Policier poursuivi pour insultes racistes au tribunal de Bobigny à partir d’une vidéo diffusée par Là-bas en avril 2020.

« UN BICOT COMME ÇA, ÇA NAGE PAS ! » Quand des flics se lâchent gaiement

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

C’est une vidéo tournée par deux jeunes qui a révélé cette histoire.
Le 25 avril 2020 à 1h30 du matin, ils entendent des bruits devant chez eux à l’Île-Saint-Denis (93). Un fourgon de police, des flics, des cris. Depuis chez eux, ils filment la scène avec une petite vidéo et un enregistreur. Les flics se marrent bien, « Un bicot comme ça, ça nage pas ». Un autre rajoute « ha, ha, ça coule, tu aurais du lui attacher un boulet aux pieds ! ».

Ensuite, dans le fourgon on entend très clairement des coups et des cris.
Très choqués ensuite, les deux garçons ont l’idée de confier ce document au journaliste Taha Bouhafs qu’ils suivent sur Twitter et qui travaille pour Là-bas.
Nous diffusons alors ce document qui est repris et diffusé partout.

26 avril 2020 - L'Ile-Saint-Denis "Un bicot comme ça ça nage pas"
par Là-bas si j'y suis

Cette nuit-là, des policiers avaient interpellé à l’Île-Saint-Denis un homme soupçonné de vol de matériel sur un chantier et qui avait tenté de prendre la fuite en se jetant dans la Seine selon la version policière.

« Un bicot comme ça, ça nage pas ! »
par Là-bas si j'y suis

Plus tard Taha retrouve l’homme insulté et tabassé, c’est Samir, un égyptien de 28 ans

Ils m'ont frappé, j'étais comme un ballon de foot : le témoignage de Samir
par Là-bas si j'y suis

Une enquête pour injures à caractère raciste et violences par personne dépositaire de l’autorité publique avait été ouverte et confiée à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN).

Le préfet de police de Paris avait demandé la suspension de deux policiers mis en cause, qui avaient reconnu être les auteurs des propos.

Aujourd’hui l’un des flics, qui fait partie des effectifs de nuit de la Direction territoriale de la sécurité publique des Hauts-de-Seine, comparaît devant le tribunal correctionnel de Bobigny.

Si les insultes à caractère raciste sont poursuivies, en revanche, le parquet de Bobigny a indiqué à l’AFP « ne pas exercer de poursuites en ce qui concerne la suspicion de violences policières, l’infraction ne paraissant pas suffisamment caractérisée ».

Étrange surdité du parquet, les bruits des coups et des cris ne laissent peu de place au doute, il suffit d’écouter la vidéo.

Les députés ont entamé mercredi l’examen en commission d’une proposition de loi LREM-Agir sur la « sécurité globale » dont certaines dispositions, comme la pénalisation de l’usage malveillant de l’image des forces de l’ordre, suscitent la controverse.

C’est vrai, ça, si on peut plus rigoler avec les bicots sans se faire filmer par des gauchistes !

D.M.

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Un entretien avec FRANÇOIS CUSSET, historien des idées, VIDÉO et PODCAST WOKE, c’est quoi ? Un fantasme des réactionnaires en quête d’ennemi… AbonnésVoir

Le

WOKE ? C’est quoi donc ? Bien peu le savent. Selon une enquête IFOP de février 2021, 14 % en ont « entendu parler » et à peine 6 % en connaissent le sens. Pourtant, toute la droite réactionnaire s’époumone contre ce fléau qui détruit notre grande civilisation. Oui, nous sommes en guerre et vous ne le savez même pas.

Guadeloupe, la violence vient de loin. Reportages sur les massacres de mai 1967 à Pointe-à-Pitre. 2 PODCASTS à écouter. Guadeloupe : quand les nègres auront faim ils reprendront le travail ! AbonnésÉcouter

Le

C’est la phrase qui a déclenché les émeutes en Guadeloupe. Les grévistes demandaient une augmentation de 2,5%. Le pouvoir a fait tirer dans le tas. Bilan : au moins 80 morts. Christiane Taubira a parlé de 100 morts.
C’était en mai 1967 à Pointe-à-Pitre. Un massacre passé sous silence en métropole, mais en Guadeloupe on s’en souvient. On se souvient de cette violence-là et des autres, la colère d’aujourd’hui vient de loin.