Retour en Afghanistan (2006). Qui sont les talibans ? Radio. PODCAST

UNE HEURE AVEC UN DIABLE TALIBAN

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

En 2006, Daniel Mermet rencontrait à Kaboul l’ancien ambassadeur des talibans au Pakistan, Abdul Salam Zaeef, après sa libération du camp de Guantanamo

[RADIO] Une heure avec un diable taliban [1er novembre 2006]

En attendant que BHL ramène la démocratie et la liberté en Afghanistan, les talibans fêtent leur victoire à bord des engins militaires abandonnés par l’armée américaine dans sa fuite éperdue. Une victoire qui est tout sauf une surprise. En 2006, on annonçait déjà le retour des talibans. À Kaboul, nous avions rencontré l’ancien ambassadeur des talibans au Pakistan, Abdul Salam Zaeef, récemment libéré de Guantánamo. Une occasion de comprendre qui sont ces diaboliques talibans, complétée par les explications du politologue Olivier Roy.

Dans leur immense misère, une majorité d’Afghans préféraient la peste talibane au choléra Otan. Un rejet qui s’est amplifié depuis. Non pas qu’ils approuvent vraiment l’obscurantisme des turbans noirs, mais c’est qu’ils rejettent l’occupation des Américains et de leurs alliés depuis vingt ans. Ainsi, avec à peine 70 000 combattants contre une armée de 300 000 hommes, les talibans ont pris le pouvoir en très peu de temps. Une fragile victoire cependant, puisque la branche afghane de Daech conteste leur pouvoir avec des attentats-suicides comme celui du 26 août, qui a fait une centaine de victimes, dont des talibans et des soldats américains.

La victoire des talibans est d’abord une énorme défaite des États-Unis et de ses alliés. Selon l’ONU, plus de 160 000 afghans ont été tués, ainsi que 2 400 soldats américains. Une guerre (disons plutôt une défaite) qui a coûté 2 000 milliards de dollars. Selon Le Canard enchaîné (25 août 2021), un récent calcul du Pentagone indique que les guerres antiterroristes menées par les États-Unis en Afghanistan, Irak, Syrie, Somalie et Libye ont déjà coûté 6 400 milliards de dollars. Mais que voulez-vous, l’armée américaine, c’est 1 million et demi de personnes. Il faut bien quelques guerres par-ci par-là pour justifier leur activité et leur budget : 700 milliards de dollars. Sans compter l’énorme complexe militaro-industriel américain qui fait des merveilles. De ce point de vue, si les États-Unis encaissent une cinglante défaite militaire et politique, par contre les marchands de canon se frottent les mains. Et c’est bien ça le principal, non ?

D.M.

Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet diffusé la première fois sur France Inter le 1er novembre 2006.

reportage : Daniel Mermet et Giv Anquetil
réalisation : Yann Chouquet et Khỏi Nguyen
traduction : Ehsan Mehrangais

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

DÉSENTUBAGE. Un démontage d’une émission de Tébéo-TébéSud Heureusement que tous les journalistes ne font pas comme Inès Léraud ! AbonnésVoir

Le

Depuis des années, Inès Léraud enquête sur les horreurs de l’agroalimentaire en Bretagne. Pas facile. Ce beau monde est très malin pour s’entourer de silences et de connivences. Il faut de l’entêtement et du temps. Pour être têtue, elle est têtue, Inès. On la connaît, c’est une ancienne modeste et géniale de Là-bas. Et pour avoir le temps, elle s’est installée pendant quatre ans dans un village au cœur de la Bretagne.

Rencontre avec l’archéologue britannique David Wengrow, qui publie une « nouvelle histoire de l’humanité » avec David Graeber Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? AbonnésÉcouter

Le

Et si l’histoire de l’humanité n’était pas celle que vous croyiez ? C’est la promesse ambitieuse du dernier livre de David Graeber, Au commencement était… Une nouvelle histoire de l’humanité. Anthropologue et anarchiste britannique, David Graeber est connu aux États-Unis pour son engagement dans le mouvement Occupy Wall Street. En France, on se souvient de lui pour ses travaux sur l’histoire de la dette (Dette : 5 000 ans d’histoire), sur la bureaucratie (Bureaucratie, l’utopie des règles) et sur les boulots à la con (« bullshits jobs »). Avant de mourir d’une maladie en 2020, David Graeber avait eu le temps de terminer cette nouvelle histoire de l’humanité avec l’archéologue David Wengrow.

Première guerre mondiale : la mémoire des auditeurs de Là-bas. Un reportage de Thierry Scharf (2002) Les lettres de Craonne Accès libreÉcouter

Le

En novembre 1998, Là-bas si j’y suis avait proposé aux auditeurs une série d’émissions pour commémorer la 1ère Guerre mondiale et les centaines de milliers de sacrifiés de cette Grande boucherie. Quatre émissions qui ont beaucoup marqué les auditeurs, à la suite desquelles nous avions reçu des dizaines de témoignages, de lettres manuscrites, de messages sur le répondeur. Une avalanche de souvenirs que (...)