NOTRE-DAME DE PARIS, LA VRAIE

C’EST ELLE QUI A MIS LE FEU !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Les pompiers ne vous le diront pas, ni les enquêteurs, ni l’Élysée, ni Stéphane Bern, ni le clergé et encore moins le pape, mais tous savent bien qui est l’allumeuse. En voici la preuve.

Notre-Dame de Paris : C’EST ELLE QUI A MIS LE FEU !
par Là-bas si j'y suis

Bohémienne, autrement dit Romm. Aujourd’hui Esmeralda ferait l’objet d’une reconduite à la frontière par un quelconque Manuel Valls. Mais la « Gitane » avec sa danse « lascive et passionnée » a longtemps été la figure opposée à l’ordre bourgeois et puritain, la femme libre, la brune diablesse opposée à la vierge sage et fade. En 1956, c’est la sublime Gina Lolobrigida (toujours de ce monde) qui immortalisait Esmeralda, avec Anthony Quinn en Quasimodo auquel chaque garçon s’identifiait tel le ver de terre amoureux d’une étoile. Un film de Jean Delannoy avec un scénario de Jean Aurenche et Jacques Prévert d’après notre grand Victor. Ah Gina, je t’aurais donné tout mon royaume ! Aujourd’hui quelques fines tranches de mes impôts serviront à reconstruire le décor.

Daniel MERMET


C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

JAZZ ET TÊTE DE VEAU, une belle fête pour l’AN 01 de LÀ-BAS ! Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Nous étions plus de 200 au Lieu-Dit, jeudi pour le premier anniversaire de LA-BAS. Merci à toutes et tous pour le soutien, pour l’amitié, pour la fête, pour le jazz et pour la tête de veau. Merci à l’équipe du Lieu-dit ! Merci au Golden Jack Quintet, et Helmie Bellini et son Kongo Square. Dès vendredi matin (!), Jérôme Chelius vous a mis deux extraits de cette soirée pour régaler vos oreilles. Que du bon ! VIVA !

L’an 01 de Là-bas
[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.

À l’occasion de la sortie du film « La Sociale », retour sur l’histoire de la Sécu Ambroise Croizat, vive la Sécu !! Accès libreÉcouter

Le

En février 2011, notre reportage sur AMBROISE CROIZAT fut une redécouverte, et pour beaucoup une découverte, du père de la Sécurité Sociale. Chacun connaît une rue qui porte ce nom, un collège, une bibliothèque, mais qui était Ambroise CROIZAT ? C’est à lui, ministre communiste à la Libération, que l’on doit la Sécurité Sociale et les retraites.

Une superbe conquête inlassablement combattue par les partisans de la loi du profit. Reportage, février 2011 : François RUFFIN, avec Michel ÉTIÉVENT, auteur du livre Ambroise Croizat ou l’invention sociale (éditions GAP, 1999).