NDDL. C’est après la victoire que la bataille commence pour de bon ! Un reportage vidéo de Dillah Teibi et Kévin Accart

ZAD, évacuation en cours, comprendre les enjeux Abonnés

Le

2 500 gendarmes mobiles pour déloger les indésirables sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes [1]. Dix à quinze compagnies de CRS sont prévues à Nantes et à Rennes, devant les préfectures, en cas de manifs de soutien. Les avocats des habitants, qui viennent d’adresser un nouveau courrier au Premier ministre pour faire constater l’illégalité des expulsions, seront-ils enfin entendus ? Mais combien sont-ils, ces récalcitrants ? Une cinquantaine ? une centaine tout au plus ? Faut-il qu’ils soient redoutables pour justifier un tel déploiement de force. Voilà un bien gros marteau pour écraser de bien chétifs moustiques.

Et qui sont-ils d’ailleurs, ces radicaux ? Des zonards, des drogués, des parasites qui refusent tout dialogue ? Comment les repeindre ? De quelle couleur ? Que vont devenir ceux qui ont mené la bataille victorieuse, tous ces hirsutes qui depuis des années inventent d’autres façons de vivre, de produire, de lutter ? Comment les faire rentrer dans des polos Lacoste roses ? Et d’abord, quels sont leurs droits à rester sur ces terres alors que la puissante Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) entend gérer le gâteau et imposer comme partout ses méthodes de production intensives ? Et ceux qui avaient vendu, qui ont été indemnisés et qui en veulent encore ?

Le gouvernement entend régler au cas par cas, selon les situations et les projets individuels pour peu qu’ils soient agricoles. Six projets sont en voie d’officialisation, production de lait, maraîchage, boulangerie, brasserie, élevage de moutons et activités de plantes médicinales. Soit, mais les autres ? Beaucoup de zadistes militent pour une gestion collective des terres, « que la gestion de la terre soit à ceux qui l’ont défendue ». Après la victoire du Larzac en 1981, les 103 paysans ont créé une société coopérative (Société Civile Terres du Larzac) qui, depuis, leur permet de gérer collectivement les terres que l’État leur concède pour une longue durée renouvelable. La SCTL ne se limitait pas aux 103, mais aussi à un certain nombres d’autres projets agricoles « non productivistes » et pourvoyeurs d’emplois afin de favoriser la vie sociale sur le plateau. Il a fallu du temps pour que tout se mette en place.

« On est en plein choc des valeurs », dit Marcel Thébault, une des figures de la lutte. Bien sûr, dans tout ça, on peut voir des chicaneries, mais c’est bel et bien deux visions du monde qui s’affrontent entre les « institutionnels » et les « alternatifs », et cet affrontement dépasse Notre-Dame-des-Landes. À l’heure du réchauffement climatique et de la destruction acharnée de l’environnement, c’est un affrontement planétaire entre l’avidité mortelle du capitalisme face à la simple survie de ce monde. C’est la planète toute entière qui est la zone à défendre.

D.M.

Dillah Teibi et Kévin Accart sont retournés sur place.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Même les ex-climato-sceptiques semblent avoir compris que nous allons droit dans le mur si rien ne change. La vie sur terre est réellement menacée et à court terme. Mais que faire ? Attendre que les politiques proposent des solutions... à petits pas ? Changer individuellement certaines de nos (...)

  • Mardi 4 décembre, notre prochain Café repaire vous invite à venir rencontrer le Collectif de Soutien aux Sans-Papiers ( CSSP 49 ). La soirée se déroulera au rythme des chansons humanistes de Renaud, interprétées par les voix partisanales du Cercle 49. Les fonds collectés aideront les demandeurs (...)

Dernières publis

Une sélection :

Monsieur Macron, prenez un quart d’heure pour recevoir Karima ! Un reportage de Gaylord Van Wymeersch Karima la Galère veut rencontrer Jupiter AbonnésÉcouter

Le

« Faire plus pour ceux qui ont moins. » C’est Macron qui a dit ça en présentant son « plan pauvreté ». Mais qui croit encore la com’ du président des riches, à part Karima ? Karima, c’est la galère, Karima, c’est la misère, mais son idée fixe, c’est de rencontrer Macron, rencontrer Jupiter. Depuis des années, elle lui écrit, elle téléphone à l’Élysée, c’est son combat. On la connait dans son quartier, on l’encourage. Nous aussi. C’est vrai, ça, Monsieur Macron, ça vous coûterait quoi de recevoir Karima ?

Psychiatrie. Reportage de Sophie Simonot au centre de jour Antonin Artaud de Reims Qui cache son fou, meurt sans voix AbonnésÉcouter

Le

La folie fait peur, la folie du fou, la folie de l’autre, mais aussi la folie du fou qu’on a en nous. En France, douze millions de personnes sont touchées chaque année par une maladie mentale. Un français sur cinq. Rien que la dépression affecte 2,5 millions d’entre nous. Or dans les hôpitaux, à Rouvray, à Amiens, comme ailleurs la machine gestionnaire a pris le pouvoir, la situation se dégrade autant pour les patients que pour les familles et les soignants. Jusqu’où ?

Un entretien de Daniel Mermet avec Claire Rodier et Catherine Wihtol de Wenden Claire Rodier : « La seule solution raisonnable, c’est l’ouverture des frontières » AbonnésLire

Le

Entre 2000 et 2016, les migrants ont dépensé 15 milliards d’euros pour passer. Dans le même temps, l’Europe a dépensé 13 milliards d’euros pour les empêcher de passer. Un gâchis énorme, des politiques absurdes qui profitent aux démagogues, des budgets et des énergies qui pourraient favoriser l’intégration au profit de tous. Prenez le temps de lire cet entretien de Daniel MERMET avec deux des meilleures spécialistes engagées depuis longtemps sur les politiques migratoires, Claire RODIER, cofondatrice du réseau Migreurop, juriste au Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigrés), et Catherine WIHTOL de WENDEN, directrice de recherche au CNRS, spécialiste des migrations internationales.