NDDL. C’est après la victoire que la bataille commence pour de bon ! Un reportage vidéo de Dillah Teibi et Kévin Accart

ZAD, évacuation en cours, comprendre les enjeux Abonnés

Le

2 500 gendarmes mobiles pour déloger les indésirables sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes [1]. Dix à quinze compagnies de CRS sont prévues à Nantes et à Rennes, devant les préfectures, en cas de manifs de soutien. Les avocats des habitants, qui viennent d’adresser un nouveau courrier au Premier ministre pour faire constater l’illégalité des expulsions, seront-ils enfin entendus ? Mais combien sont-ils, ces récalcitrants ? Une cinquantaine ? une centaine tout au plus ? Faut-il qu’ils soient redoutables pour justifier un tel déploiement de force. Voilà un bien gros marteau pour écraser de bien chétifs moustiques.

Et qui sont-ils d’ailleurs, ces radicaux ? Des zonards, des drogués, des parasites qui refusent tout dialogue ? Comment les repeindre ? De quelle couleur ? Que vont devenir ceux qui ont mené la bataille victorieuse, tous ces hirsutes qui depuis des années inventent d’autres façons de vivre, de produire, de lutter ? Comment les faire rentrer dans des polos Lacoste roses ? Et d’abord, quels sont leurs droits à rester sur ces terres alors que la puissante Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) entend gérer le gâteau et imposer comme partout ses méthodes de production intensives ? Et ceux qui avaient vendu, qui ont été indemnisés et qui en veulent encore ?

Le gouvernement entend régler au cas par cas, selon les situations et les projets individuels pour peu qu’ils soient agricoles. Six projets sont en voie d’officialisation, production de lait, maraîchage, boulangerie, brasserie, élevage de moutons et activités de plantes médicinales. Soit, mais les autres ? Beaucoup de zadistes militent pour une gestion collective des terres, « que la gestion de la terre soit à ceux qui l’ont défendue ». Après la victoire du Larzac en 1981, les 103 paysans ont créé une société coopérative (Société Civile Terres du Larzac) qui, depuis, leur permet de gérer collectivement les terres que l’État leur concède pour une longue durée renouvelable. La SCTL ne se limitait pas aux 103, mais aussi à un certain nombres d’autres projets agricoles « non productivistes » et pourvoyeurs d’emplois afin de favoriser la vie sociale sur le plateau. Il a fallu du temps pour que tout se mette en place.

« On est en plein choc des valeurs », dit Marcel Thébault, une des figures de la lutte. Bien sûr, dans tout ça, on peut voir des chicaneries, mais c’est bel et bien deux visions du monde qui s’affrontent entre les « institutionnels » et les « alternatifs », et cet affrontement dépasse Notre-Dame-des-Landes. À l’heure du réchauffement climatique et de la destruction acharnée de l’environnement, c’est un affrontement planétaire entre l’avidité mortelle du capitalisme face à la simple survie de ce monde. C’est la planète toute entière qui est la zone à défendre.

D.M.

Dillah Teibi et Kévin Accart sont retournés sur place.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Yannis Youlountas partage sa vie entre la Grèce, l’Espagne et la France, là où les hommes se battent pour sortir de l’impasse mortifère du capitalisme et du productivisme. Il plonge à la fois son regard et ses bras dans la rébellion active en témoignant, plume aux doigts ou caméra au poing de la façon (...)

  • Le transhumanisme veut améliorer les capacités humaines, qu’elles soient physiques ou mentales. Son ambition est de fabriquer un être humain supérieur, artificiel, voire immortel. Le modèle de l’homme devient la machine et celui du cerveau l’ordinateur. Le mouvement transhumaniste est sujet à de (...)

  • Pour ce café repraire d’Octobre à Vierzon, deux villageois de Tarnac viendront nous raconter leur histoire, et leur point de vue sur le traitement médiatique de l’affaire du groupe de "Tarnac". Venez nombreux

Dernières publis

Une sélection :

Mourir pour des idées, un mythe dépassé ? Deux entretiens de Daniel Mermet avec Arthur et Siyah « – Tu as tué ? – Oui, sans doute. » Témoignages exclusifs de combattants français contre Daech AbonnésÉcouter

Le

Djihadistes, islamistes, on a beaucoup parlé de ces Français radicalisés partis combattre aux côtés de Daech, mais beaucoup moins des autres, de ces volontaires français qui, au contraire, sont allés se battre contre Daech, contre l’État islamique, aux côtés des Kurdes du Rojava. Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Quel est cet anarcho-communo-féminisme dont ils se réclament ? Quel est ce Rojava pour lequel ils se disent prêts à mourir en martyr ? Écoutez les témoignages de deux d’entre eux, deux parcours, deux engagements, à l’heure où « mourir pour des idées » semble un mythe dépassé.

[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.

CONTRE L’ÉCOLOGIE DE MARCHÉ (RADIO 50’51) ANDRÉ GORZ, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Accès libreÉcouter

Le

« Une politique écologiste est une politique nécessairement anticapitaliste » Dés le début des années 70, André GORZ, le père spirituel de l’écologie politique, dénonçait la récupération de l’écologie par la puissance capitaliste. La COP21 a montré la totale domination des grandes entreprises sur les États. On dit merci à EDF, Exxon, BNP-Paris Bas, Chevron et tout leurs amis qui ont financé la conférence. Grâce à vous désormais les tigres ne mangeront que de la salade verte. Pour ceux qui en douteraient, nous vous proposons cette heure avec André GORZ (...)

Entretien, Daniel Mermet avec Christophe Fourel. (Archives de l’émission « À voix nue » (France Culture, Marie-France Azar, 1991).