À Flixecourt, mairie toujours communiste depuis 1965, le RN a fait 44 % au premier tour. C’est là que François Ruffin lance sa campagne (PODCAST)

Ruffin repart pour un tour : fanfare, pétanque, karaoké et chiffon rouge (1/2) Abonnés

1

Le

(photo : Dillah Teibi/LÀ-BAS SI J’Y SUIS)

François Ruffin repart pour un tour. Apres cinq ans à l’Assemblée, le député-reporter veut rempiler. Mais attention, c’est pas gagné, dit-il. Du coup c’est fanfare, pétanque et karaoké samedi, veille de Premier mai à Flixecourt dans la Somme, 3 200 habitants. Une mairie communiste depuis 1965, mais 44 % pour Marine Le Pen au premier tour. Une de ces régions frappées depuis longtemps par les délocalisations. C’est là que Ruffin lance sa campagne. La France des jetables. C’est ceux-là que Dillah a rencontrés d’abord avant d’assister au meeting, ceux qui de plus en plus nombreux viennent au Secours populaire sans même savoir que les géants du CAC 40 ont fait les plus gros profits de leur histoire en 2021, avec 160 milliards de dollars.

La France des jetables où Marine Le Pen fait le plein, c’est la France écrasée par 40 ans de mondialisation heureuse, et si souvent trompée par la gauche bourgeoise qu’elle a glissé lentement mais sûrement dans la gadoue brune de l’extrême droite. La sortir de là, c’est du boulot, mais pour Ruffin c’est là que ça se passe avant tout le reste. Flixecourt était un haut lieu de l’industrie textile. Des files de maisons en briques rouges évoquent cette époque. Pour Ruffin, ce rouge-là est recouvert d’une couche de brun. C’est cette couche de merde brune qu’il faut enlever. Pour ça il faut commencer par comprendre tous ces « fâchés pas fachos » qui gonflent une extrême droite qui depuis 35 ans constitue l’épouvantail qui permet au pouvoir néolibéral d’occuper le pouvoir. Une extrême droite qui a encore gagné du terrain derrière la victoire en trompe-l’œil de Macron à la récente présidentielle. Cette France à l’abandon où prospère l’extrême droite est le résultat des politiques de désindustrialisation depuis plus de quarante ans, sans aucun plan de reconversion. Depuis longtemps la France est championne des délocalisations vers des pays à faibles coûts. De millions d’emplois ont été ainsi détruits, des mondes sociaux disloqués, des cultures populaires anéanties. Nous répétons tout cela depuis longtemps. La France s’en va en friche et les Français s’en fichent.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Dernières publis

Une sélection :

Tchernobyl, c’est notre paradis ! Avec les derniers habitants de la zone interdite Les joyeux fantômes de Tchernobyl Accès libreÉcouter

Le

Elles préféraient rester dans la zone contaminée plutôt que de quitter leur maison. Des centaines de milliers d’habitants furent évacués de gré ou de force dans une zone de 30 km après la catastrophe du 25 avril 1986. Mais ces quelques femmes avaient voulu rester, malgré dénuement et abandon.

Environ 700 irréductibles, les SAMOSELY, survivaient ainsi dans la zone la plus contaminée par la radioactivité dans le monde, 2 600 km2, devenue aujourd’hui un « parc involontaire » où se développent une faune et une flore étranges, avec toujours ces habitants tenaces depuis trente ans. (...)

LE GRAND PROCÈS DE MACRON [INTÉGRAL] AbonnésVoir

Le

Et voici les vidéos tant attendues du grand procès public d’Emmanuel Macron. Avec le procureur Frédéric Lordon, le juge Daniel Mermet, les avocats de la défense Christophe Clerc et Jean-Marc Daniel et des témoins prestigieux, comme François Ruffin, Juan Branco, Mathilde Larrère, Didier Porte, Aurélie Trouvé, Marion Esnault, Arié Alimi, Taha Bouhafs… Macron sera-i-il condamné ?

Il y a 50 ans, assassinat de Martin Luther King. Entretien de Daniel Mermet avec l’historienne Sylvie Laurent Martin Luther King, l’insurgé AbonnésVoir

Le

Aseptisé, édulcoré, récupéré, Martin Luther King n’est pas seulement celui qui a fait le rêve de la fraternité entre les enfants du bon Dieu américain. Toute une partie de son combat social et radical a été passé sous silence. À l’occasion du cinquantième anniversaire de son assassinat, le 4 avril 1968, par un partisan de la ségrégation raciale, voici un entretien avec Sylvie Laurent, historienne, auteure de Martin Luther King. Une biographie intellectuelle et politique (Seuil, 2015).