Vous ne savez pas comment licencier ? Michel le fait pour vous Abonnés

1

Le

Wes Anderson, Fantastic Mr. Fox, États-Unis, 1h27, 2009

[EXTRAIT] Vous ne savez pas comment licencier ? Michel le fait pour vous [RADIO]

Comment faire pour que vos salariés se licencient eux-mêmes avec le sourire ? N’en rêvez plus, amis patrons, faites appel à un « redresseur d’entreprises », qui saura faire en sorte que votre petit personnel se licencie lui-même. Impossible ? Pas pour Michel Rességuier, manager d’entreprise et président du cabinet Prosphères, qui a déjà « sauvé » plus de 150 entreprises !

Ces managers experts en plans de « restructuration » optent souvent pour le « bottom-up », mais pour mieux s’adonner au « top-down ». Un patois qui vous échappe peut-être mais qui pourrait vous être bien utile un jour dans votre entreprise qui ne craint pas (encore) la crise.

« Top-down », c’est-à-dire de haut en bas : on décide en haut, et à la base on s’écrase. Système classique mais dont la base se méfie et qu’elle rejette.
Alors que « bottom-up », c’est de bas en haut, c’est la base qui est d’abord consultée, afin de « tirer profit d’une approche collaborative ». Le scénario est simple. On présente l’entreprise comme étant en grande difficulté, avec plan social en perspective. Pour la sauver et sauver les emplois, il faut faire des économies. On demande aux salariés quelles sont leurs meilleures idées et on ne garde que les propositions qui vont entraîner des suppressions d’effectifs, ce qui est le but de l’opération exigé par l’actionnaire. Ainsi, croyant bien faire, les salariés sont amenés à détruire leurs propres emplois. Pas mal, non ?

C’est ce qui est arrivé dans une entreprise comme Pimkie. Voilà le métier de Michel Rességuier, fondateur du cabinet de redressement Prosphères. Un tueur qui fait le sale boulot ? Bien sur, il ne présente pas les choses comme ça. Il est un "redresseur d’entreprise", un genre de sauveur. Comme les dix-huit salariés de son cabinet, il intervient à la demande d’un actionnaire ou d’un redresseur judiciaire, et touche entre 15 et 20 % de plus que le patron dont il prend la place, soit en moyenne 40 000 euros par mois [1]. Oui c’est beaucoup. Mais c’est tellement mérité !

Le cabinet de Michel Rességuier s’est chargé du « redressement » d’environ 150 entreprises, dont le groupe Primavista, Agatha, JCB, Daxon, Bolloré Thin Papers ou encore Pimkie, une marque de prêt-à-porter, qui appartient à la famille Mulliez (groupe Auchan, 5ème fortune française avec 38 milliards d’euros). En janvier 2018 donc, les salariés de Pimkie apprennent que 208 postes seront supprimés et 37 magasins fermés. Puis ils voient débarquer le dynamique Michel Rességuier, redresseur sauveteur…

Programmation musicale :
- Anaïs : DRH
- Arnaud Cathrine et Florent Marchet : La Chanson du DRH

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

C’est l’été ! L’occasion de redécouvrir cette série de podcasts de Sophie Simonot Qu’est-ce qui a provoqué vos premiers désirs amoureux ? [INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Nos visages ne sont que des masques et notre apparence est un déguisement. La vérité, c’est les idées que nous avons derrière la tête mais nous les ignorons. Et pas seulement derrière la tête. Voilà ce qui intéresse Sophie, vous faire mettre des mots sur votre essentiel avec des questions faussement simples et vous étonner vous-mêmes. Et étonner chacun. Exemple : tout le monde se souvient de sa première fois. Mais avant la première fois, qu’est-ce qu’il y avait ?

Face à la deuxième vague, inquiétude et colère des soignants. REPORTAGE RADIO et TEXTE À L’APPUI HÔPITAL PUBLIC, RISQUE DE SATURATION. « Macron paralyse le pays parce que l’hôpital manque de lits » AbonnésÉcouter

Le

Risque de saturation, crainte d’impuissance. Face à la nouvelle vague de la pandémie, les soignants de l’hôpital public tiendront-ils une seconde fois ? C’est la grande inquiétude du pouvoir. Pour l’urgentiste Patrick Pelloux, « on doit paralyser le pays parce que les hôpitaux manquent de lits. » Manque de lits, manque de personnels, la déprime gagne avec un sentiment de trahison. Pourtant, au printemps, la pandémie avait entraîné un soutien enthousiaste et une prise de conscience du désastre des politiques de santé appliquées depuis des années. Il y avait là un élan unanime pour changer radicalement de logiciel. L’opinion était prête.

Pourquoi nous manquons d’infirmières dans les hôpitaux aujourd’hui ? Il y a cinq ans, l’hôpital était déjà à bout Accès libreVoir

Le

Il y a cinq ans, la lettre d’une infirmière nous avait tous bouleversés. Clémentine disait à Martin Hirsch pourquoi elle démissionnait. Un incident insignifiant dans la casse globale de l’hôpital. Sauf que cette vidéo a été vue des centaines de milliers de fois, Clémentine a été invitée partout sur des télés et dans les médias. Le sujet n’était pas nouveau. La destruction systématique du secteur public dure depuis bientôt 40 ans, en application de l’idéologie néo-libérale. Ce, qu’avec d’autres, nous dénonçons depuis trente ans. Si la crise monstrueuse que nous subissons aujourd’hui entraîne des réponses difficiles, une grande partie des dysfonctionnements mortels qui se multiplient sont le résultat direct de cette idéologie criminelle.

« Les idées qui traînent dans l’air » Naomi Klein : le coronavirus du capitalisme Accès libreVoir

Le

La crise est-elle une opportunité pour le capitalisme ? Va-t-il appliquer sa stratégie du choc pour nous faire avaler des choses qui nous semblaient impossibles il y a un mois ? Tout dépend des idées qui traînent dans le fond de l’air et de celles qui s’imposeront. Et justement, il y a, dans l’air, des idées qui pourraient nous être favorables.