Tandis que le président des riches fait gazer les nouveaux enragés, un petit retour à Tarnac en 2008. Reportage de Pascale Pascariello. RADIO 46’41

RELAXE POUR TARNAC ! Retour en 2008, dans "la petite épicerie tapie dans l’ombre"

Le

Cet article est en accès libre grâce aux abonnés modestes et géniaux, mais…

…sans publicité ni actionnaires, Là-bas si j’y suis est uniquement financé par les abonnements. Sans les abonnés, il ne nous serait pas possible de réaliser des émissions et des reportages de qualité. C’est le prix de notre indépendance  : rejoignez-nous  !

Je m'abonne J'offre un abonnement

Julien Coupat, Yldune Lévy et ceux de Tarnac viennent d’être relaxés au bout de dix ans de procédures. Un fiasco pour l’État et aussi un fiasco pour les médias qui s’étaient déchaînés contre les membres de ce "commando" vivant "DANS UNE PETITE ÉPICERIE, TAPIS DANS L’OMBRE", selon le journal de France 2 du 11 novembre 2008. Aussitôt LA-BAS était allée voir ce repère de terroristes à Tarnac. On y avait trouvé une épicerie et un village blessé tachant de résister face aux mensonges de l’État et des médias, mensonges qui resteront impunis. Un reportage de Pascale Pascariello, diffusé pour la première fois le 10 décembre 2008.

RELAXE POUR TARNAC ! Retour dans "Une petite épicerie tapie dans l’ombre", un reportage de novembre 2008

Pour la Justice, l’Affaire de Tarnac, n’était rien d’autre qu’un coup grossièrement monté par les services anti-terroristes contre "l’ultra gauche mouvance anarcho-autoritaire" , selon l’expression subtile de la ministre de l’Intérieur de l’époque Michèle Alliot-Marie. L’irruption de 150 policiers cagoulés dans ce petit village de la Creuse fut suivie d’un déchaînement médiatique contre ces "terroristes" en novembre 2008.

Fabriquer un ennemi est une stratégie des pouvoirs faibles et illégitimes. Envahisseur extérieur ou ennemi de l’intérieur, le pouvoir doit effrayer le peuple afin de se poser en bouclier pour le protéger, faire taire ses opposants et racoler les électeurs enclins à la poigne et à la matraque. Si le chaos ne vient pas, le pouvoir tentera de le provoquer avec le concours de sa police et de ses médias. Imposer la peur et le chaos, exacerber les menaces, déclarer la guerre et l’union sacrée, faire taire toute opposition, voila le scénario idéal pour le parfait petit candidat au pouvoir fort. Ca ne marche pas toujours, bien sûr. Ceux de Tarnac ont eu la patience et les moyens de se défendre jusqu’à la victoire juridique. Mais pour le pouvoir, peu importe, gouvernement de l’époque, service de l’anti-terrorisme, ministre de l’intérieur, médias dominants, tous resteront gentiment impunis.
Encore longtemps ?

D.M.

C'est vous qui le dites…Vos messages choisis par l'équipe

Les bouquins de LÀ-BASLire délivre

  • Voir

    La bibliothèque de LÀ-BAS. Des perles, des classiques, des découvertes, des outils, des bombes, des raretés, des bouquins soigneusement choisis par l’équipe. Lire délivre...

    Vos avis et conseils sont bienvenus !

Les Rendez-vous des Repaires

  • Rendez-vous au Bathyscaphe avec ATTAC 17 pour un débat sur le thème Uber, ubérisation... Demain tous ubérisés ? mercredi 20 novembre. Venez nombreux !

  • Rendez-vous à L’Entre-temps avec ATTAC 35 pour un débat sur la privatisation d’ADP (Aéroports de Paris) le 11 décembre à 20h30 !

Dernières publis

Une sélection :

Reportage aux urgences de Chinon Colère dans le cathéter AbonnésÉcouter

Le

Les urgences hospitalières sont en grève depuis la mi-mars : un mouvement de grande ampleur lancé hors syndicats par le collectif L’Inter-Urgences, constitué notamment de jeunes professionnels du milieu hospitalier. Plus de 150 établissements sont mobilisés à travers la France. 10 000 nouvelles embauches, un salaire mensuel revalorisé de 300 euros : ce sont les principales revendications des urgentistes en grève. Notre reporter Dillah Teibi a passé quelques jours dans le service des urgences de l’hôpital de Chinon.

Mythologie économique, avec l’économiste Éloi Laurent La croissance économique, un mythe à détruire AbonnésVoir

Le

« Nous devons œuvrer pour avoir plus de croissance, créer davantage d’emplois, et donc de mieux-être dans nos sociétés ». Voici résumée en une phrase, prononcée par Emmanuel Macron en ouverture du dernier sommet du G7 à Biarritz, toute la mythologie de la croissance économique : la croissance crée des emplois, et donc du bien-être dans la société ! Le drame se joue ici dans le « donc » : l’un, le bien-être, serait la conséquence de l’autre, la croissance. C’est le genre de fausses évidences que l’économiste Éloi Laurent met en pièces depuis quelques années.

COMMENT SORTIR DU CONSUMÉRISME ? Rencontre avec RAZMIG KEUCHEYAN Le capitalisme a besoin que nous ayons envie de ce dont nous n’avons pas besoin AbonnésVoir

Le

Un monde sans nuit. C’est notre monde. La nuit se meurt. La Ville Lumière et la fée électricité jadis nous ont enchanté mais aujourd’hui la pollution lumineuse détraque nos villes et nos vies. 60% des européens et 80% des américains ne peuvent plus voir la voie lactée. Un monde sans nuit s’ennuie. Qui est responsable ? Rencontre avec Razmig Keucheyan.