Vous ne savez pas comment licencier ? Michel le fait pour vous Abonnés

1

Le

Wes Anderson, Fantastic Mr. Fox, États-Unis, 1h27, 2009

[EXTRAIT] Vous ne savez pas comment licencier ? Michel le fait pour vous [RADIO]

Comment faire pour que vos salariés se licencient eux-mêmes avec le sourire ? N’en rêvez plus, amis patrons, faites appel à un « redresseur d’entreprises », qui saura faire en sorte que votre petit personnel se licencie lui-même. Impossible ? Pas pour Michel Rességuier, manager d’entreprise et président du cabinet Prosphères, qui a déjà « sauvé » plus de 150 entreprises !

Ces managers experts en plans de « restructuration » optent souvent pour le « bottom-up », mais pour mieux s’adonner au « top-down ». Un patois qui vous échappe peut-être mais qui pourrait vous être bien utile un jour dans votre entreprise qui ne craint pas (encore) la crise.

« Top-down », c’est-à-dire de haut en bas : on décide en haut, et à la base on s’écrase. Système classique mais dont la base se méfie et qu’elle rejette.
Alors que « bottom-up », c’est de bas en haut, c’est la base qui est d’abord consultée, afin de « tirer profit d’une approche collaborative ». Le scénario est simple. On présente l’entreprise comme étant en grande difficulté, avec plan social en perspective. Pour la sauver et sauver les emplois, il faut faire des économies. On demande aux salariés quelles sont leurs meilleures idées et on ne garde que les propositions qui vont entraîner des suppressions d’effectifs, ce qui est le but de l’opération exigé par l’actionnaire. Ainsi, croyant bien faire, les salariés sont amenés à détruire leurs propres emplois. Pas mal, non ?

C’est ce qui est arrivé dans une entreprise comme Pimkie. Voilà le métier de Michel Rességuier, fondateur du cabinet de redressement Prosphères. Un tueur qui fait le sale boulot ? Bien sur, il ne présente pas les choses comme ça. Il est un "redresseur d’entreprise", un genre de sauveur. Comme les dix-huit salariés de son cabinet, il intervient à la demande d’un actionnaire ou d’un redresseur judiciaire, et touche entre 15 et 20 % de plus que le patron dont il prend la place, soit en moyenne 40 000 euros par mois [1]. Oui c’est beaucoup. Mais c’est tellement mérité !

Le cabinet de Michel Rességuier s’est chargé du « redressement » d’environ 150 entreprises, dont le groupe Primavista, Agatha, JCB, Daxon, Bolloré Thin Papers ou encore Pimkie, une marque de prêt-à-porter, qui appartient à la famille Mulliez (groupe Auchan, 5ème fortune française avec 38 milliards d’euros). En janvier 2018 donc, les salariés de Pimkie apprennent que 208 postes seront supprimés et 37 magasins fermés. Puis ils voient débarquer le dynamique Michel Rességuier, redresseur sauveteur…

Programmation musicale :
- Anaïs : DRH
- Arnaud Cathrine et Florent Marchet : La Chanson du DRH

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour notre réunion de ce lundi 28, le repaire de Bennecourt vous propose de visionner le film "J’veux du soleil !"de François Ruffin, la projection débuterait vers 19h (pétant...) pour se finir vers 20h20. Suivra le repas qui sera aussi l’occasion de se retrouver et débattre autour de la séquence (...)

Dernières publis

Une sélection :

La société ingouvernable. Un entretien de Daniel Mermet avec le philosophe Grégoire Chamayou Quand le pouvoir a eu peur que nous n’ayons plus peur AbonnésVoir

Le

Tout le monde conteste tout, la société est ingouvernable. L’État providence protège, le plein emploi fait refluer l’angoisse du licenciement, et les syndicats sont puissants. En somme, « ils n’ont plus peur ».
Ainsi fut vécu le début des années 1970 par le pouvoir et le monde des affaires, gagnés par la panique. C’est contre cette insoumission générale qu’une puissante contre-offensive néolibérale s’est (...)

11 septembre 1973, date de naissance du néolibéralisme au Chili AbonnésVoir

Le

Onze septembre 1973, coup d’État au Chili. Un coup d’État qui met fin aux réformes économiques et sociales menées par le président Salvador Allende, démocratiquement élu trois ans plus tôt. Qui voulait la peau de Salvador Allende ? La droite chilienne évidemment, mais aussi les États-Unis : Nixon ne pouvait tolérer que l’expérience socialiste chilienne puisse réussir et faire école. Le dernier film de Nanni Moretti s’appelle Santiago, Italia. Petit pas de côté pour le cinéaste italien, qui signe un documentaire. Il donne la parole à ces militants chiliens qui ont accompagné la victoire d’Allende. Et qui se sont réfugiés, après le 11 septembre, à l’ambassade d’Italie à Santiago.

Une nouvelle série de reportages en 18 épisodes À qui voulez-vous casser la gueule ? [L’INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Bien sûr, on est contre la violence, bien sûr, la violence, c’est pas bien. Pourtant, les « gilets jaunes » ont montré qu’en politique, il ne restait guère que la violence pour se faire entendre et malgré ça, les Français continuent de les soutenir. Et vous, à qui voudriez-vous casser la gueule ? Macron, bien sûr ! Mais sinon ? Votre chef, votre mari, votre prof ou qui encore ?

PERQUISITION, ASSIGNATION, ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE AbonnésÉcouter

Le

3 021 perquisitions en deux mois. Résultat ? Nul. À peine quatre procédures antiterroristes au total. Même les policiers dénoncent l’inefficacité et les dérives de l’état d’urgence. De même les assignations à résidence, 385 en deux mois. Quel résultat ? Suspicion, discrimination, islamophobie, les témoignages foisonnent. Une répression inefficace qui risque au contraire de radicaliser. Et qui sont ces perquisitionnés et ces assignés ?

ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE, un reportage radio d’Anaëlle Verzaux [45:55]