Meeting de Macron à La Défense. Qui sont les 30 000 supporters qui l’acclament ? [VIDÉO et PODCAST]

Vous reprendrez bien un peu de Macron ?

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Après Zemmour, Mélenchon et Roussel, nous voilà au meeting du président-candidat, Emmanuel Macron à La Défense Aréna, ce samedi 2 avril. Ambiance surchauffée, grand show à l’américaine, 30 000 spectateurs.

Symbole d’une fin assumée et revendiquée du clivage droite-gauche, les premiers rangs réunissaient Manuel Valls, premier ministre de François Hollande, et Jean-Pierre Raffarin, premier ministre de Jacques Chirac. Il y avait aussi Jean-Pierre Chevènement à proximité de Christian Estrosi, mais aussi Édouard Philippe et le gouvernement dans son ensemble.
Et autour, beaucoup d’électeurs aux éléments de langage bien appris par coeur.

Et le public ? Qui sont ces braves gens venus acclamer le président des riches ? Une bourgeoisie moyenne qui n’a pas envie que ça change ? Le ventre mou français avec sa peur des extrêmes ? Les pigeons d’une com’ permanente ? Oui, mais pas que...

Vous reprendrez bien un peu de Macron ?
par Là-bas si j'y suis

« NOS VIES VALENT PLUS QUE LEURS PROFITS »

Samedi dans son meeting, Macron a piqué le slogan d’Olivier Besancenot, qui date de 2002, sans citer sa source, évidemment. Mais voilà qui nous rappelle l’essentiel d’une manière éclatante. Les riches, dont il est le fondé de pouvoir, ne doivent pas seulement leur richesse à la sueur et au sang des autres mais aussi en leur volant leurs idées et leurs inventions. Ils n’exploitent pas seulement le corps des autres mais aussi leur âme, et ça dure depuis trop longtemps. Les riches ne produisent rien, ils sont stériles, ils usurpent tout. Il n’y a pas un mot de vrai dans le discours de Macron, pas une phrase qui ne soit creuse, pas une idée qui soit une idée. Sauf le slogan de Besancenot.

Macron a dit vrai. C’est un énorme lapsus. Un impensé mais qui dit tout. Macron le disait au sujet des Éhpad à but lucratif, mais inconsciemment, il voulait le dire pour tout le reste. Il sait de quoi il parle, Manu, le profit il a été programmé pour ça. Mais quand ses piles seront à plat et qu’il s’arrêtera comme le petit lapin Duracel on n’oubliera pas. Le réchauffement climatique, la guerre en Ukraine, nos neufs millions de pauvres en France, la vague de famine qui arrive sur le monde, tu l’as dit malgré toi Manu, le profit tue nos vies.

D.M.

Écouter l'émission version radio

[VIDÉO] Vous reprendrez bien un peu de Macron ?

journaliste : Dillah Teibi
image : Brendan Vinet
réalisation : Cécile Frey
son : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Comment ils ont inventé le chômage Le chômage tue 100 fois plus que le terrorisme AbonnésVoir

Le

En France, le terrorisme a fait 147 victimes en 2015, le chômage tue plus de 14 000 personnes chaque année. C’est ce que vient de confirmer le CESE (Conseil Économique Social et Environnemental) le 10 mai. Une information sortie sans grand tapage, comme une fatalité naturelle.
Voici une farce lucide et grinçante contre les inventeurs et les profiteurs du chômage jouée par des chômeurs, les Z’EN TROP.

« Il n’y a pas de grand remplacement » : un entretien avec Hervé Le Bras, démographe et historien Serons-nous encore français dans trente ans ? AbonnésVoir

Le

L’extrême droite d’aujourd’hui n’a rien inventé. Exploiter la peur de l’invasion est une vieille ficelle racoleuse qui fait vendre et qui fait du buzz mais aussi une ficelle qui a servi à pendre des « fruits étranges », ces « strange fruits » que chantaient Billie Holiday. Comment un tel fantasme qui ne repose sur aucune donnée statistique ou historique peut faire les choux-gras des candidats de droite et d’extrême droite, soutenus par au moins un tiers des électeurs selon des sondages ?

Trois réacs à la FIAC Accès libreÉcouter

Le , par L’équipe de Là-bas

Un vrai succès ! 40ème Foire Internationale d’Art Contemporain, 75 000 entrées en 5 jours, 15 000 V.I.P., 35 euros l’entrée. C’est formidable, ils sont ravis, ils sont contents, voilà un domaine qui ignore crise et récession.
Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet.
Avec Franck Lepage.

L’HUMA SI J’Y SUIS 2016 Jacques PRÉVERT : « Étranges étrangers », chanté par André MINVIELLE AbonnésÉcouter

Le

« Étranges étrangers ». En 1946, Jacques Prévert écrit ce texte qui sera publié en 1951, hommage fraternel aux exilés, colonisés, apatrides, résistants, expatriés, déportés pour « avoir défendu en souvenir de la vôtre, la liberté des autres ». Aujourd’hui, à l’heure où les portes se ferment André Minvielle reprend A cappella. Et le silence se fait.