Rencontre avec André Pochon (93 ans), militant de l’agriculture paysanne (PODCAST|33’40)

Une autre agriculture est possible : l’expérience d’André Pochon

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Agriculture paysanne, c’est possible et ça marche 


Écouter le reportage :

[RADIO] Une autre agriculture est possible. L’expérience d’André Pochon
Son combat, le combat de toute sa vie, c’est l’agriculture paysanne, une agriculture qu’il pratique et qu’il défend depuis des années de façon probante. Il n’est pas le seul, depuis longtemps des alternatives existent mais sont toujours repoussées à la marge. Sauf qu’il y a urgence. Un reportage de Jean-Michel Dumay avec André Pochon (27 mai 2016).
Là-bas si j’y suis

Des fermes de plus en plus grandes et de moins en moins nombreuses. C’est l’agrobusiness qui l’emporte sur l’agroécologie. On peut le regretter mais c’est le choix qui s’est imposé, que voulez-vous, il faut vivre avec son temps.

Et voilà. L’astuce est très simple :
1. Faire croire qu’il y a un choix
2. Faire croire qu’il s’est imposé

1. Faire croire qu’il y a un choix entre les indiscutables dégâts sur la santé humaine et sur la biodiversité, d’une part, et, d’autre part, une agriculture respectueuse de la vie. Que choisir en clair : la mort ou la vie ? Question superflue puisque c’est « le choix qui s’est imposé ».

2. « Choix imposé », mais par qui et par quoi ? Lobbies, médias, scientifiques de plateaux et de réseaux, camelots politiciens... Le système est bien connu.

Alors on a perdu ? Non, bien sûr. Mais pour se donner des chances de faire dérailler la machine il faut se demander comment on en est arrivé là.

De la roue à la machine à vapeur, de l’imprimerie aux vaccins, les vraies révolutions viennent de la technologie. Aux humains d’inventer la vie qui va avec. À nous de chevaucher ces grands bouleversements. On galope jusqu’au sommet, ou bien on se fout la gueule dans le mur, ça dépend. Les plus importantes de ces révolutions ne sont pas toujours en tête dans la mémoire collective. Les engrais chimiques, par exemple. Ce fut pourtant un bouleversement planétaire dans l’agriculture mondiale dans les années d’après-guerre. Des effets incalculables, des peuples vont sortir de la famine, des fortunes vont se bâtir, l’histoire redistribue les cartes et les redessine dans le même geste. Les effets négatifs ? On ne les voit pas, on ne veut pas les voir. Devant la balance avantages/risques, on ferme les yeux car il s’agit de l’essentiel : nourrir l’humanité.

En France, le monde paysan, avec ses rites identiques depuis Virgile, disparaît en quelques années. C’est le tracteur, c’est le remembrement, c’est des rendements sans précédent. Dans une novlangue qui explose, un mot écrit au néon clignote sur le siècle : « moderne ».

Il y a plusieurs raisons à ce bouleversement, mais la cause principale c’est l’apparition de ces engrais chimiques. Adieu tous les savoirs, les manières de faire et de voir qui se transmettaient, adieu les secrets et tous les dieux des petits riens. Mais aussi quelle libération ! Adieu l’énorme tas de fumier devant la ferme, finis les tonneaux de purin pour éradiquer une touffe de chiendent. Grâce à la potion magique, en France, on est en Amérique.

Sauf que…

Vous connaissez la suite. Et vous connaissez le résultat. Les dégâts sont énormes. Santé humaine, environnement, biodiversité. La potion magique est un poison magique. D’abord quelques voix contestent, mais on s’en fout, on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. Mais quand même, peu à peu, il faut se rendre à l’évidence, les dégâts sont considérables et c’est les enfants qui passent à la caisse.

Et alors ?

Alors sans surprise, selon sa bonne vieille méthode, le pouvoir va tout changer afin que rien ne change. On organise des « grands débats » qui ne servent scrupuleusement à rien. À Marseille en avril 2022, Emmanuel Macron affirme : « ce quinquennat sera écologique ou ne sera pas ».

