentan. Ils ont accepté notre invitation et nous les en remercions. Elles et ils pourront témoigner, expliquer leur démarche et répondre à nos questions. (...)

Dernières publis

Une sélection :

ÉPISODE #02 : une nouvelle enquête de nos deux stagiaires Manipulez-nous mieux : Gilets jaunes, au goulag ! AbonnésÉcouter

Le

Cette semaine, nos deux journalistes débutants ont chaussé leur équipement de terrain (casque, brassard-presse, déontologie et courage) pour arpenter les Champs-Élysées et la rue du Faubourg Saint-Honoré. Leur rédacteur en chef leur a passé commande d’un reportage délicat et hautement sensible. Leur angle : « Les Gilets Jaunes, les français comme les médias veulent que cela s’arrête… Vous êtes d’accord, hein ? »

Un entretien de Daniel MERMET avec Monique PINÇON CHARLOT PINÇON-CHARLOT : « LES RICHES AU TRIBUNAL » AbonnésVoir

Le

1995, c’était notre première émission avec les PINÇON-CHARLOT, il y a 23 ans ! Emissions, vidéos, films, livres, B.D, débats, à eux deux, depuis des années, dans les grandes émissions de télés comme dans un café-repaire de LA-BAS, ils donnent des outils pour démonter ce monde et en construire un autre à partir de leurs recherches sociologiques concentrées sur le monde de la bourgeoisie et de l’oligarchie. Démonter la domination des riches et de l’oligarchie, construire l’émancipation et l’égalité, avec une certitude, les mauvais jours finiront. Leur engagement et leur réussite est un formidable encouragement pour cette rentrée. Voilà leur dernier livre, une BD avec Etienne LECROART au dessin. « LES RICHES AU TRIBUNAL. L’affaire Cahuzac et L’évasion fiscale », qu’ils signeront à la tête de l’Humanité !

Un entretien de Daniel Mermet avec Monique Pinçon Charlot

Le premier reportage dessiné de LÀ-BAS ! (5 épisodes) 42 nuances de libéralisme AbonnésLire

Le

En fait, vois-tu, il y a des petits rayons de soleil, même dans les existences les plus mornes. Et c’est heureux.
Regarde par exemple : moi.
Voilà qu’en plein milieu d’une journée morose de chômeur, je reçois un courrier de Pôle. ”Pôle”, c’est Pôle Emploi. Comme on se côtoie depuis longtemps, je l’appelle maintenant par son prénom. Pôle, donc, m’écrit pour me proposer une formation en programmation (...)

GRAND DÉBAT ou GRAND DÉBARRAS ? MACRON INVITE LORDON : C’EST PAS DU BIDON ! AbonnésVoir

Le

« Foulards rouges » ou « gilets jaunes » : que choisir ? Place de la République, sous la pluie, les « foulards rouges » pro-Macron étaient exactement 29. Juste à côté, à la Bourse du travail, ils étaient 800 sur le thème « FIN DU DÉBAT, DÉBUT DU GRAND DÉBARRAS », pour préparer l’ACTE XVIII de ce samedi, avec, entre autres, un appel à LA GRÈVE GÉNÉRALE lancé par Jérôme RODRIGUES, et aussi Frédéric LORDON qui hésite à répondre à l’invitation d’Emmanuel MACRON. Pour vous aider à faire votre choix (en toute objectivité), voici notre reportage express.