Cette France en friche dont la France se fiche. Un reportage radio de Dillah Teibi. Aussi en PODCAST

Un jour dans le 93 au temps du Covid Abonnés

1

Le

(Photo : tirée du clip « Charoo » de Prince X Kiiki’x [Balti-F])

Galère, déprime, débrouille, solidarité. Le 93 est le département le plus touché par le Covid. C’est aussi le plus pauvre et le plus jeune de France. Entre masque obligatoire, couvre-feu et gestes barrières, on ne sait plus comment vont les autres, comment ils font. Jour et nuit en continu, des experts, des scientifiques, des politiques, des connaisseurs en toutes choses nous parlent des gens. Mais les gens, eux, quand est-ce qu’ils parlent ? Les premiers de corvée, les intérimaires, les jeunes et les vieux des quartiers populaires. Cette France en friche dont la France se fiche.

Dillah est allé rencontrer les habitants du Franc-Moisin, le quartier le plus populaire de la Seine-Saint-Denis, avec ses 12 000 habitants. Macron a raison, il faut lutter contre le séparatisme, le séparatisme économique, le séparatisme social, le séparatisme de classe. Heu, dites-moi, c’est bien ça, son projet, non ?

[EXTRAIT] Un jour dans le 93 au temps du Covid [RADIO]

Quelques précisions

La Seine-Saint-Denis a enregistré 25 % de décès supplémentaires en 2020 dus au coronavirus. [1] La pandémie met en évidence les inégalités sociales de santé. En France, les 5 % les plus pauvres vivent 13 ans de moins que les 5 % les plus riches [2].

Si les débats sur les inégalités de races, de genres, etc. sont importants, cette épidémie remet la ségrégation sociale en évidence au premier plan. Cette précarité s’est enkystée dans les quartiers où s’entassent les premiers de corvée, obligés de prendre les transports publics bondés, et qui ne peuvent pas se retrancher derrière le télé-travail. Oui, enfin, les travailleurs de la « deuxième ligne » vont bénéficier de la vaccination. Mais le vaccin sera pour les premiers de corvée de plus de 55 ans. [3] Du coup, tous les autres doivent trimer et prendre des risques. Tous les livreurs Uber, toutes les caissières, les magasiniers, les chauffeurs… la liste est longue.

La commune de Saint-Denis, la plus grande ville du département 93, compte le plus grand nombre de personnes pauvres, avec 40 000 personnes vivant sous le seuil de pauvreté [4]. Le quartier du Franc-Moisin est un espace immense, au nord de Paris, pris entre l’autoroute A1, le canal Saint-Denis et les voies du RER B. On compte pas moins de 1 800 logements exclusivement sociaux. Des HLM où vivent environ 12 000 personnes. Et sur place les chiffres sont sans appel :
- le taux de chômage : 25 %
- le taux de sans diplôme : 38 %
- le taux de pauvreté : près de 45 % des 12 000 habitants du Franc-Moisin vivent avec moins de 1 063 euros par mois. Donc plus de 5 000 personnes sous le seuil de pauvreté.

À tout ça s’ajoute le Covid…

Programmation musicale :
- Casey : Banlieue nord
- Lucienne Boyer : C’est mon quartier

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

MACRON, APRÈS LA COVID, LE VIDE Déboulonner des statues ou les repeindre en rouge ? Accès libreÉcouter

Le

Déboulonner, c’est bien, mais après, c’est fini, on n’en parle plus. Tandis que repeindre en rouge, couper une oreille ou une main d’une statue, ça vous interpelle, ça appelle une explication… Vous vous dites, quelle horreur, couper une oreille ou une main d’une statue, mais c’est atroce ! Sans doute, mais un peu moins tout de même que le châtiment des oreilles coupées pratiqué par les maîtres sur leurs esclaves, comme l’exigeait le Code noir, rédigé par le ministre Jean-Baptiste Colbert en 1665, et dont la statue trône toujours aujourd’hui devant l’Assemblée nationale à Paris.

AUTONOMES. Un documentaire de François BÉGAUDEAU François Bégaudeau : « Tu te fais des drôles d’amis quand tu t’attaques à la bourgeoisie » AbonnésVoir

Le

Sortir du système, vivre une autre vie, en rupture, en marge, autrement, être indépendant, être autonome. Des vieux mots, des vieux rêves. Mais qui se vivent parfois, qui se risquent, qui marchent ou qui se plantent , mais qui ont en commun le même vieux désir de tordre les barreaux de la cage et d’aller voir là-bas si j’y suis.

HOMMAGE À YANN AUGRAS, PORTE-PAROLE DE LA LUTTE DES GM&S (VIDÉO 12:35) Mort accidentelle d’un résistant Accès libreVoir

Le

Yann Augras est mort. Un accident de voiture en sortant du boulot, le 11 juin, sur une route de la Creuse, près de chez lui. Aucun mot ne peut dire l’émotion, aucun, sauf les oiseaux qu’on entendait pendant la minute de silence au cimetière avec les drapeaux de la CGT au-dessus des gens, immobiles avec ces masques étranges. Les oiseaux ne se taisent pas et les copains de Yann ne vont pas se taire. Ces masques ne sont pas des bâillons. Le temps de ramasser le drapeau, ils vont continuer la lutte. Ils savent que c’est la seule consolation possible.

LES DICTIONNAIRES EN DEUIL, ROBERT PLEURE ALAIN (hommage) ALAIN REY : QUEL FUT SON DERNIER MOT ? Accès libreÉcouter

Le

Le plus populaire des grands érudits, le plus expressif des vocabulistes mais surtout, au-delà de son colossal travail pour Le Robert et autres dictionnaires en tous genres, Alain Rey a fait comprendre toute l’importance des mots et du langage, l’inventivité intarissable des humains, les hasards des sonorités des bouches et des corps, et d’abord comment les mots ensorcellent, comment les mots sont des cages et les armes les plus puissantes des puissants.