08 mars : Journée internationale des droits des femmes

Thérèse Clerc, les derniers jours

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Féministe poing levé, à 88 ans, Thérèse Clerc est partie paisiblement au bout d’un beau parcours d’engagement, d’insoumission et de gaieté subversive. Quelques jours avant sa mort survenue le mardi 16 février 2016, Anaëlle Verzaux l’avait revue chez elle à Montreuil avec quelques amis. Voici en hommage cet ultime entretien, une superbe incitation à la lutte, c’est-à-dire à la vie.

Un reportage d’Anaëlle VERZAUX.

Thérèse Clerc, les derniers jours

Merci à Thérèse CLERC, Iro BARDIS et Aline.

Programmation musicale :
- Georges BRASSENS : Le Testament

reportage : Anaëlle VERZAUX
réalisation : Jérôme CHELIUS

Réécoutez également le portrait qu’avait fait François RUFFIN de Thérèse Clerc en 2009, dans notre émission Thérèse, la révolution pour toujours :

Thérèse, la révolution pour toujours

Vivre vieux, c’est bien. Vieillir bien, c’est mieux. Thérèse Clerc veut changer la vieillesse. On est en 2009, elle a 82 ans lors de cette rencontre jubilante. Résistance, révolution permanente, avec elle, ces mots reprennent leur couleur. Résister, c’est résister à l’irrésistible. La vieillesse, pour elle aujourd’hui. Elle s’insurge contre cet inéluctable naufrage. Elle veut changer le regard sur la vieillesse, le regard des vieux sur eux-mêmes. Elle en fait un temps de liberté et de subversion. Un temps sensuel et joyeux. Un temps d’utopie. Elle se bat pour sa maison des Babayagas, pour une université populaire sur la vieillesse, elle retrace son parcours d’insoumise.

Un reportage de François RUFFIN (septembre 2009).

Thérèse, la révolution pour toujours

Merci à Thérèse CLERC et Jacqueline LORTHIOIS.

Programmation musicale :
- Jean YANNE et Michel MAGNE : Liberté, égalité, sexualité
- Charlotte LESLIE : Les filles c’est fait…
- Suzy SULIDOR : Chaque femme je la veux

reportage : François RUFFIN
présentation : Daniel MERMET
réalisation : Khoï NGUYEN et Raphaël MOUTERDE

À voir :

Insoumise à nu est un portait de Thérèse Clerc en son et en images, réalisé en 2012 par la photographe Élisabeth Schneider.

" Insoumise à nu " Portrait de Therese Clerc.
par Elisabeth Schneider

Merci aussi à Élisabeth SCHNEIDER. Photographe, membre du Studio Hans Lucas depuis 2014, du collectif essenci’ Elles, elle est distribuée également par l’agence Look At Sciences.
Le site d’Élisabeth Schneider : www.elisabethschneider-photographie.com


(Vous pouvez podcaster ce reportage en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page.)

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Mourir pour des idées, un mythe dépassé ? Deux entretiens de Daniel Mermet avec Arthur et Siyah « – Tu as tué ? – Oui, sans doute. » Témoignages exclusifs de combattants français contre Daech AbonnésÉcouter

Le

Djihadistes, islamistes, on a beaucoup parlé de ces Français radicalisés partis combattre aux côtés de Daech, mais beaucoup moins des autres, de ces volontaires français qui, au contraire, sont allés se battre contre Daech, contre l’État islamique, aux côtés des Kurdes du Rojava. Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Quel est cet anarcho-communo-féminisme dont ils se réclament ? Quel est ce Rojava pour lequel ils se disent prêts à mourir en martyr ? Écoutez les témoignages de deux d’entre eux, deux parcours, deux engagements, à l’heure où « mourir pour des idées » semble un mythe dépassé.

[TEXTES À L’APPUI] Entretien avec Cornelius Castoriadis (novembre 1996) LE TRIOMPHE DE L’INSIGNIFIANCE Accès libreLire

Le

Il y aura vingt ans cette année, nous avons diffusé cet entretien avec Cornelius CASTORIADIS, quelques mois avant sa mort, un entretien fondamental et lumineux, qui est devenu une référence et une source d’inspiration pour beaucoup d’auditeurs de LÀ-BAS.

En voici la transcription dans la collection des TEXTES À L’APPUI que nous vous proposons désormais.

CONTRE L’ÉCOLOGIE DE MARCHÉ (RADIO 50’51) ANDRÉ GORZ, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Accès libreÉcouter

Le

« Une politique écologiste est une politique nécessairement anticapitaliste » Dés le début des années 70, André GORZ, le père spirituel de l’écologie politique, dénonçait la récupération de l’écologie par la puissance capitaliste. La COP21 a montré la totale domination des grandes entreprises sur les États. On dit merci à EDF, Exxon, BNP-Paris Bas, Chevron et tout leurs amis qui ont financé la conférence. Grâce à vous désormais les tigres ne mangeront que de la salade verte. Pour ceux qui en douteraient, nous vous proposons cette heure avec André GORZ (...)

Entretien, Daniel Mermet avec Christophe Fourel. (Archives de l’émission « À voix nue » (France Culture, Marie-France Azar, 1991).

La chronique écosocialiste de Corinne Morel Darleux En Arctique, le réchauffement climatique est bon pour le business AbonnésVoir

Le

L’Arctique est un endroit du globe intéressant pour étudier comment certains voient dans le dérèglement climatique une nouvelle manière de faire des affaires et du business. Et ça remonte d’ailleurs à déjà quelques temps, puisque dès la fin de la guerre froide, les Russes ont senti venir la fonte des glaces dans l’Arctique et ont senti l’eldorado derrière ça : puisque l’Arctique, ce n’est pas juste de la banquise qui fond, c’est aussi des réserves de pétrole et de gaz absolument faramineuses.