En décembre 2023, alors que plus de 80 % de l’opinion est favorable à la mobilisation des agriculteurs en colère, Macron, Attal et la FNSEA ont réussi à rendre responsable « l’écologie punitive » et à « mettre en pause » des programmes, pourtant bien modestes, mis en place par son gouvernement contre le désastre. On fustige ces écolos fanatiques et ces terroristes des Soulèvements de la Terre. « On est chez nous ! » hurle la Coordination rurale, qui verrait bien Marine à l’Élysée ou Zemmour, pas mal non plus. Partout l’extrême droite en Europe est aux avant-postes pour transformer la colère des agriculteurs en colère électorale.

Alors, tout est foutu ?

Mais non, bien sûr, car contre tous ces escrocs et ces gros méchants, nous avons notre héros : DÉDÉ POCHON !

C’est lui que nous retrouvons aujourd’hui dans ce reportage de Jean-Michel DUMAY de 2016. « Dédé » allait alors sur ses 85 ans. Aux dernières nouvelles, il se porte parfaitement bien. Son combat, le combat de toute sa vie, c’est l’AGRICULTURE PAYSANNE, une agriculture qu’il pratique et qu’il défend depuis des années de façon probante. Il n’est pas le seul, depuis longtemps des alternatives existent mais sont toujours repoussées à la marge. Sauf qu’il y a urgence.

Et la même question revient : pour nourrir l’humanité, l’agriculture sans pesticide est-elle possible ? La réponse est oui. Oui, c’est possible. Car on vous l’a dit mille fois : « c’est bien joli, mais avec ton agriculture bio, comment tu nourris la planète ? ». Les études scientifiques se multiplient à travers le monde. Et toutes rejoignent les intuitions et les expériences de gens aussi têtus que Dédé Pochon. C’est possible avec des modifications : la réduction mondiale de la consommation de viande, la réduction des pertes et des gaspillages, la réintroduction de certaines plantes, les retours à certains cycles, etc.

Une petite balade dans l’histoire suffit à nous rappeler que ce qui semblait définitif peut changer rapidement, d’un coup d’épaule.

Prenons simplement l’histoire des haies dans notre douce France.
Aujourd’hui il faut les replanter, des programmes sont en cours. Il y a urgence. À elles seules les haies racontent la destruction de ce pays par l’agrocapitalisme.

Ringard, passéiste, borné, réac. Le racisme social n’a jamais été tendre avec le paysan. Le plouc, le pécore, le cul-terreux, le pedzouille. On l’a héroïsé aussi, lui trouvant les plus profondes vertues. La terre, la nature, la frugalité, la piété, les grandes choses éternelles, simples et profondes, le bon sens surtout. Ah, le bon sens ! Et n’oublions jamais la faucille avec le marteau. Oui, la faucille. Avec ses jacqueries et ses révoltes, de Brueghel l’Ancien à Vincent van Gogh, de Le Nain à Millet, il avait ses lettres de noblesse agricole, on comptait sur lui pour le grand soir.

Mais sa chute fut brutale, sa déchéance irrésistible, son exode pathétique. Pourtant que la montagne est belle, comment peut-on imaginer... Au lendemain de la guerre il fallait retrousser ses manches, il y avait un monde à reconstruire, il fallait produire, produire, produire.

Dans la crainte que certains pays d’Europe ne glissent dans l’enfer soviétique, nos gentils grands frères américains, après nous avoir libérés, nous ont prêté des sous pour que nous puissions nous moderniser en leur achetant tout un tas de choses merveilleuses. Des tracteurs par exemple. C’était le plan Marshall. Je te prête de l’argent (avec juste un petit intérêt) et avec ça, tu m’achètes des belles choses (je te dis lesquelles) et je prends ma petite commission.

En peu de temps les tracteurs étaient partout dans les campagnes. Les chevaux, les milliers de chevaux de trait ont pris le chemin de l’abattoir et des boucheries chevalines. Le souci c’est que souvent on avait des petits champs, quelques arpents biscornus, avec trois pommiers au milieu, des talus, des mares à grenouilles et des chemins creux pour aller jusque-là. Ou jusque là-bas. Et des haies autour de tout ça. Bref, tout ce qui fait un paysage.

Et tous ces champs avaient des noms. Regardez une vielle carte d’état-major comme celle-ci vers l’Eure-et-Loir. Les Filardeaux, les Douze-Arpents, les Cormiers, la Bruyère du rendez-vous, la Manivelle, les Badelins, les Déserts…

Balayé tout ça. Rayé, arraché, aligné, agrandi, quadrillé. Il fallait moderniser, rationaliser, augmenter le rendement. Il fallait échanger des terres avec des voisins. Tout mettre au carré. Du jour au lendemain, le prof de dessin vous faisait passer de Théodore Rousseau à Mondrian.

