CHAQUE SAMEDI, LES SEXPLORATEURS (7) | Podcast et belles images

SOUS UN COIN DE KIMONO

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

(photo : Daniel Mermet/LÀ-BAS SI J’Y SUIS, 2010)

Au Japon, il y a la neige sur le sommet du Fuji-Yama. Les pétales de cerisier sur l’épaule de la bien-aimée. Et il y a le Tagata Jinja, temple du phallus sacré. Pèlerins et touristes se pressent et se mélangent, hésitant entre le sacré et le goguenard. Visite du temple et de ces symboles de la fertilité…

[RADIO] Sous un coin de Kimono [14 mai 2010]

(photo : Daniel Mermet/LÀ-BAS SI J’Y SUIS, 2010)

(photo : Daniel Mermet/LÀ-BAS SI J’Y SUIS, 2010)

(photo : Daniel Mermet/LÀ-BAS SI J’Y SUIS, 2010)

Chaque année, à l’arrivée du printemps, la ville de Komaki au Japon accueille le « Hōnen Matsuri », de grandes festivités qui célèbrent la fertilité, avec notamment la procession d’un phallus géant :

Programmation musicale :
- Kingyo : My Favorite Things
- Mami Chan : Inu
- Chanchiki : Yagaefu

reportage : Daniel Mermet et Giv Anquetil
réalisation : Antoine Chao et Khỏi Nguyen
traduction : Sanae Lefebvre

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Vaccins : contre les brevets, pour un « pôle public du médicament » Désarmer les labos AbonnésÉcouter

Le

Pénurie de masques, pénurie de gel hydroalcoolique, pénurie de tests, et (enfin ?) pénurie de vaccins ! La pandémie a montré de manière spectaculaire ce qu’on savait déjà depuis quelque temps : une partie de la planète – y compris la France – n’a pas accès en quantité suffisante aux remèdes existants (vaccins ou médicaments) dont sa population aurait besoin.