Quand le méprisant de la République va au théâtre

TAHA LIBRE ! Mais l’enquête se poursuit…

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Le dangereux militant TAHA BOUHAFS, qui se fait passer pour un simple journaliste, a été remis en liberté après sa détention en garde à vue. La veille, il avait organisé un attentat contre le chef de l’État, qui heureusement a échoué grâce au courage et sang-froid de notre police. Il a été fanatiquement accueilli par des militants violents (certains étant d’aspect musulman). Et bien sûr, l’équipe de LÀ-BAS SI J’Y SUIS était là !

MAIS QUE S’EST-IL VRAIMENT PASSÉ ?

Bonne nouvelle ! Après une journée dans le tourbillon et des milliers de messages de soutien, notre journaliste Taha Bouhafs est ressorti libre samedi soir, sans mise en examen. Mais l’enquête se poursuit. Rappelons que Taha a été interpellé vendredi soir après la manifestation qui a quelque peu perturbé une sortie d’Emmanuel Macron avec son épouse, au théâtre des Bouffes du Nord à Paris.

Menotté, placé en garde à vue, Taha est sorti libre samedi soir, mais afin de poursuivre les investigations, le parquet de Paris a décidé d’ouvrir une information judiciaire pour « participation à un groupement formé en vue de commettre des violences ou des dégradations » et « organisation d’une manifestation non-déclarée ».

La juge d’instruction a toutefois décidé de placer Taha sous le statut de témoin assisté, intermédiaire entre la mise en examen et le statut de témoin simple.

Donc, vendredi soir, 44e jour de grève, Taha, soudain passionné de théâtre, était dans la salle, trois rangs derrière le président de la République française. Dans ce haut lieu culturel, une proximité entre ce jeune issu de l’immigration maghrébine et Emmanuel Macron, qui avait fait part de sa profonde émotion en découvrant soudain la vie dans les quartiers populaires en voyant le film Les Misérables, aurait dû enchanter le très humaniste Monsieur Macron tout comme son épouse. Il n’en fut rien.

Mais de son côté, cette présence prestigieuse inspire notre jeune reporter, qui filme la nuque du chef de l’État. Il met la vidéo en ligne à 20h58 avec un tweet :


Vers 22h, à l’extérieur du théâtre, environ 200 manifestants se dirigent vers l’entrée, scandant « Macron démission », « Macron, on vient te chercher ». Parvenu à forcer l’entrée, le groupe est stoppé dans le hall, mais certains réussissent toutefois « à ouvrir deux portes qui donnaient sur la salle de spectacle » pendant « environ 30 secondes, ce qui a perturbé la présentation mais ne l’a pas interrompue », selon la police.

Le président Macron, présent avec son épouse, est alors « sécurisé » pendant quelques minutes, puis retourne voir la pièce jusqu’au bout, selon son entourage. C’est là une version des faits : selon d’autres témoignages, le président et sa femme auraient été exfiltrés par les GSPR, le groupe de sécurité de la présidence de la République.

Et alors que les policiers faisaient sortir les manifestants du théâtre, Taha, qui était resté sur les marches pour filmer l’évacuation, a été désigné par un membre du GSPR comme étant celui qui était précédemment dans la salle et qui avait appelé à participer à l’attroupement.

Mais pour l’avocat, Taha s’est borné à transmettre une information, déjà diffusée par un autre compte Twitter quelques minutes avant. Il dénonce enfin la saisie par la justice de son téléphone, dans lequel se trouvent les images de la scène mais aussi les contacts du journaliste. Pour son avocat Me Arié Alimi, « c’est un dépassement inédit des atteintes à la liberté d’informer et aux droits des journalistes, à la demande de l’Élysée. (…) Ce n’est que le début d’une affaire d’État ». Taha a déposé plainte « pour faux et usage de faux par personne dépositaire de l’autorité publique ».

La Fédération Européenne du Journalisme a dénoncé une « violation manifeste du droit d’informer » et a annoncé avoir saisi la Plateforme du Conseil de l’Europe pour la Protection du Journalisme.

Là-bas si j’y suis

reportage : Dillah Teibi et Kévin Accart

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Sur notre site

À lire

  • Au théâtre des Bouffes du Nord

    Macron, l’exfiltré  Accès libre

    Lire
    Il y a deux choses que nous conseillons au président de la République Française s’il veut ramener la concorde et la prospérité en France tout en emmenant tranquillement sa charmante épouse au théâtre : la première chose c’est de retirer au (...)

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Avec le sociologue François Héran qui publie « Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression » (La découverte) Les islamo-gauchistes mangeront-ils nos enfants ? Rencontre avec François Héran (1/2) AbonnésVoir

Le

Suite à l’assassinat de Samuel Paty en octobre 2020, le sociologue et démographe François Héran professeur au Collège de France a adressé une [Lettre aux professeurs sur la liberté d’expression-C’est la base du livre qu’il publie à la Découverte. >https://www.editionsladecouverte.fr/lettre_aux_professeurs_sur_la_liberte_d_expression-9782348069277] (La Découverte, 2021).Alors que les caricatures qui désacralisent le religieux sont devenues sacrées, il rappelle que la liberté d’expression peut inclure des formes choquantes ou inutilement blessantes et que les caricaturistes a ce sujet, ne sont pas d’accord entre eux sur les limites de leur travail. Il évoque trois dessinateurs de Charlie Hebdo : Charb, Cabu et Pétillon. Dans un débat miné, où le courage de la nuance est plus que rare, ses explications sont essentielles.

Entretien avec le sociologue François Héran (2/2), qui publie « Avec l’immigration. Mesurer, débattre, agir » (La Découverte) Migrants, cadavres en morceaux… AbonnésVoir

Le

Choquant, provoquant, mais réel. Depuis des années, les habitants de Zarzis, sur la côte tunisienne, recueillent comme ils peuvent les corps des migrants noyés en Méditerranée. 20 000 morts depuis 2014. Une forte augmentation suite au Covid. À Zarzis, il faut déjà agrandir le cimetière des 600 tombes de ces soldats inconnus de la guerre économique.

Rencontre avec Caroline Fiat, députée La France Insoumise de Meurthe-et-Moselle. Caroline Fiat : une aide-soignante à l’Assemblée AbonnésVoir

Le

Conviction et sincérité. Voilà ce que les personnages politiques imitent plus ou moins bien. Plus ou moins camelots, plus ou moins malins. Rien de tout ça avec Caroline Fiat. Suffit de la voir à l’Assemblée, quand elle prend la parole, c’est sans les gants. Elle est la première aide-soignante élue députée. Devant la nouvelle vague de la pandémie, elle a décidé de reprendre le boulot au CHU de Nancy tout en assurant son travail de députée. C’est là que nous sommes venus la voir. Mais attention, pas question de faire la vedette...

CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (9) | Podcast et belles images Moi j’aime l’amour qui fait mal Accès libreÉcouter

Le

« Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny, moi j’aime l’amour qui fait boum ! » Bien sûr, la chanson de Boris Vian était parodique, mais la géniale interprétation de la splendide Magali Noël disait tout autre chose. Sortie en 1956, la chanson fut bien sûr interdite sur la radio nationale, ce qui contribua à son succès. Les infaillibles censeurs avaient immédiatement mesuré la retentissante subversion de cette balade sur la mince frontière entre la douleur et le plaisir. De nos jours, soixante ans plus tard, la ménagère se fait livrer cravache, paire de menottes et plug anal par Amazon. La perversion n’est plus ce qu’elle était, mais le mystère reste entier. Qui aime bien châtie bien. Nos deux « sexploratrices », Anne et Élisa, sont allées voir de plus près.