USA : 310 millions d’armes, 36 000 morts par an, 70 000 blessés, les tueurs de masse ont de l’avenir (reportage Daniel Mermet et Giv Anquetil, 2004)

Samedi, je m’offre un nouveau flingue !

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement
REPORTAGE : Samedi, je m’offre un nouveau flingue ! [29 octobre 2004]

Se payer un nouveau flingue ou deux, passer la journée à tirer avec des petits ou des gros calibres, ça vous tente évidemment. Alors bienvenue chez CLARK’S GUN SHOP, là, il y a tout ce que vous voulez. Venez seul ou entre amis, amenez vos enfants, apprenez leur à tirer, offrez-vous des flingues en amoureux pour la Saint-Valentin, amenez votre vieille maman pour qu’elle s’entraîne, et vous, montrez un peu ce que vous savez faire, les gars, ici il y a toutes les armes de guerre que vous voulez. Et puis c’est beau, c’est l’automne, c’est la Virginie occidentale, c’est l’Amérique, la vraie !

Un reportage de Daniel Mermet et Giv Anquetil, diffusé une première fois sur France Inter le 29 octobre 2004.

Samedi, il y aura du monde chez CLARK’S GUN SHOP. La tuerie de LAS VEGAS réjouit les marchands d’armes aux États-Unis. Après chaque tuerie de masse, la question de la restriction est posée et la peur de la confiscation fait grimper les ventes, on a assisté à des achats records dans la crainte d’un durcissement des lois au temps d’OBAMA, mais c’est moins évident avec Donald J. TRUMP, chaud partisan des armes à feu, qui disait, parlant de ses deux fils : « Ils ont tellement de fusils et d’armes, parfois même moi ça m’inquiète un peu. »

D’ailleurs, Donald J. TRUMP l’a dit à la NRA en avril dernier : « Vous avez un vrai ami à la Maison-Blanche. » Avec ses plus de 4,5 millions de membres et ses 225 millions de dollars de cotisation, la célèbre NRA est classée parmi les plus puissants lobbies. Aucune chance d’être élu si vous contestez la NRA. Pour la majorité des Américains, avoir une arme, c’est la démocratie, le symbole même de la liberté. On ne manque jamais de vous répéter que c’est gravé dans le deuxième amendement de la Constitution : « Une milice régulée étant nécessaire à la sécurité d’un État libre, le droit du peuple à détenir et à porter une arme ne doit pas être enfreint. »

Si vous doutez encore, on vous dira qu’en démocratie, le pouvoir ne peut pas détenir seul le monopole de la violence. Si vous insistez encore, on vous citera (peut-être) Robespierre, le 08 mai 1793 : « Que des foyers s’élèvent sur les places publiques où l’on fabriquera des armes pour armer le peuple. » On vous dira que la détention d’armes garantit la démocratie : « Si un tyran voulait prendre le pouvoir, nous serions 200 millions à prendre les armes. »

Vous évoquerez le juteux business, 11 millions d’armes à feu fabriquées aux États-Unis chaque année, deux fois plus qu’en 2010. Les armes à feu, c’est un secteur de 16 000 emplois pour un chiffre d’affaires de 2,5 milliards de dollars. Il faut rapprocher ce chiffre du coût de la prise en charge hospitalière des victimes de blessures, qui coûte 2,8 milliards de dollars chaque année [1].

En fin de mandat, Barack OBAMA avait osé passer un décret visant à interdire la possession d’armes à feu aux personnes souffrant de troubles mentaux. Mais Donald J. TRUMP à peine élu, le Sénat a voté l’abrogation du décret OBAMA. Désormais comme tout le monde, les malades mentaux pourront avoir des armes et tirer. On estime leur nombre à 75 000.

D.M.

Programmation musicale :
- Mike Ladd : God Blessed the Infesticons
- Kiss : Love Gun

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

CONTRE L’ÉCOLOGIE DE MARCHÉ (RADIO 50’51) ANDRÉ GORZ, LEUR ÉCOLOGIE ET LA NÔTRE Accès libreÉcouter

Le

« Une politique écologiste est une politique nécessairement anticapitaliste » Dés le début des années 70, André GORZ, le père spirituel de l’écologie politique, dénonçait la récupération de l’écologie par la puissance capitaliste. La COP21 a montré la totale domination des grandes entreprises sur les États. On dit merci à EDF, Exxon, BNP-Paris Bas, Chevron et tout leurs amis qui ont financé la conférence. Grâce à vous désormais les tigres ne mangeront que de la salade verte. Pour ceux qui en douteraient, nous vous proposons cette heure avec André GORZ (...)

Entretien, Daniel Mermet avec Christophe Fourel. (Archives de l’émission « À voix nue » (France Culture, Marie-France Azar, 1991).

LE CRIME EST PRESQUE PARFAIT. Entretien avec Fabrice NICOLINO PESTICIDES ? PAS DE SOUCI ! AbonnésVoir

Le

Depuis longtemps, Fabrice NICOLINO dénonce l’usage des pesticides dans l’agriculture industrielle, « cette industrie qui assassine tout ce qui est vivant ». Cette fois, il enquête sur les SDHI (inhibiteurs de la succinate déshydrogénase) qui s’attaquent au système respiratoire de tout ce qui est vivant et entraînent des maladies neurologiques et des cancers. Des scientifiques ont alerté dès 2017, mais le lobby des pesticides est installé en profondeur dans l’appareil d’État frrançais. Dormez, braves gens…

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Mobilisation des Ehpad. Un reportage de Sophie Simonot Tu verras, à l’Ehpad, tu seras bien ! AbonnésÉcouter

Le

La mobilisation exemplaire du personnel de l’Ehpad des Opalines, dans le Jura, qui a mené cet été une grève de 117 jours contre leur direction, a mis au centre des débats la question de la prise en charge des personnes âgées en France. Le 30 janvier, c’était journée d’action nationale : rassemblements, actions et manifestations se tenaient partout en France. Une journée très fortement suivie, aussi bien par le personnel des Ehpad que par celui des services d’aides à domicile.