Et malheur à celui qui rechignait, qui refusait ces mornes plaines, qui pleurait cette France défigurée et ces paysages séculaires frappés d’alignement. Tout ça encadré par l’État. Certains disaient que c’était comme l’occupation allemande. C’est pour dire. Il y eut des conflits, des suicides, des meurtres et des enrichissements fabuleux.

On mit beaucoup d’énergie pour détruire les haies et araser les talus. 70 % des haies ont disparu des bocages français, soit 1,4 million de kilomètres. Une catastrophe pour la biodiversité. Les poètes avaient raison, les rêveurs approximatifs ont vu juste. Et le plus souvent, bien sûr, les paysans eux-mêmes. Comme cette fermière qui sait bien que faute d’une haie d’arbres pour les protéger du vent, ses vaches auront froid et donneront moins de lait. Depuis plus de cinquante ans, des voix attirent l’attention sur la destruction des haies. Aujourd’hui des programmes de replantation sont lancés.

En son temps (des années 1950 aux années 1970), André Pochon, précurseur et avocat d’une agriculture saine et durable, criait déjà dans un désert. Alors que l’agriculture française versait dans l’intensif industriel, le jeune agriculteur des Côtes-d’Armor prônait une agriculture plus harmonieuse avec la nature, respectueuse d’immuables règles agronomiques. Sa trouvaille d’éleveur : placer du trèfle blanc dans les prairies, rien que de très naturel, en lieu et place des engrais azotés.

Aujourd’hui retraité dans la banlieue de Trégueux, on le retrouve à l’heure de l’apéro au coin du feu, après avoir croisé des dizaines d’ouvriers du cochon en colère aux abattoirs de Lamballe. Pourfendeur de l’élevage hors-sol (où les bêtes sont alimentées par des céréales en stabulation et non par de l’herbe en prairie), « Dédé » Pochon a fondé le Centre d’étude pour un développement agricole plus autonome (Cédapa) en 1982. Le déjeuner terminé, il nous guide auprès de Jeanne et Dominique Calvez, jeunes éleveurs, récemment installés près de Lamballe. D’heureux producteurs de lait bio, ayant choisi de vivre et travailler avec les méthodes Cédapa.

Pendant ce temps, nombres de créatures attendent impatiemment que des haies soient plantées pour venir y loger. La crise du logement ne concerne pas que les humains. Sans parler des hérissons, des lapins, des taupes et de tous les insectes possibles ou impossibles, sans parler des mûres, des baies, des aubépines impatientes de fleurir, je me limite à citer quelques oiseaux en demande de logement : le coucou gris, la grive musicienne, le merle noir, le troglodyte, le chardonneret élégant, le pinson des arbres, le verdier d’Europe, la fauvette des jardins, la mésange à longue queue…

Daniel Mermet

Programmation musicale :
 Monsieur Durand : Lucien, Agriculteur
 Pascal Parisot & Charlie-Rose Parisot : Mes parents sont bios
 Jules Marquard : 20 ans à la campagne

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

  • Macron, l’obsession commémorative Abonnés

    -

    Voir

    Simone Veil, Fred Moore, Jean d’Ormesson, Arnaud Beltrame, Claude Lanzmann, Charles Aznavour, Jacques Chirac, Jean Daniel, Samuel Paty, Daniel Cordier, Jean-Paul Belmondo, Hubert Germain, Michel Bouquet, Françoise Rudetzki, Pierre Soulages, Gisèle Halimi, Steven Greblac, Paul Medeiros, Manon Raux, Léon Gautier, Jean-Louis Georgelin, Hélène Carrère d’Encausse, Jacques Delors, Robert Badinter, Philippe de Gaulle et maintenant Maryse Condé… On ne compte plus les hommages nationaux et aux autres panthéonisations accordées par le président de la République à des personnalités disparues, des policiers morts en mission, des militaires tués ou des victimes du terrorisme. Emmanuel Macron est le président qui a présidé le plus de cérémonies d’hommage, bien plus que ses prédécesseurs. Qu’est-ce que cache cette inflation mémorielle ? Gérard Mordillat a une petite idée.

