Meeting de Macron à La Défense. Qui sont les 30 000 supporters qui l’acclament ? [VIDÉO et PODCAST]

Vous reprendrez bien un peu de Macron ?

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Après Zemmour, Mélenchon et Roussel, nous voilà au meeting du président-candidat, Emmanuel Macron à La Défense Aréna, ce samedi 2 avril. Ambiance surchauffée, grand show à l’américaine, 30 000 spectateurs.

Symbole d’une fin assumée et revendiquée du clivage droite-gauche, les premiers rangs réunissaient Manuel Valls, premier ministre de François Hollande, et Jean-Pierre Raffarin, premier ministre de Jacques Chirac. Il y avait aussi Jean-Pierre Chevènement à proximité de Christian Estrosi, mais aussi Édouard Philippe et le gouvernement dans son ensemble.
Et autour, beaucoup d’électeurs aux éléments de langage bien appris par coeur.

Et le public ? Qui sont ces braves gens venus acclamer le président des riches ? Une bourgeoisie moyenne qui n’a pas envie que ça change ? Le ventre mou français avec sa peur des extrêmes ? Les pigeons d’une com’ permanente ? Oui, mais pas que...

Vous reprendrez bien un peu de Macron ?
par Là-bas si j'y suis

« NOS VIES VALENT PLUS QUE LEURS PROFITS »

Samedi dans son meeting, Macron a piqué le slogan d’Olivier Besancenot, qui date de 2002, sans citer sa source, évidemment. Mais voilà qui nous rappelle l’essentiel d’une manière éclatante. Les riches, dont il est le fondé de pouvoir, ne doivent pas seulement leur richesse à la sueur et au sang des autres mais aussi en leur volant leurs idées et leurs inventions. Ils n’exploitent pas seulement le corps des autres mais aussi leur âme, et ça dure depuis trop longtemps. Les riches ne produisent rien, ils sont stériles, ils usurpent tout. Il n’y a pas un mot de vrai dans le discours de Macron, pas une phrase qui ne soit creuse, pas une idée qui soit une idée. Sauf le slogan de Besancenot.

Macron a dit vrai. C’est un énorme lapsus. Un impensé mais qui dit tout. Macron le disait au sujet des Éhpad à but lucratif, mais inconsciemment, il voulait le dire pour tout le reste. Il sait de quoi il parle, Manu, le profit il a été programmé pour ça. Mais quand ses piles seront à plat et qu’il s’arrêtera comme le petit lapin Duracel on n’oubliera pas. Le réchauffement climatique, la guerre en Ukraine, nos neufs millions de pauvres en France, la vague de famine qui arrive sur le monde, tu l’as dit malgré toi Manu, le profit tue nos vies.

D.M.

Écouter l'émission version radio

[VIDÉO] Vous reprendrez bien un peu de Macron ?

journaliste : Dillah Teibi
image : Brendan Vinet
réalisation : Cécile Frey
son : Sylvain Richard

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

« L’inceste, le dire et l’entendre » de Andréa Rawlins, sera diffusé le 26 septembre (Fance 3). Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Corinne Masiero et les Vaginites en concert pour Là-bas ! Accès libreVoir

Le

« L’inceste, le dire et l’entendre », le film d’Andrea Rawlins sera diffusé le 26 septembre à 23:10 sur FR3. Parmi les témoignages, celui de Corinne Masiero. Voilà un bon prétexte pour (re)voir la vidéo du concert de CORINNE MASIERO et LES VAGINITES du 28 mars pour la chaude (!) soirée de LÀ-BAS à la Flèche d’or.

Un album en images de la montée au mur des Fédérés Depuis 150 ans, comment a-t-on commémoré la Commune ? Accès libreVoir

Le

Chaque année, au temps des cerises, nous célébrons la Commune de Paris. Chaque époque a sa manière de commémorer : 1936, 1945, 1971, 2021… Des images qui en disent plus sur le présent que sur la Commune elle-même ! Des trotskystes aux libertaires, du communiste Maurice Thorez au socialiste Pierre Mauroy, des survivants des camps nazis aux francs-maçons, de l’Union des femmes françaises à Force ouvrière, voici quelques images au fil du temps pour dire : la Commune n’est pas morte !

Leon Redbone est mort « à 127 ans » Ne parlez pas de moi quand je serai parti Accès libreVoir

Le

Leon Redbone a poussé l’élégance jusqu’à permettre au journaliste du service « nécrologie » de profiter de son week-end. « Please don’t talk about me when I’m gone », avait-il chanté. Crooner anachronique, dandy énigmatique, un look à la Zappa et la moustache de Groucho (qui lui-même affirmait avoir emprunté sa moustache à sa femme de chambre). Impeccable prince sans rire, vendredi, Leon Redbone a fait cet élégant petit salut de la main en effleurant le bord de son panama. Le dernier. N’en parlons plus, donc. Mais écoutons. Leon laisse un merveilleux chef-d’œuvre de musique populaire, originale, belle et drôle. Qui peut résister à son Diddy Wa Diddie, son Shine on harvest moon ou son Champagne Charlie ? Chapeau !