Des étrangers enfermés et entassés sans hygiène. URGENT, fermez les CRA !

« JE VOUDRAIS CHOPER LE COVID ! » Révolte au Centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot Abonnés

1

Le

Le 15 mars 2018, des détenus du Centre de Rétention Administrative du Mesnil-Amelot s’étaient déjà révoltés. Photo du collectif Anti-CRA.

La plupart des Centres de Rétention Administrative (CRA) ont été vidés de leurs occupants, risque sanitaire oblige. Mais des personnes en situation irrégulière y sont encore retenues, au total 184, entassées, sans hygiène et sans protection, comme au CRA du Mesnil-Amelot, près de l’aéroport de Roissy.
Samedi 11 avril, la pression est montée, la cinquantaine de retenus se sont révoltés.

Ils ont sauté les grilles et occupé la cour pour attirer l’attention et dénoncer le désastre sanitaire dans lequel ils sont retenus. Toilettes bouchées, deux douches au total en état de marche pour 50. La police est intervenue sans douceur selon les témoignages. Et par mesure de représailles, près de 10 « révoltés » ont été transférés dans d’autres CRA. Notamment Rouen et Lille.

Considérés comme les meneurs, Samir et Martin font partie des 10 qui ont été transférés.

Aujourd’hui, ils continuent leur combat pour être libérés. En pleine grève de la faim, ils témoignent.
Un reportage de Dillah Teibi :

[EXTRAIT] « JE VOUDRAIS CHOPER LE COVID ! » Révoltes au Centre de Rétention Administrative du Mesnil-Amelot

Samir revient sur la révolte du samedi 11 avril. Il a 23 ans. Après 2 années en prison, ses papiers ne sont plus valables. Il est visé par une OQTF, une obligation de quitter le territoire français, direction la Tunisie...

Martin est lui aussi menacé par une OQTF, direction le Portugal alors que son frère, en France depuis 25 ans, peut l’héberger.

Face à ces conditions indignes et illégales, plusieurs associations ainsi que le groupe Alternative écologique et solidaire (AES) au conseil régional d’Ile-de-France demandent au préfet de Seine-et-Marne la fermeture du CRA du Mesnil-Amelot. Alors que le ralentissement du trafic aérien ne permet quasiment plus aucune reconduite des retenus dans les pays d’origine, le groupe Alternative écologique et solidaire exige « que ces personnes soient immédiatement relâchées et testées. »

De son coté, le président de la Ligue des droits de l’Homme Malik Salemkour appelle le ministre de l’Intérieur à « arrêter toute nouvelle mise en rétention et à mettre fin à toutes celles en cours » alors que les risques de contamination au Covid-19 sont élevés et que les expulsions sont de plus en plus illusoires.

Abonnez-vous pour accéder à tous nos contenus, c’est très simple !

Depuis 1989 à la radio, Là-bas si j’y suis se développe avec succès aujourd’hui sur le net. En vous abonnant vous soutenez une manière de voir, critique et indépendante. L’information a un prix, celui de se donner les moyens de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre travail. C’est aussi le prix de notre indépendance, pour ne pas être soumis financièrement aux annonceurs, aux subventions publiques ou aux pouvoirs financiers.

Je m'abonne J'offre un abonnement

Déjà abonné.e ?
Identifiez-vous

journaliste : Dillah Teibi
réalisation : Sylvain Richard

L'équipe de Là-bas attend vos messages dans les commentaires et sur le répondeur au 01 85 08 37 37 !

Voir aussi

Si vous souhaitez soutenir cette lutte ou en savoir plus, vous pouvez vous rapprocher de plusieurs organisations :

- Le Gisti, le Groupe d’information et de soutien aux immigrés
- La Cimade, le Comité inter-mouvements auprès des évacués
- L’Assfam, l’Association service social familial migrants

Sur notre site

À écouter

    Reportages : En France comme dans le monde, avec le virus, les prisons sont des machines à tuer [PODCAST 15’50 et VIDÉO 7’57]

    PRISONS, VERS LA MUTINERIE GÉNÉRALE ? Accès libre

    Écouter
    Depuis plus d’un mois, la panique a gagné les prisons et partout la révolte gronde. Le pouvoir redoute une mutinerie générale.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Pour notre réunion de ce lundi 28, le repaire de Bennecourt vous propose de visionner le film "J’veux du soleil !"de François Ruffin, la projection débuterait vers 19h (pétant...) pour se finir vers 20h20. Suivra le repas qui sera aussi l’occasion de se retrouver et débattre autour de la séquence (...)

Dernières publis

Une sélection :

11 septembre 1973, date de naissance du néolibéralisme au Chili AbonnésVoir

Le

Onze septembre 1973, coup d’État au Chili. Un coup d’État qui met fin aux réformes économiques et sociales menées par le président Salvador Allende, démocratiquement élu trois ans plus tôt. Qui voulait la peau de Salvador Allende ? La droite chilienne évidemment, mais aussi les États-Unis : Nixon ne pouvait tolérer que l’expérience socialiste chilienne puisse réussir et faire école. Le dernier film de Nanni Moretti s’appelle Santiago, Italia. Petit pas de côté pour le cinéaste italien, qui signe un documentaire. Il donne la parole à ces militants chiliens qui ont accompagné la victoire d’Allende. Et qui se sont réfugiés, après le 11 septembre, à l’ambassade d’Italie à Santiago.

Une nouvelle série de reportages en 18 épisodes À qui voulez-vous casser la gueule ? [L’INTÉGRALE] AbonnésÉcouter

Le

Bien sûr, on est contre la violence, bien sûr, la violence, c’est pas bien. Pourtant, les « gilets jaunes » ont montré qu’en politique, il ne restait guère que la violence pour se faire entendre et malgré ça, les Français continuent de les soutenir. Et vous, à qui voudriez-vous casser la gueule ? Macron, bien sûr ! Mais sinon ? Votre chef, votre mari, votre prof ou qui encore ?

PERQUISITION, ASSIGNATION, ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE AbonnésÉcouter

Le

3 021 perquisitions en deux mois. Résultat ? Nul. À peine quatre procédures antiterroristes au total. Même les policiers dénoncent l’inefficacité et les dérives de l’état d’urgence. De même les assignations à résidence, 385 en deux mois. Quel résultat ? Suspicion, discrimination, islamophobie, les témoignages foisonnent. Une répression inefficace qui risque au contraire de radicaliser. Et qui sont ces perquisitionnés et ces assignés ?

ATTENTION DÉRIVE SÉCURITAIRE, un reportage radio d’Anaëlle Verzaux [45:55]

Aude Lancelin reçoit Juan Branco Macron ou la tentation autoritaire AbonnésVoir

Le

Juan Branco est l’avocat français de Julian Assange, le fondateur de Wikileaks. Régulièrement, ils se rencontrent à Londres, dans l’ambassade d’Équateur, où Assange vit toujours reclus. Juan Branco porte un regard informé sur les périls que font peser sur nos libertés la raison d’État, autant que les nouvelles oligarchies intimement liées au pouvoir politique.