Tandis que le président des riches fait gazer les nouveaux enragés, un petit retour à Tarnac en 2008. Reportage de Pascale Pascariello. RADIO 46’41

RELAXE POUR TARNAC ! Retour en 2008, dans "la petite épicerie tapie dans l’ombre"

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Julien Coupat, Yldune Lévy et ceux de Tarnac viennent d’être relaxés au bout de dix ans de procédures. Un fiasco pour l’État et aussi un fiasco pour les médias qui s’étaient déchaînés contre les membres de ce "commando" vivant "DANS UNE PETITE ÉPICERIE, TAPIS DANS L’OMBRE", selon le journal de France 2 du 11 novembre 2008. Aussitôt LA-BAS était allée voir ce repère de terroristes à Tarnac. On y avait trouvé une épicerie et un village blessé tachant de résister face aux mensonges de l’État et des médias, mensonges qui resteront impunis. Un reportage de Pascale Pascariello, diffusé pour la première fois le 10 décembre 2008.

RELAXE POUR TARNAC ! Retour dans "Une petite épicerie tapie dans l’ombre", un reportage de novembre 2008

Pour la Justice, l’Affaire de Tarnac, n’était rien d’autre qu’un coup grossièrement monté par les services anti-terroristes contre "l’ultra gauche mouvance anarcho-autoritaire" , selon l’expression subtile de la ministre de l’Intérieur de l’époque Michèle Alliot-Marie. L’irruption de 150 policiers cagoulés dans ce petit village de la Creuse fut suivie d’un déchaînement médiatique contre ces "terroristes" en novembre 2008.

Fabriquer un ennemi est une stratégie des pouvoirs faibles et illégitimes. Envahisseur extérieur ou ennemi de l’intérieur, le pouvoir doit effrayer le peuple afin de se poser en bouclier pour le protéger, faire taire ses opposants et racoler les électeurs enclins à la poigne et à la matraque. Si le chaos ne vient pas, le pouvoir tentera de le provoquer avec le concours de sa police et de ses médias. Imposer la peur et le chaos, exacerber les menaces, déclarer la guerre et l’union sacrée, faire taire toute opposition, voila le scénario idéal pour le parfait petit candidat au pouvoir fort. Ca ne marche pas toujours, bien sûr. Ceux de Tarnac ont eu la patience et les moyens de se défendre jusqu’à la victoire juridique. Mais pour le pouvoir, peu importe, gouvernement de l’époque, service de l’anti-terrorisme, ministre de l’intérieur, médias dominants, tous resteront gentiment impunis.
Encore longtemps ?

D.M.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Bonjour tout le monde, ce mois-ci, le troisième jeudi du mois tombe le 20 décembre. Nous nous retrouverons à 18h30 au bar du Canigou à Villefranche de Conflent pour fêter les 8 ans du Café Repaire du Conflent. En effet, en décembre 2010, après huit ou dix manifestations sur Perpignan, pour refuser la (...)

Dernières publis

Une sélection :

La Guerre Des Idées, « LE DÉCHAÎNEMENT DU MONDE » : un entretien de Daniel Mermet avec François Cusset François Cusset : l’État brandit la violence pour cacher celle qu’il pratique AbonnésVoir

Le

Génocides, grandes boucheries, hécatombes, le siècle passé fut le plus violent de l’Histoire. Aujourd’hui la violence diminue, c’est ce que nous croyons, c’est ce que nous disent les experts. Pour François Cusset, la violence n’a pas reculé, elle a changé de formes et de logiques. Et la comparaison avec la violence « bien pire jadis » ou la violence « bien pire ailleurs » nous empêche de mesurer celle que le désastre néolibéral nous inflige aujourd’hui.

Les « invididus cagoulés », idiots utiles de Macron ? Une enquête de Dillah Teibi MANIP DE MANIFS ! AbonnésÉcouter

Le

« — L’histoire du flic déguisé en black bloc, vous la connaissez ? Et l’histoire des CRS qui avaient pour consigne de "les laisser casser" ? Si c’est vrai, alors les "individus cagoulés" qui brûlent des McDo seraient des idiots utiles manipulés pour faire diversion ?
— Ça alors, chef, vous croyez ?
— Écoute le reportage de Dillah Teibi, tu vas tout comprendre. »

Un entretien de Daniel Mermet avec Laurence De Cock et Gérard Noiriel Gérard Noiriel : une histoire populaire de la France AbonnésVoir

Le

Rares, très rares sont les intellectuels qui mettent le savoir non pas au service du pouvoir, mais au service du contre-pouvoir. L’historien Gérard Noiriel fait partie de ce courant-là, de ceux qui partagent les armes et les clés pour l’émancipation de tous. Depuis des années, avec notre film sur Howard ZINN, Une Histoire populaire américaine, on nous demande si un tel livre d’histoire existe sur la France. Et bien le voilà !