Cette France en friche dont la France se fiche. Un reportage radio de Dillah Teibi. Aussi en PODCAST

Un jour dans le 93 au temps du Covid Abonnés

1

Le

(Photo : tirée du clip « Charoo » de Prince X Kiiki’x [Balti-F])

Galère, déprime, débrouille, solidarité. Le 93 est le département le plus touché par le Covid. C’est aussi le plus pauvre et le plus jeune de France. Entre masque obligatoire, couvre-feu et gestes barrières, on ne sait plus comment vont les autres, comment ils font. Jour et nuit en continu, des experts, des scientifiques, des politiques, des connaisseurs en toutes choses nous parlent des gens. Mais les gens, eux, quand est-ce qu’ils parlent ? Les premiers de corvée, les intérimaires, les jeunes et les vieux des quartiers populaires. Cette France en friche dont la France se fiche.

Dillah est allé rencontrer les habitants du Franc-Moisin, le quartier le plus populaire de la Seine-Saint-Denis, avec ses 12 000 habitants. Macron a raison, il faut lutter contre le séparatisme, le séparatisme économique, le séparatisme social, le séparatisme de classe. Heu, dites-moi, c’est bien ça, son projet, non ?

[EXTRAIT] Un jour dans le 93 au temps du Covid [RADIO]

Quelques précisions

La Seine-Saint-Denis a enregistré 25 % de décès supplémentaires en 2020 dus au coronavirus. [1] La pandémie met en évidence les inégalités sociales de santé. En France, les 5 % les plus pauvres vivent 13 ans de moins que les 5 % les plus riches [2].

Si les débats sur les inégalités de races, de genres, etc. sont importants, cette épidémie remet la ségrégation sociale en évidence au premier plan. Cette précarité s’est enkystée dans les quartiers où s’entassent les premiers de corvée, obligés de prendre les transports publics bondés, et qui ne peuvent pas se retrancher derrière le télé-travail. Oui, enfin, les travailleurs de la « deuxième ligne » vont bénéficier de la vaccination. Mais le vaccin sera pour les premiers de corvée de plus de 55 ans. [3] Du coup, tous les autres doivent trimer et prendre des risques. Tous les livreurs Uber, toutes les caissières, les magasiniers, les chauffeurs… la liste est longue.

La commune de Saint-Denis, la plus grande ville du département 93, compte le plus grand nombre de personnes pauvres, avec 40 000 personnes vivant sous le seuil de pauvreté [4]. Le quartier du Franc-Moisin est un espace immense, au nord de Paris, pris entre l’autoroute A1, le canal Saint-Denis et les voies du RER B. On compte pas moins de 1 800 logements exclusivement sociaux. Des HLM où vivent environ 12 000 personnes. Et sur place les chiffres sont sans appel :
- le taux de chômage : 25 %
- le taux de sans diplôme : 38 %
- le taux de pauvreté : près de 45 % des 12 000 habitants du Franc-Moisin vivent avec moins de 1 063 euros par mois. Donc plus de 5 000 personnes sous le seuil de pauvreté.

À tout ça s’ajoute le Covid…

Programmation musicale :
- Casey : Banlieue nord
- Lucienne Boyer : C’est mon quartier

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

TEXTES À L’APPUI. Noam CHOMSKY et Jacques BOUVERESSE. Dialogue au Collège de France avec Daniel MERMET NOAM CHOMSKY, dialogue avec Jacques BOUVERESSE Accès libreLire

Le

Le 31 mai 2010, à l’occasion du colloque « Rationalité, vérité et démocratie : Bertrand Russell, George Orwell, Noam Chomsky » organisé par Jacques Bouveresse au Collège de France, Daniel Mermet s’entretenait avec Jacques Bouveresse et Noam Chomsky sur le thème « Science et Politique ».

En voici la transcription.

Palestine, une douleur fantôme. Reportage Daniel Mermet, Giv Anquetil, 1998 La Nakba, une tache en forme de clé Accès libreÉcouter

Le

Champagne et bain de sang. Les amateurs de contraste sont servis. Tous les écrans du monde sont divisés en deux parties égales. Moitié fête à Jérusalem, moitié massacre à Gaza. Voilà qui satisfait la neutralité médiatique. Deux camps opposés, face à face, deux camps de force égale. Comme si l’une des premières puissances militaires mondiales alliée au pays le plus puissant au monde était sur le même plan qu’un peuple à l’agonie, écrasé, épuisé par des années de blocus, qui résiste avec des lance-pierres, des pneus enflammés, des cerfs-volants, des tenailles pour couper les barbelés et quelques cocktails Molotov contre une armée, des blindés, des drones, des technologies de pointe et des centaines de tireurs d’élite.

Un entretien de Jonathan Duong avec Akram Belkaïd, du Monde diplomatique La jeunesse palestinienne réinvente la lutte Accès libreÉcouter

Le

Depuis la décision unilatérale de Donald J. Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël, le gouvernement ultra-droitier de Benyamin Netanyahou se sent pousser des ailes : un nouveau programme de colonies en Cisjordanie a été approuvée en janvier dernier, de quoi susciter la colère des Palestiniens, déjà ravivée en décembre 2017 par l’annonce du président des États-Unis de transférer l’ambassade des États-Unis de Tel Aviv à Jérusalem.

Vaccins : contre les brevets, pour un « pôle public du médicament » Désarmer les labos AbonnésÉcouter

Le

Pénurie de masques, pénurie de gel hydroalcoolique, pénurie de tests, et (enfin ?) pénurie de vaccins ! La pandémie a montré de manière spectaculaire ce qu’on savait déjà depuis quelque temps : une partie de la planète – y compris la France – n’a pas accès en quantité suffisante aux remèdes existants (vaccins ou médicaments) dont sa population aurait besoin.