REPORTAGE RADIO à GRANDE-SYNTHE

Sale temps pour les migrants Abonnés

1

Le

Après l'augmentation des prix pour passer en Angleterre, certains doivent patienter en France avant de réunir l'argent nécessaire pour payer les passeurs (photo : Jonathan DUONG)

Depuis l’été dernier, 2 500 migrants (dont 200 enfants) campent dans la galère et la gadoue à Grande-Synthe près de Dunkerque : Kurdes, Syriens, Afghans, au terme d’un voyage de plusieurs mois de cauchemars, c’est la dernière épreuve avant l’Angleterre.

[EXTRAIT] Sale temps pour les migrants


PHOTOS : Jonathan DUONG (CLIQUEZ SUR LES PHOTOS POUR LES VISIONNER)

Portfolio

À Grande-Synthe, l'emplacement actuel du camp de réfugiés doit accueillir (...) Près de 2 500 réfugiés, dont des femmes et des enfants, vivent dans ce (...) La plupart ont fait plus de quatre mois de voyage pour arriver jusque là : (...) Les habitants du camp s'organisent grâce à la solidarité des nombreux (...) Les réfugiés du bidonville de Basroch, majoritairement kurdes, ne souhaitent (...) Médecins Sans Frontières coordonne la construction d'un nouveau camp pour (...) Rewan HUSSEIN, « chargé de sensibilisation » à Médecins Sans Frontières, sert (...) Outre les Kurdes, on trouve aussi dans le camp des Vietnamiens et des (...) Suite à la mort du petit Aylan, les dons affluent vers Grande-Synthe, dont (...) En dehors de la cuisine collective, de nombreux habitants se font à manger (...) Les candidats au départ doivent verser plusieurs milliers d'euros à des (...) La futur camp construit par Médecins Sans Frontières, plus éloigné, isolé, (...) Après l'augmentation des prix pour passer en Angleterre, certains (...) photo : Jonathan DUONG photo : Jonathan DUONG Il y a de l'eau chaude, mais les douches sont peu nombreuses : il faut (...) Hawrê, originaire de Kirkuk en Irak, faisait des études de géologie avant de (...) Plusieurs règlements de compte entre passeurs ont eu lieu dans le camp, si (...) Juste en face du camp, de l'autre côté de la route, la zone pavillonnaire (...)

- Merci à Rewan HUSSEIN président de Kurdistan Libertés Association Danielle Mitterand et à Michel JOLI, secrétaire général de la Fondation Danielle Mitterrand France-Libertés.

- Grégory SALOMONOVITCH attend vos messages sur le répondeur de Là-bas si j’y suis au 01 85 08 37 37.

reportage : Daniel MERMET et Jonathan DUONG
réalisation : Jérôme CHELIUS
montage : Grégory SALOMONOVITCH

(Vous pouvez podcaster cette émission en vous rendant dans la rubrique "Mon compte", en haut à droite de cette page)

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Une pieuvre dans la baignoire ! Reportage de Sophie Simonot (février 1995). PODCAST Peur bleue ou mort de peur ? Et vous ? Accès libreÉcouter

Le

Le tonnerre dans la nuit, le trou d’air dans l’avion, la pieuvre dans la baignoire, C’est fou la peur, c’est flou. C’est parce que c’est flou que ça fait peur, c’est tapi, c’est caché en nous, c’est l’inhumain dans l’homme. Il y en a de belles des peurs...Aujourd’hui la peur, les jetons, les moules, la trouille, les avoir à zéro...

La pollution atmosphérique tue vingt fois plus que la Covid-19 1972 : DES VÉLOS, PAS D’AUTOS ! Accès libreVoir

Le

La Covid-19 nous a obligés à faire passer nos vies avant l’économie. Mais maintenant, retour à la normale. Avec la pollution atmosphérique qui tue vingt fois plus, l’économie passe avant nos vies. Voici un petit retour sur la première manif écolo en faveur du vélo, le 22 avril 1972, organisée par les Amis de la Terre et suivie par 25 000 doux dingues…

Pour un programme de PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE. Avec le sociologue Razmig Keucheyan Monde d’après : mode d’emploi Accès libreÉcouter

Le

Demain, le paradis ? Ce n’est pas certain. Mais quel avenir avec ce choc énorme ? Il est urgent de faire front face à un pouvoir qui va revenir comme avant, mais en pire. Voici le projet de deux chercheurs, Razmig Keucheyan et Cédric Durand, une PLANIFICATION ÉCOLOGIQUE avec un programme en cinq points : un contrôle public de l’investissement, une garantie de l’emploi, la relocalisation de (...)

Comment en est-on arrivé là en si peu de temps ? Voilà la réponse dans une super BD ! LA GRIPPETTE DU PANGOLIN AbonnésLire

Le

C’est passé si vite… Une histoire de pandémie, de confinement et de résidence secondaire : voilà qu’un éternuement de pangolin en Chine fait trembler le monde entier. Enfin, presque le monde entier. Parce qu’en France, la clairvoyance présidentielle nous a évité de tomber dans la panique, puis de paniquer parce qu’il était temps. De ne pas porter de masques inutiles, puis de porter des masques indispensables. De confiner, de déconfiner. On passe son temps sur Internet à essayer de comprendre ce qui nous tombe sur la tête et on finit noyé sous le flot d’informations continues. Alors arrêtons-nous un instant. Prenez le temps – grâce à Mathieu Colloghan – de regarder ce qui s’est passé depuis le rhume du pangolin.