  • Chaque mardi, OIivier Besancenot raconte les chansons de notre histoire Chants de bataille #26 : « Nuda » Abonnés

    -

    Voir

    C’est une chanson que vous ne connaissez pas encore, interprétée par une chanteuse que vous ne voyez jamais. Et pour cause : Nûdem Durak croupit dans les geôles turques depuis 2015. À l’époque, elle est condamnée par un tribunal pour « appartenance à un groupe terroriste ». Son crime ? Avoir chanté, en kurde, sous un portait d’Abdullah Öcalan, le leader du PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan considéré par Ankara comme une organisation terroriste. « Parce que j’ai chanté des chansons, ils m’ont mise en prison », écrit-elle depuis sa cellule. Depuis quelques années, l’écrivain français Joseph Andras a impulsé une vaste campagne internationale pour sa libération, à laquelle Là-bas si j’y suis s’associe. Olivier revient aujourd’hui sur « Nuda », la chanson qui lui a coûté sa liberté.

  • De quoi Aya Nakamura est-elle le nom ? Abonnés

    -

    Lire

    C’est une affaire qui remonte à quelques semaines et qui ne vous a sans doute pas échappé : au choix d’Aya Nakamura pour chanter à la cérémonie d’ouverture de la très prochaine grande foire olympique ont succédé quelques polémiques bien senties dans les médias bien-pensants. Deux camps se sont immédiatement opposés. D’un côté, notre bonne vieille extrême droite raciste s’est sans surprise insurgée de ce qu’une femme noire aux origines douteuses puisse représenter notre bon pays chrétien lors d’un événement tout de même retransmis en mondovision. De l’autre, les autres. Ceux qui s’alarment de ce que le racisme le plus grossier puisse encore à ce point imprégner l’air du temps. C’est à ce camp-là que je veux m’adresser aujourd’hui. Le camp des antiracistes. Le mien. Le nôtre. Le camp des gentils.

  • Pour des commandos « Robin des Bois » ! Chronique VIDÉO/PODCAST Il faut prendre l’argent là où il est : chez les pauvres Abonnés

    -

    Voir

    Fini le chômeur qui se dore la pilule ! C’est la troisième fois sous Emmanuel Macron que le gouvernement s’attaque aux chômeurs dans l’optique de rééquilibrer les comptes publics. Mais ce qui étonne Dillah, c’est que Gabriel Attal ne regarde pas du côté des 84 % de Français favorables à la taxation des superprofits des entreprises. Pas non plus du côté de la semaine des 32 heures. Étonnant, non ?

  • Avec Peter MERTENS, secrétaire général du PTB (Parti du travail de Belgique) qui publie MUTINERIE (Agone), VIDÉO et PODCAST MUTINERIE : remettre la lutte des classes au milieu du village mondial Abonnés

    -

    Voir

    Quand souffle le vent du changement, certains construisent des murs, d’autres des moulins. Et ce vent du changement est déjà là. Pas de doute pour Peter Mertens, secrétaire général du PTB (Parti du travail de Belgique), qui publie MUTINERIE : le vent est en train de tourner. « Nous sommes à la croisée des chemins, dans un monde polarisé qui peut basculer dans plusieurs directions. Il faut s’emparer des transformations du monde. Les monstres ne sont jamais loin. »

  • « Si j’aurais su », notre nouveau rendez-vous proposé par Laurence De Cock Philippe Meirieu : « Nous sommes dans une période non pas de grand remplacement mais de grand renoncement » Abonnés

    -

    Voir

    Qu’est-ce qu’un pédagogue ? Quelqu’un qui conjugue la théorie et la pratique. Jean-Jacques Rousseau n’était donc pas un « pédagogue », mais plutôt un philosophe de l’éducation. Philippe Meirieu, lui, est bien un pédagogue. C’est même lui qui en donne cette définition dans le deuxième épisode de ce nouveau rendez-vous proposé par Laurence De Cock.

    Philippe Meirieu est chercheur et militant en pédagogie, membre du parti Les Écologistes, ancien conseiller régional de la région Rhône-Alpes et actuellement vice-président des Céméa, les Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active. Cela fait quarante ans que Philippe Meirieu travaille et milite sur les questions de pédagogie.

