Retour en Afghanistan (2006). Qui sont les talibans ? Radio. PODCAST

UNE HEURE AVEC UN DIABLE TALIBAN

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

En 2006, Daniel Mermet rencontrait à Kaboul l’ancien ambassadeur des talibans au Pakistan, Abdul Salam Zaeef, après sa libération du camp de Guantanamo

[RADIO] Une heure avec un diable taliban [1er novembre 2006]

En attendant que BHL ramène la démocratie et la liberté en Afghanistan, les talibans fêtent leur victoire à bord des engins militaires abandonnés par l’armée américaine dans sa fuite éperdue. Une victoire qui est tout sauf une surprise. En 2006, on annonçait déjà le retour des talibans. À Kaboul, nous avions rencontré l’ancien ambassadeur des talibans au Pakistan, Abdul Salam Zaeef, récemment libéré de Guantánamo. Une occasion de comprendre qui sont ces diaboliques talibans, complétée par les explications du politologue Olivier Roy.

Dans leur immense misère, une majorité d’Afghans préféraient la peste talibane au choléra Otan. Un rejet qui s’est amplifié depuis. Non pas qu’ils approuvent vraiment l’obscurantisme des turbans noirs, mais c’est qu’ils rejettent l’occupation des Américains et de leurs alliés depuis vingt ans. Ainsi, avec à peine 70 000 combattants contre une armée de 300 000 hommes, les talibans ont pris le pouvoir en très peu de temps. Une fragile victoire cependant, puisque la branche afghane de Daech conteste leur pouvoir avec des attentats-suicides comme celui du 26 août, qui a fait une centaine de victimes, dont des talibans et des soldats américains.

La victoire des talibans est d’abord une énorme défaite des États-Unis et de ses alliés. Selon l’ONU, plus de 160 000 afghans ont été tués, ainsi que 2 400 soldats américains. Une guerre (disons plutôt une défaite) qui a coûté 2 000 milliards de dollars. Selon Le Canard enchaîné (25 août 2021), un récent calcul du Pentagone indique que les guerres antiterroristes menées par les États-Unis en Afghanistan, Irak, Syrie, Somalie et Libye ont déjà coûté 6 400 milliards de dollars. Mais que voulez-vous, l’armée américaine, c’est 1 million et demi de personnes. Il faut bien quelques guerres par-ci par-là pour justifier leur activité et leur budget : 700 milliards de dollars. Sans compter l’énorme complexe militaro-industriel américain qui fait des merveilles. De ce point de vue, si les États-Unis encaissent une cinglante défaite militaire et politique, par contre les marchands de canon se frottent les mains. Et c’est bien ça le principal, non ?

D.M.

Un reportage de Giv Anquetil et Daniel Mermet diffusé la première fois sur France Inter le 1er novembre 2006.

reportage : Daniel Mermet et Giv Anquetil
réalisation : Yann Chouquet et Khỏi Nguyen
traduction : Ehsan Mehrangais

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Hommage à François Hadji-Lazaro qui a dévissé son billard en 2023 Quand Hadji-Lazaro « détextait » Topor AbonnésÉcouter

Le

Le garçon boucher de la rue des Martyrs nous a fait faux bond, mais on l’a retrouvé en train de chanter Roland Topor. Voilà de quoi remonter la pente jusqu’à plus soif, suffit de remettre au début quand c’est la fin. Un bon voyage et un grand merci François Hadji-Lazaro, tu peux nous croire, on t’oubliera pas de sitôt.

Toute l’équipe de Là-bas

Ni Poutine, ni OTAN : pourquoi la gauche est inaudible sur la guerre en Ukraine AbonnésÉcouter

Le

Peut-on mettre en question l’engagement de la France contre la Russie sans être accusé de faire « le jeu de Poutine » ? Il semblerait que ce soit compliqué tant, depuis neuf mois, tout ce qui ne consiste pas à condamner Poutine ou la Russie semble suspect. Par exemple, pour le chroniqueur d’Europe 1 Philippe Val, ce sont les grèves des salariés français pour l’amélioration de leur pouvoir d’achat, soutenus par la CGT, qui font « le jeu de Poutine » : « si la situation de la France est la conséquence des sanctions et des rudes sacrifices que nous consentons pour défendre la liberté en Europe, choisir ce moment pour paralyser l’économie du pays en appelant à la grève générale, n’est-ce pas se déclarer allié objectif de Poutine ? Le combat syndical ne doit-il pas s’arrêter où commence l’intelligence avec l’ennemi ? »