Un texte à l’appui de Daniel Mermet

CHARLIE BOF ?

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Trois ans après, on oublie. Dimanche à Paris, seulement quelques dizaines place de la République. Samedi, quelques centaines de convaincus pour un meeting « Toujours Charlie ! » pour la défense de la laïcité contre l’islamisme, avec Manuel Valls en tête de gondole.

Oui, il fallait avoir envie. Même l’équipe actuelle de Charlie n’est pas venue. On est loin des plus de quatre millions dans la rue, le 11 janvier 2015, suite à l’attaque contre Charlie Hebdo le 7 janvier. Douze tués, dont huit membres de la rédaction. Puis c’est le meurtre d’une policière à Montrouge, le lendemain, et enfin une prise d’otages au magasin Hyper Cacher, où quatre personnes sont tuées.

On se souvient avec quelle obscénité, l’oligarchie mondiale s’était empressée d’exploiter les cadavres encore tièdes et l’émotion profonde d’une foule choquée et déboussolée.

Quatre millions dans la rue, mais pour quelles raisons ? Une résurgence du « sacré républicain », disait Régis Debray [1], devant cette foule, un « flash totalitaire », un « accès d’hystérie », disait Emmanuel Todd. Mais c’est la défense de la liberté d’expression qui faisait l’unanimité dans les médias.

Mais JE SUIS CHARLIE, était-ce bien le synonyme de cette liberté-là ? Car, attention, oui à la liberté d’expression, mais à condition d’être Charlie. Pour les autres, pas de liberté ! Et même ceux-là, il fallait les repérer, et les traiter. Sur France 2, chaîne du service public, la journaliste Nathalie Saint-Cricq, responsable du service politique, était très claire : « c’est justement ceux qui ne sont PAS Charlie qu’il faut repérer, ceux qui dans certains établissements scolaires ont refusé la minute de silence, ceux qui balancent sur les réseaux sociaux et ceux qui ne voient pas en quoi ce combat est le leur, et bien ce sont eux que nous devons repérer, traiter, intégrer ou réintégrer dans la communauté nationale » [2].

En somme, il nous fallait de toute urgence des camps de rééducation pour « ceux qui ne voient pas en quoi ce combat est le leur ». Mais quel est ce combat puisque ce n’est pas la liberté d’expression ? Il faut comprendre qu’il s’agit de la laïcité, dont depuis longtemps on connaît les enjeux et les masques. On aime à dire en principe que « la laïcité, ce n’est pas une opinion, c’est la liberté d’en avoir une », et on se plaît à remplacer le mot opinion par le mot religion. La laïcité est aussi convoquée dans la lutte contre l’emprise de la religion, de toutes les religions qui servent à asservir les peuples. Mais aujourd’hui, ici, un petit tour dans la fachosphère montre vite que la laïcité est utilisée comme un masque par l’extrême droite et par ceux qui luttent contre l’islam en France, amalgamé aux « islamistes » et à leurs complices, les « islamo-gauchistes ».

D’autres masques sont utilisés comme le droit des femmes ou la liberté d’expression. Sous ces déguisements vertueux s’avancent en rampant des revanches reptiliennes faites de tous les ressentiments qui fermentent depuis parfois des siècles dans les crânes et les cœurs. Et bien souvent à l’insu de ceux qui entendent « repérer et traiter » ces délinquants.

Après le passage de chaque ouragan, on assiste à des scènes de pillage. Des bandes en cagoule profitent du désastre pour piller et se servir. Il en est de même pour les massacres de janvier 2015. Plus ou moins bien masqués par la cagoule symbolique de la laïcité, des prédateurs viennent récupérer des morceaux de l’événement pour le reconstruire à leur façon, pour regarnir les rayons de leur fonds de commerce intellectuel, pour s’en servir de piège contre leur ennemi de classe, pour remonter à tout prix sur la scène politique dont ils ont été expulsés. Petit camelot des idées ou grand voleur de foules, chacun vient prendre son morceau de Charlie, jusqu’à l’émiettement, jusqu’à la poussière.

Le détournement de cadavres est vieux comme la mort. Mais concernant les amis de Charlie, s’il y a une vraie tristesse, elle est là, dans cette obscène dévoration des victimes par des asticots sans grâce, sans talent et sans rire.

Mais je m’en fous, j’ai gardé un dessin que Cabu m’a donné il y a vingt ans à la terrasse d’un jour d’avril, un dessin au pinceau fait sous mes yeux en rigolant, deux Japonaises qui passent dans une lumière de printemps.

Daniel Mermet

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Notes

[1Régis Debray, « Charlie et les autres », Médium n°43, avril-juin 2015

[2Nathalie Saint-Cricq, France 2, 12 janvier 2015

Voir aussi

LA MÉTHODE TODD [19 mai 2015]

Il y a un livre à écrire sur la réception de ce livre. Ceux-là mêmes qui se drapaient hier en défenseur du blasphème se sont déchaînés contre le blasphémateur. Depuis l’académicien Alain Finkielkraut qui perdait ses moyens de façon exceptionnellement burlesque en dénonçant l’auteur « qui chie sur la tête des lecteurs » jusqu’au premier ministre Manuel Valls fustigeant dans Le Monde « ces intellectuels qui ne croient plus à la France », les phares de la pensée française étaient unanimes, Todd a mis les pieds dans le plat en crachant dans la soupe.

Un entretien de Daniel Mermet avec Emmanuel Todd (mai 2015), à (re)voir ici : la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/la-methode-todd

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

Face à la deuxième vague, inquiétude et colère des soignants. REPORTAGE RADIO et TEXTE À L’APPUI HÔPITAL PUBLIC, RISQUE DE SATURATION. « Macron paralyse le pays parce que l’hôpital manque de lits » AbonnésÉcouter

Le

Risque de saturation, crainte d’impuissance. Face à la nouvelle vague de la pandémie, les soignants de l’hôpital public tiendront-ils une seconde fois ? C’est la grande inquiétude du pouvoir. Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, « on doit paralyser le pays parce que les hôpitaux manquent de lits. » Manque de lits, manque de personnels, la déprime gagne avec un sentiment de trahison. Pourtant, au printemps, la pandémie avait entraîné un soutien enthousiaste et une prise de conscience du désastre des politiques de santé appliquées depuis des années. Il y avait là un élan unanime pour changer radicalement de logiciel. L’opinion était prête.

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ? Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout Accès libreVoir

Le

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital. Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout sur des télés et dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale. Ce, qu’avec d’autres, nous dénonçons depuis trente ans. Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.