  • Chaque mardi, OIivier Besancenot raconte les chansons de notre histoire Chants de bataille #25 : « Hasta siempre, Comandante » Abonnés

    -

    Voir

    « Aquí se queda la clara
    La entrañable transparencia
    De tu querida presencia
    Comandante Che Guevara »

    Il est rare qu’un chant hagiographique soit aussi bouleversant. C’est pourtant le cas avec cette chanson écrite par le chanteur cubain Carlos Puebla au moment où le Che quitte définitivement la vie politique cubaine pour apporter sa contribution à d’autres fronts révolutionnaires, au Congo et en Bolivie. Olivier Besancenot revient cette semaine sur cette chanson écrite en 1965, une année charnière dans la vie du Che et dans l’histoire de Cuba. C’est d’ailleurs à la révolution cubaine que la chanson emprunte son titre : hasta la victoria siempre !

  • Hier le Rwanda, aujourd’hui Gaza Rwanda, douleur fantôme Accès libre

    -

    Lire

    Rwanda, douleur fantôme. C’est une douleur dans la main qu’elle n’a plus. Chaque année, au printemps, la douleur revient et tout un cortège d’images reviennent la hanter jusque dans le noir de la nuit, dit-elle. Surtout pour les anniversaires, les dix ans, les vingt, les trente ans comme ces jours-ci. Génocide du Rwanda, trente ans. Les médias ressortent les mêmes articles, les mêmes spécialistes, les mêmes écrivains roublards, les mêmes débats, les mêmes images – attention – qui peuvent choquer surtout les enfants.

  • La revue de presse indispensable du vendredi Balkany chez Hanouna : de l’art de transformer un coupable en victime Abonnés

    -

    Voir

    « Face à Hanouna », c’est la nouvelle émission proposée depuis deux mois par C8, chaîne du groupe Bolloré. Enfin, « nouvelle », pas exactement, puisqu’il s’agit de la déclinaison le samedi et le dimanche de l’émission phare « Touche pas à mon poste ! », les deux étant présentées par un Cyril Hanouna qui ne s’arrête donc jamais, même pas le week-end. Dimanche 24 mars, le débat de l’émission était consacré à la « polémique » (encore une) Michel Sardou. Et qui Cyril « Baba » Hanouna avait-il trouvé pour venir défendre le chanteur ? Un amoureux de la chanson française, un proche de l’artiste, un ami d’enfance : Patrick Balkany. Âmes sensibles, s’abstenir.

  • Arrêtons de nous faire rouler par « Big Tobacco » (VIDÉO | durée : 17’17) TABAC : PAS DE LIMITE, ON VEUT LE CANCER POUR TOUS ! Abonnés

    -

    Voir

    Vive le libéralisme ! La France vient de supprimer le seuil d’une cartouche de cigarettes qu’un particulier était autorisé à rapporter d’un autre pays de l’Union européenne. Notre gouvernement avait le choix entre s’aligner sur le droit européen qui autorise de ramener 4 cartouches de cigarettes, c’est déjà beaucoup, ou de ne donner aucune limite. Macron a décidé, aucune limite. Les candidats au cancer du poumon sont heureux. Il faut rappeler que le tabagisme qui est la première cause de mortalité évitable en France tue chaque année 75000 fumeurs. Ajoutons que fumer provoque 9 cancers du poumon sur 10 !

  • Gérard Mordillat : « Vive l’école publique ! » Abonnés

    -

    Voir

    C’est un séparatisme qui ne dit pas son nom, mais qui est déjà à l’œuvre de manière éclatante dans la capitale : à Paris, 40 % des lycéens sont scolarisés dans un établissement privé. À l’échelle nationale, la proportion d’élèves scolarisés dans le privé est moindre, mais elle ne cesse de croître. Tout ça est la lointaine conséquence de la loi Debré, adoptée le 29 décembre 1959, qui institutionnalisa le financement public de l’enseignement privé. Durant l’année 1959 déjà, de nombreuses manifestations avaient eu lieu pour s’opposer à ce détournement de fonds publics au profit de l’enseignement privé. Et devinez : qui se trouvait parmi les manifestants ? Gérard Mordillat, bien sûr.

  • SI J’AURAIS SU ! Un nouveau rendez-vous LÀ-BAS avec LAURENCE DE COCK CONTRE LA DESTRUCTION DE L’ÉCOLE PUBLIQUE DANS LE 93 ! Abonnés

    -

    Voir

    Laurence de Cock reçoit trois enseignantes du 93, Servanne, Louise et Amandine qui n’ont pas envie de laisser le pouvoir aux destructeurs de l’école publique. Leur but est clair : lutter à fond contre cette destruction, montrer les dégâts, et appeler toutes et tous à la castagne. Oui, entre privé et public c’est la vraie lutte des classes.

