À BAS LA LOI, VIVE LA JUNGLE !

UBER M’A TUER ! Abonnés

1

Le

Uber. Un développement fulgurant, un chiffre d’affaires qui double tous les six mois, 200 millions d’utilisateurs dans le monde. Un effet de la prodigieuse révolution numérique qui transforme le monde. Une pieuvre qui se greffe sur toutes nos activités pour pomper du fric…
Tout ça, le client n’y pense pas trop. C’est moins cher, c’est plus rapide, voilà tout. Mais quelques-uns se posent des questions, et posent des questions au chauffeur. C’est ce qu’a fait notre journaliste Martine ABAT. Et là c’est autre chose. Pas de salaire, pas d’horaires, pas de cotisations, bref, pas de loi, pas de droit. Plus de cent heures par semaine pour quelques poignées d’euros. L’"ubérisation", c’est la paupérisation garantie.
Pas pour tous. En très peu de temps, Travis Kalanick, l’inventeur d’UBER, s’est fait une petite fortune de 5,3 milliards de dollars. C’est un héros d’aujourd’hui, il se pavane dans les magazines qu’on peut feuilleter sur le siège arrière, tandis que le chauffeur se crève jour et nuit sur son volant. Mais que voulez-vous, c’est ça ou le chômage, mais que voulez-vous, qu’on le veuille ou non, les consommateurs en veulent, mais que voulez-vous ? Oui, mais attention, la colère monte, la rage, la violence est à fleur de peau chez ces nouveaux prolos. Reste à savoir comment se défendre, comment s’organiser ?
Un reportage de Martine ABAT.


Les différentes séquences du reportage :

01. UBER : « UN MONDE MEILLEUR » [09’45]

01. Uber : « un monde meilleur »
Là-bas si j’y suis

(photo : Martine ABAT)


02. 35 HEURES EN DEUX JOURS ET DEMI [08’13]

(photo : Martine ABAT)


03. LE HORS-LA-LOI UBER [10’37]

(photo : Martine ABAT)

(photo : Martine ABAT)


Merci à Carlos et Mohammed.

Programmation musicale :
 Taxi Wars : Taxi Wars
 The Manhattan Transfer : Core of Sound


reportage : Martine ABAT
réalisation : Jérôme CHELIUS

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page.)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec Éric Hazan, qui publie « Le tumulte de Paris » (La Fabrique) Éric Hazan : « Le danger, c’est que la Commune perde son sens révolutionnaire pour devenir une image d’Épinal » AbonnésÉcouter

Le

À Belleville, dans les rues où se tenaient les dernières barricades de la Commune de Paris, l’écrivain et éditeur Éric Hazan rend hommage aux insurgés, et remet les récupérateurs de mémoire à leur place. Cent-cinquantenaire de la Commune oblige, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a décidé de commémorer l’événement en grande pompe, à grand renfort de cérémonies officielles, du 18 mars au 28 mai. Le programme a même un nom : « Nous la Commune ! », et il a été vigoureusement dénoncé par les élus de droite au conseil de Paris… « Nous », vraiment ? Il ne faudrait pas que la mémoire de la Commune de Paris, à l’occasion de cet anniversaire, passe pour lisse, neutre, et finalement consensuelle.

Un entretien de Daniel Mermet avec John Shipton, le père de Julian Assange. VIDÉO et radio (PODCAST) LIBÉREZ ASSANGE ! LIBÉREZ PROMÉTHÉE ! La France doit accorder l’asile à Julian Assange AbonnésVoir

Le

La Haute-Cour de Londres a annulé, ce vendredi 10 décembre, une première décision qui empêchait l’extradition de Julian Assange aux États-Unis. La justice britannique devra donc statuer à nouveau sur la requête des États-Unis, qui veulent juger le fondateur de WikiLeaks pour avoir diffusé des documents confidentiels repris par les médias du monde entier. Aux États-Unis, Julian Assange risquerait 175 années de prison. Comment sauver Assange ? Il faut que la France lui accorde l’asile ! C’est ce que réclament beacuoup de ses soutiens, dont son père John Shipton, que nous avons rencontré le mois dernier lors de son passage à Paris.