  • Chaque mardi, OIivier Besancenot raconte les chansons de notre histoire Chants de bataille #24 : « Here’s to you » Abonnés

    -

    Voir

    « Here’s to you, Nicola and Bart,
    Rest forever here in our hearts,
    The last and final moment is yours,
    That agony is your triumph. »

    Tout le monde ou presque connaît ces quatre vers, qui sont les uniques paroles de cette chanson répétées en boucle par Joan Baez. Ce qu’on sait moins, c’est que cette chanson a d’abord été composée par Ennio Morricone pour un film. C’est même deux chansons que Joan Baez a enregistrées en 1971 pour le film de Giuliano Montaldo, Sacco et Vanzetti, qui raconte l’histoire des deux anarchistes italiens condamnés – sans preuves – à mort et exécutés en 1927.

  • Les VINGT ANS de l’association 4ACG : les anciens appelés en Algérie et leurs amis contre la guerre (reportage RADIO|PODCAST|durée : 47’35) Ils ont perdu leur jeunesse dans les Aurès, mais voilà ce qu’ils ont fait de leur mémoire : 4ACG Abonnés

    -

    Écouter

    Anciens appelés en Algérie et leurs amis contre la guerre : 4ACG. Une association créée il y a vingt ans par quatre anciens appelés en Algérie à la fin des années 1950, quatre paysans du Tarn qui refusaient de toucher leur retraite de combattant (465 euros environ par an), mais qui voulaient l’utiliser pour des actions engagées. Avec plus de 400 adhérents, ils ont pu aider et fraterniser, en Algérie comme en Palestine, et intervenir dans les écoles « pour éveiller l’esprit de résistance ». Nous étions invités à la célébration de leurs vingt ans, le 17 mars à Mauges-sur-Loire. C’est une des grandes fiertés de LÀ-BAS que d’avoir, il y a vingt ans, contribué au démarrage de cette aventure. Une joie de se retrouver là et de retrouver l’ami RÉMI SERRES, l’un des quatre paysans qui a lancé cette superbe histoire.

Une sélection :

Avant le grand procès de Macron, le 07 mai, un tour dans les archives de Là-bas (juin 2006) BHL : LE PROCÈS DU POMPEUX CORNICHON Accès libreÉcouter

Le

Attendu par le monde entier, le Grand Procès de Macron aura donc lieu le 7 mai à la Bourse du travail de Paris à 18 heures. C’est le sixième procès du tribunal de Là-bas, créé en ...2003 à l’initiative du dessinateur CABU et de l’équipe de LA-BAS. Enregistrés au théâtre Dejazet à Paris devant des salles combles, d’importantes personnalités ont comparu : CHIRAC Jacques (2003) SARKOZY Nicolas (2005), KOUCHNER Bernard (2008), DSK Dominique (2011). C’est le procès du français le plus entarté au monde, LEVY Bernard-Henri dit BHL diffusé en juin 2006 que nous vous proposons de (re)découvrir aujourd’hui.

Le 13 mars 2010 Jean Ferrat prenait le dernier train. On n’oublie pas... FERRAT, C’EST NOUS TOUS ! Des chansons, des archives, des inédits… Accès libreVoir

Le

Il y a 13 ans, le 13 mars, Jean Ferrat prenait le dernier train. On n’oublie pas, car Ferrat, c’est nous tous. La montagne, c’est chez nous, les marins de Potemkine, c’est nos frères, ma môme, c’est la mienne, la nuit et le brouillard, c’est en nous, c’est nous qui ne guérissons pas de notre enfance, c’est nous qui aimons à perdre la raison.

Une série d’histoires dans les luttes pour l’émancipation, racontées par Olivier Besancenot Qui a inventé le 8 mars ? AbonnésVoir

Le

C’est maintenant à peu près acquis pour tout le monde, le 8 mars n’est pas la journée « de la femme », mais la « journée internationale des droits des femmes ». Un jour de manifestations et de grèves qui semble connaître un nouveau souffle avec le mouvement féministe récent, qui lutte autant contre les violences sexistes et sexuelles que pour réduire les inégalités salariales et améliorer les conditions de travail des métiers majoritairement exercés par des femmes. Mais saviez-vous qu’aux origines de cette journée du 8 mars se trouvait l’Internationale socialiste des femmes ?